ADAMS JOHN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

John Adams

John Adams
Crédits : Margaretta Mitchell

photographie

Nixon in China

Nixon in China
Crédits : Hulton Getty

photographie


Un maître de l'orchestre

Adams est l'auteur d'un Concerto pour violon (1993), d'un concerto pour piano intitulé Century Rolls – hommage aux Études pour piano mécanique de Conlon Nancarrow – (1996), de Gnarly Buttons, pour clarinette et ensemble de chambre (1996), de la pièce pour orchestre El Dorado (1991) et de diverses transcriptions pour orchestre, parmi lesquelles celles de Six Songs by Charles Ives (1989-1993), de La Lugubre Gondole de Liszt (The Black Gondola, 1990), de La Berceuse élégiaque de Busoni (1991), de quatre mélodies de Debussy extraites des Cinq Poèmes de Charles Baudelaire (Le Livre de Baudelaire, pour mezzo-soprano et orchestre, 1993), de tangos d'Astor Piazzolla (La Mufa, 1995 ; Revolucionario, 1996 ; Todo Buenos Aires, 1996).

Les attentats du 11-Septembre lui ont inspiré On the Transmigration of the Souls, pour orchestre, chœurs et sons préenregistrés, créé le 19 septembre 2002 par l'Orchestre philharmonique de New York, qui l'avait commandé. The Dharma at Big Sur, pour violon électrique et orchestre (2003), lui a été inspiré par la Californie de Jack Kerouac, Gary Snyder et Henry Miller. My Father Knew Charles Ives (2003) évoque l'enfance du compositeur dans le New Hampshire.

Ces œuvres de la maturité, très virtuoses, sollicitent énormément les interprètes, et John Adams entretient des rapports très étroits avec des formations spécialisées comme l'Ensemble Modern, le Schoenberg Ensemble, le Quatuor Kronos, ainsi qu'avec des solistes de la stature d'Emanuel Ax, Michael Collins ou Gidon Kremer.

John Adams dirige régulièrement l'Orchestre symphonique de San Francisco, l'Orchestre de Cleveland, l'Orchestre philharmonique de New York, l'Orchestre symphonique de Chicago, l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, l'Orchestre symphonique de la B.B.C., le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin. Il n'hésite pas à faire figurer dans un même programme ses propres œuvres et celles de composit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADAMS JOHN (1947- )  » est également traité dans :

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; Philip Glass le 31 janvier 1937, à B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-minimalistes-et-repetitives-reperes-chronologiques/#i_98417

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Minimalisme « new age » »  : […] Reflet fidèle de l'évolution des styles musicaux, l'opéra n'a pas échappé au courant de la musique répétitive, mais force est de constater que les nébuleuses d'un Philip Glass ( The Voyage , 1992) créent surtout un statisme antidramatique, dont les épigones postmodernes sont encore moins convaincants ( Mary of Egypt de John Tavener, 1992). Résolument «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_98417

Pour citer l’article

Patrick WIKLACZ, « ADAMS JOHN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-adams-1947/