MATTÉI JEAN-FRANÇOIS (1941-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec la disparition de Jean-François Mattéi le 24 mars 2014, la philosophie française a perdu un maître, un penseur engagé et un amoureux des arts populaires. Cinéma, bande dessinée, comédie musicale et jazz furent en effet ses passions de moins en moins secrètes. Né à Oran le 9 mars 1941, agrégé de philosophie en 1967, professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis de 1980 à 2007, il vécut à Marseille l’essentiel de son existence à partir de 1962. Indubitablement attaché à l’espace méditerranéen, issu d’une famille française d’Algérie, a su incarner cette pensée de Midi si bien caractérisée par Albert Camus, auquel il consacra plusieurs essais.

Jean-François Mattéi, qui fut en son temps le plus jeune professeur de philosophie de l’université française, était d’abord un spécialiste de Platon, sujet de sa thèse d’État sous la direction de Pierre Aubenque, L’Étranger et le Simulacre (1983). L’ouvrage, consacré à la fondation de l’ontologie platonicienne, contenait en son sein les linéaments d’une pensée orientée verticalement et reprenant sans cesse, à partir du modèle du Quadriparti heideggerien, l’éternelle alliance du Ciel et de la Terre, des Hommes et des Dieux. Inspirée par Heidegger mais aussi par Nietzsche, cette remarquable reprise de l’héritage platonicien allait déjà à contre-courant de la pensée contemporaine. Cet essai étonna jusqu’à Gilles Deleuze qui évoque dans une lettre à Clément Rosset, autre ami et collègue de Mattéi, « l’étrange livre » qu’il vient de recevoir. À partir de là, Jean-François Mattéi continua d’affirmer sa croyance en L’Ordre du monde (1989). Penseur résolument grec dans sa quête d’une harmonie entre le rationnel et le sensible, il affichait dans ces pages une confiance rafraîchissante dans le cosmos, à savoir le monde et l’ordre du monde, le monde en tant qu’il est beau parce qu’il est ordonné.

À la fois homme d’or [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Autres références

«  MATTÉI JEAN-FRANÇOIS (1941-2014)  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE PHILOSOPHIQUE UNIVERSELLE (ouvrage collectif) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 024 mots

La publication du dernier volume, Discours philosophique, de l'Encyclopédie philosophique universelle (PUF, 1991-1998) permet de prendre la juste mesure d'une entreprise éditoriale considérable et résolument novatrice dans sa conception. Une quinzaine d'années de travail auront été nécessaires pour aboutir à ces d […] Lire la suite

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « L’universel et le particulier »  : […] Mais constater que tout homme avance masqué peut conduire à deux conclusions de prime abord fort différentes. Soit on insiste sur le fait universel du masque, sur la capacité que possède tout homme, quel que soit son groupe d’appartenance, de recouvrir le socle naturel que lui a accordé la nature d’un vêtement culturel qui lui « colle à la peau ». En ce cas, on met en évidence l’universalité de la […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Adoption du rapport d'enquête parlementaire sur la canicule de 2003. 25 février 2004

de veille sanitaire et l'« absence de réactivité » de la Direction générale de la santé. Dans son avant-propos, le président de la commission, Claude Évin (P.S.), affirme que « le politique a été dramatiquement absent » durant la crise. Le ministre de la Santé Jean-François Mattei n'est toutefois pas directement mis en cause. […] Lire la suite

France. Rapports officiels sur la canicule. 3-25 septembre 2003

Le 3, le président Jacques Chirac, dont le silence lors de la canicule du mois d'août a été critiqué, et le ministre de la Santé, Jean-François Mattei, également mis en cause pour sa réaction tardive face au drame, assistent, avec le maire de Paris, Bertrand Delanoë, aux obsèques des cinquante […] Lire la suite

France. Surmortalité des personnes âgées en raison de la canicule. 10-29 août 2003

par la pollution atmosphérique qui l'accompagne. Il met en cause les pouvoirs publics qui « ne prennent pas la mesure de la gravité de ce qui se passe » et demande des moyens supplémentaires. Le 11, le ministre de la Santé, Jean-François Mattéi, en vacances, dément quant à lui avoir sous-estimé […] Lire la suite

France. Revalorisation des honoraires médicaux. 5-21 juin 2002

, les médecins promettent de prescrire davantage de médicaments génériques. Illustré par des grèves des gardes, des journées « santé morte » et des initiatives de déconventionnement, le conflit durait depuis novembre 2001. En mai, le nouveau ministre de la Santé, Jean-François Mattei, avait jugé […] Lire la suite

France. Abolition de la jurisprudence « Perruche » sur l'indemnisation des enfants handicapés. 10 janvier - 19 février 2002

Le 10, l'Assemblée nationale adopte en première lecture, à la quasi-unanimité, la proposition de loi présentée par Jean-François Mattéi (D.L.) et augmentée d'un amendement gouvernemental, qui vise à mettre fin à la jurisprudence « Perruche » de la Cour de cassation. Dans une décision du 17 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « MATTÉI JEAN-FRANÇOIS - (1941-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-mattei/