BRECHT GEORGE (1926-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

George MacDiarmid aux États-Unis, George Brecht s'est imposé comme l'un des membres essentiels du mouvement Fluxus dans les années 1960. Pourtant, sa formation de chimiste ne laissait en rien présager un tel parcours. En 1956-1957, il rédige un premier texte fondateur, Chance Imagery, réflexion sur le rôle de la chance dans l'avant-garde artistique et la sience du xxe siècle. Au même moment, il développe ses Chance painting, draps trempés au hasard dans la peinture, action qui lui permet de se départir du mythe du hasard chez les expressionnistes abstraits comme Jackson Pollock. En 1959, il expose pour la première fois, alors qu'il suit les enseignements de John Cage et Allan Kaprow à la New School of Research de New York. L'influence de Cage sera majeure sur Brecht et sur les recherches qu'il conduit sur le hasard et l'aléatoire. Dès 1960, il met au point ses events. Qu'ils aient ou non recours à des objets, ces events sont des partitions écrites décrivant sommairement la démarche à suivre : « Allumez la radio. Au premier son, éteignez-la ». Mais parfois les indications inscrites sur les petites cartes sont plus elliptiques et plus sujettes à l'interprétation libre : « Déterminez le centre d'un objet ou d'un événement. Déterminez le centre plus précisément. Répétez jusqu'à ce que vous ne puissiez pas être plus précis ». Brecht ne goûte en rien la théâtralisation et la mise en scène. Motor Vehicle Sundown, réalisé en 1960, est l'un des premiers events conscient des dangers d'un rapprochement avec le théâtre et son écriture. Les conducteurs de plusieurs voitures se sont vus remettre dans un ordre totalement aléatoire des cartes sur lesquelles sont notées 22 instructions différentes rédigées par l'artiste. L'event est donc une combinaison où l'artiste et l'actant peuvent interagir.

George Brecht va jouer un rôle majeur dans la diffusion et le développement de Fluxus. Ce courant artistique a été lancé en 1962 depuis Wiesbaden en Allemagne par George Maciunas lors d'un festival destiné à abolir les frontières entre les arts et à remettre en cause les modes de perception grâce à des performances, la musique concrète et des gestes du quotidien. Autour de Maciunas, Robert Filliou, Ben Vautier, Wolf Vostell ou Nam June Paik constituaient le noyau dur du courant Fluxus. En 1963, il créé avec Robert Watts le festival Yam à New York, dédié aux arts alternatifs et « habituellement rejetés », globalement invendables. Ce rejet des lois du marché et des institutions artistiques, du fétichisme des objets artistiques, Brecht le partage avec le Français Robert Filliou. Ensemble, ils ouvrent une galerie boutique à Villefranche à partir de 1965, La Cédillequi sourit, et produisent des multiples répondant à cette logique de désacralisation de l'art. Dans sa recherche du hasard, Brecht privilégie la rédaction de ses fiches de propositions mais également les modèles de jeux (puzzle, échecs, cartes à jouer). Il quitte définitivement les États-Unis et s'installe en Allemagne, après être resté en France jusqu'en 1968. En 1973, Ben lui demandera s'il se considérait comme un artiste, ce à quoi Brecht répondit : « Je ne pense jamais à ce que je fais comme étant de l'art ou pas. C'est une activité, c'est tout ». La première rétrospective complète de son travail, George Brecht Events. A Heterospective, date de 2005, aux musées de Barcelone et Cologne. Son travail reste largement sous-estimé dans son pays d'origine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification

Autres références

«  BRECHT GEORGE (1926-2008)  » est également traité dans :

FLUXUS

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 2 264 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Actions et vente par correspondance »  : […] Ces manifestations Fluxus tiennent du chahut, du théâtre, du mime, de la poésie déclamée, du concert, voire de l'exposition. Les commentateurs ont pris l'habitude de les désigner comme des performances (de to perform , « accomplir ») ou des happenings (approximativement, « quelque chose qui a lieu »), mais c'est le mot event (« événement »), proposé par George Brecht (1926-2008), qui est utilisé […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 838 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des monochromes comiques »  : […] George Brecht (1926-2008) présentait à Lyon un tableau entièrement peint en vert sur lequel des lettres en relief, elles aussi peintes en vert, indiquaient : «  Notice Red  » (1966). Les cartels disposés aux quatre angles d'une grande toile bleu uni d'Ilya Kabakov (né en 1933) semblaient transcrire une discussion entre badauds qui se perdraient en conjectures : « C'est la mer ; c'est un lac ; c' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « BRECHT GEORGE - (1926-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-brecht/