LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le moraliste

Tout en peignant la diversité des hommes en psychologue sensible, cet observateur libre a construit son ouvrage selon un ordre qui implique une métaphysique. Certes, il fait des problèmes sociaux la substance de ses réflexions, et ce sont les conditions De la cour, Des grands – non les catégories traditionnelles de la rhétorique –, les passions, les dispositions, les âges, les différences de fortune, lieu commun des moralistes, qui servent de titres aux chapitres des Caractères.

Cet ouvrage étincelant et à facettes dissimule le fil d'une méditation une, grave, serrée.

Écrivain, La Bruyère estime que la littérature vit une tension entre passé et présent (Des ouvrages de l'esprit), mais surtout il défend « le mérite personnel » et les authentiques valeurs spirituelles face aux préjugés. La confidence se précise dans les chapitres Des femmes, Du cœur, où l'aveu est celui de la fidélité et du renoncement. Pour peindre la solitude, La Bruyère a des accents raciniens : « Les hommes souvent veulent aimer et ne sauraient y réussir : ils cherchent leur défaite sans pouvoir la rencontrer et, si j'ose ainsi parler, ils sont contraints de demeurer libres. » Examine-t-il la société ? Las de ne point y trouver de politesse, il conseille le désert : « Le sage parfois évite le monde de peur d'être ennuyé. » À y regarder de plus près, les raisons s'ajoutent de fuir : la répartition des biens est inique, il convient de s'arracher à la ville et de vivre tel un laboureur, il faut éviter les grands qui nous corrompent par la « jalousie stérile » que – tout nuls qu'ils sont – ils nous inspirent. Mais La Bruyère ne serait pas un contemporain de Racine et de La Fontaine si le visage du souverain – en qui la Providence réunit « les dons du ciel » – n'éclairait ce monde d'intrigue et de cupidité.

La nature de l'homme est l'énigme qui, seule, explique « les combinaisons infinies » que propose la société. Au reste, avec sérénité et tristesse, il admet que la dureté, l'ingratitude, l'injustice, l'amour de nous-mêmes et l'oubli des autres constituent le fond de la nature humaine : « la mort se fait sentir à tous les moments de la vie ». Triste peinture : « Je doute que le ris excessif convienne aux hommes, qui sont mortels. » Sous tant de caractères divers, la même certitude subsiste d'une issue fatale. Et ce n'est pas l'un des traits les moins cruels de l'auteur que cette fresque de vieillards déjà condamnés : Phidippe, qui craint la mort ; Gnathon, prisonnier de son vice et de ses terreurs ; Ruffin, jovial et sans cœur ; N..., qui bâtit pour lui seul et qui mourra demain ; Antagoras, haï de tous. Il n'y a qu'un seul remède : la solitude, pour nous rappeler à Dieu et à nous-mêmes.

Et pourtant La Bruyère, qui a fait l'inventaire des « puissances trompeuses », espère en la force du raisonnement quand il est utilisé pour l'apologétique. Aux antipodes d'un Pascal, il croit à l'entraînement des preuves et reprend l'enchaînement : « Je pense, donc Dieu existe. » Toutefois, cet homme tout en finesse rejette la subtilité : elle ne saurait nous introduire dans la compréhension du mystère ; à quoi bon, « à mesure que l'on acquiert « plus » d'ouverture dans une nouvelle métaphysique, perdre un peu de sa religion ? » L'existence du mal est, en effet, mystère : « Les extrémités sont vicieuses et partent de l'homme ; toute compensation est juste et vient de Dieu. »

Ainsi, la composition des Caractères est réelle : elle porte la marque de la personnalité de l'auteur que ses plongées dans le cœur humain ont convaincu de misanthropie. Tout au long de l'ouvrage, son désir de « désert » ne cesse de croître. Plus qu'un vain goût de littérature, il convient de situer les Caractères dans les perspectives du xviie siècle : comme les grands classiques, La Bruyère veut « instruire et plaire » ; nul doute qu'il ne confie son véritable but quand il écrit : « Quand on ne serait pendant sa vie que l'apôtre d'un seul homme, ce ne serait pas être en vain sur terre, ni lui être un fardeau inutile. » Ce zèle l'a tiré de sa réserve : La Bruyère est un moraliste, non un philosophe.

Il est donc abusif d'extraire des Caractères une philosophie politique : c'est en honnête homme et en chrétien que La Bruyère condamne le régime social dont il est le témoin ; c'est en cœur généreux qu'il a pitié du peuple des champs – ces « animaux mâles et femelles » –, non en précurseur des révolutionnaires. Il n'imagine pas une égalité parfaite et estime qu'un État doit conserver un grand mal [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne, responsable du centre international de francophonie de l'université de Paris-IV

Classification

Autres références

«  LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)  » est également traité dans :

CARACTÈRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 293 mots

Est-ce un « genre » que celui que ne représente qu'un seul ouvrage (car il faut laisser hors de cause les traités suivis, Caractères des passions , ou De l'amour , ou Des femmes par M me de Pringy, et aussi les versificateurs singes de La Bruyère, les Sellier, les Teissier...) ? À la rigueur, il y en a deux, si l'on adjoint au chef-d'œuvre de La Bruyère le mince volume de Théophraste. Mais ils d […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 951 mots

Les Caractères et mœurs de ce siècle de Jean de La Bruyère (1645-1696) ont été publiés en 1688 dans un même volume, à la suite des Caractères moraux de Théophraste (auteur grec du iv e  siècle av. J.-C.), dont ils constituent une version moderne. Rapidement, on vit que le profil bas adopté par l'auteur cachait un ouvrage original, tout entier porté à décrire, satiriser, juger et mettre en débat […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une Apologie de la r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO, « LA BRUYÈRE JEAN DE - (1645-1696) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-bruyere/