OCKEGHEM JOHANNES (1410 env.-1497)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le meilleur Ockeghem

La musique religieuse occupe chez Ockeghem la place essentielle : c'est dans ce domaine qu'il donne le meilleur de lui-même. Là, s'épanouit avec le plus de liberté son mysticisme, qui dénote une vie intérieure profonde, une passion chaleureuse, traduites, par exemple, par une mélodie qui sait s'épancher en effusions « irrationnelles » et neuves (chute d'une octave sur et mortuos dans la Missa quinti toni). Une telle expressivité s'allie à un sens profond de l'équilibre et de la grandeur qui assure ce qu'on pourrait appeler son classicisme. En outre, par la riche couleur de son harmonie, il émeut toujours l'auditeur contemporain. L'accentuation des voix graves dans l'interprétation des œuvres de cette époque, l'inclusion d'instruments à vent aussi affirmés que la chalémie ou le trombone permettent de faire revivre la texture musicale étonnante de cette littérature contrapuntique. C'est avec Ockeghem, ensuite avec Jacob Obrecht et Josquin Des Prés, que la messe acquiert en musique une forme cohérente et structurée. Ockeghem est certainement le premier à avoir utilisé le ténor d'une chanson comme cantus firmus d'une messe ; il sait en exploiter toutes les possibilités : citation textuelle au ténor (messe L'Homme armé par exemple) ou à toutes les parties (messe Fors seulement). Il n'est esclave d'aucun système et cultive avec bonheur une écriture très variée. « Comment le compositeur, malgré une technique motivique extrêmement ramifiée, une liberté et une indépendance absolue dans la conduite des voix, dans la rythmique et l'agogique, et en l'absence de tout élément thématique de synthèse, parvient à donner cependant une sensation de parfaite unité, c'est là un miracle auquel seule une analyse détaillée serait susceptible de rendre justice » (Harry Halbreich, à propos de la messe L'Homme armé). La Missa Prolationum est écrite sur l'imitation canonique : quatre voix, deux à deux, chantent deux canons différents. La Missa cujus vis toni révèle un exploit incroyable d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  OCKEGHEM JOHANNES (1410 env.-1497)  » est également traité dans :

CONTREPOINT

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 645 mots

Dans le chapitre « Le canon »  : […] Ce principe majeur de l'art du contrepoint reçoit sa forme concrète dans l'imitation d'une partie par une autre. Il se systématise de façon décisive dans le canon , c'est-à-dire dans une forme de composition où les diverses parties de la polyphonie se reproduisent textuellement avec un décalage plus ou moins important, mais de telle manière que le développement discursif de la pensée musicale soit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « OCKEGHEM JOHANNES (1410 env.-1497) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-ockeghem/