ADAMS JOHN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

John Adams

John Adams
Crédits : Margaretta Mitchell

photographie

Nixon in China

Nixon in China
Crédits : Hulton Getty

photographie


Retour à la tonalité

Parmi les premières compositions de John Adams, notons un Quintette avec piano (1970), American Standard, pour ensemble de chambre non spécifié (1973), Grounding, pour six voix solistes, trois saxophones et live electronics (électronique en direct, 1975), Onyx, pour bande magnétique (1976).

Les œuvres de la fin des années 1970 vont peu à peu affirmer sa véritable personnalité. La pulsation jubilatoire, le raffinement de l'orchestration, le parfait équilibre instrumental sont les marques les plus profondes de son style. Inscrit dans la large mouvance minimaliste, il fait partie de la nouvelle génération, empruntant et développant les voies ouvertes par Philip Glass, Steve Reich et Terry Riley. Adams inclut dans ses pages de savantes orchestrations en assimilant l'héritage de Stravinski, de Sibelius et de Copland. Ses œuvres reposent en partie sur une application à l'orchestre des effets que procure la musique électronique. Les éléments rythmiques et harmoniques semblent issus des combinaisons que l'on peut obtenir avec un synthétiseur et un séquenceur. Les deux chefs-d'œuvre pour piano que sont Phrygian Gates (1977) et China Gates (1977) illustrent une technique analogue au principe de déclenchement utilisé en musique électronique (gate) : une cellule de plusieurs notes est alliée à une brusque modulation suivant un processus périodique. Cette manière agit sur l'auditeur comme le flux continu d'une brume sonore, à la fois ambiante et rêveuse. Christian Zeal and Activity, pour ensemble de chambre non spécifié (1973), superpose un texte enregistré – le sermon d'un pasteur – à une structure polyphonique tonale. Grâce à une approche apparemment libre de toute contrainte stylistique, Adams arrive à susciter l'émotion. Le parti pris du compositeur est résolument tourné vers la redécouverte du sens de la tonalité : « La tonalité est une force fondamentale, dramatique, organisatrice. Dès le moment où il a essayé de rompre cette f [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADAMS JOHN (1947- )  » est également traité dans :

MUSIQUES MINIMALISTES ET RÉPÉTITIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 857 mots

1935-1937 Les quatre pionniers des musiques minimalistes et répétitives, tous américains, naissent dans un laps de temps d'un an et demi : Terry (Mitchell) Riley le 24 juin 1935, à Colfax, en Californie ; La Monte (Thornton) Young le 14 octobre 1935, à Bern, dans l'Idaho ; Steve (Stephen Michael) Reich le 3 octobre 1936, à New York ; Philip Glass le 31 janvier 1937, à B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-minimalistes-et-repetitives-reperes-chronologiques/#i_98417

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Minimalisme « new age » »  : […] Reflet fidèle de l'évolution des styles musicaux, l'opéra n'a pas échappé au courant de la musique répétitive, mais force est de constater que les nébuleuses d'un Philip Glass ( The Voyage , 1992) créent surtout un statisme antidramatique, dont les épigones postmodernes sont encore moins convaincants ( Mary of Egypt de John Tavener, 1992). Résolument «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_98417

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick WIKLACZ, « ADAMS JOHN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-adams-1947/