GASTINES JEAN DE (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte de l'art de vivre et du bien-être, Jean de Gastines est né en 1957 à Casablanca (Maroc). Après des études d'économie et d'histoire à la Sorbonne (1978), il s'inscrit à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, où il s'intéresse au cinéma avant de s'orienter finalement vers l'architecture. En 1980, en tant que responsable des maquettes dans l'atelier de Frank O. Gehry à Santa Monica (Californie), il expérimente de manière concrète la dimension formelle et expressive de l'architecture, découvrant un univers structurel et organique. Devenu architecte en 1984, Jean de Gastines ouvre dès l'année suivante sa propre agence à Paris.

Pour l'un de ses premiers contrats, l'agence Jean de Gastines Architectes rénove un appartement au cœur de Paris. Dès 1987, elle se concentre sur des projets liés à l'événementiel et à la mode, en particulier, avec la réalisation et l'aménagement d'une tente pour le salon La Mode aux Tuileries : ces 5 000 mètres carrés d'expérimentation lui offrent une visibilité dans ce domaine. De 1988 à 1994, l'agence se voit proposer la conception et la réalisation des aménagements du Salon du prêt-à-porter féminin, porte de Versailles à Paris. En parallèle, Jean de Gastines conçoit une boutique de lingerie de luxe pour la chaîne Capucine Puerari à Paris, avant de réaliser celles de Nice, Toulouse et Marseille.

Dès 1989, avec le château Bachen dans les Landes, le travail sur les exploitations viticoles devient le nouveau domaine de prédilection de l'agence. Dans ce projet, les chais de vinification sont souterrains : le creusement d'une place carrée, mettant en scène le bâtiment qui la surplombe, permet la circulation des véhicules et des denrées entre les locaux, indépendamment de la partie privée de la propriété, qui se trouve ainsi préservée. En 1992, à Saint-Jean-Pied-de-Port, inspiré par les casa « torre » du Pays basque espagnol, il réalise au-dessus des espaces techniques enterrés une habitation cubique dont la structure en béton est parée de pierre locale selon une méthode d'appareillage ancestrale.

Dès la fin des années 1990, Jean de Gastines réalise la restructuration d'un complexe thermal à Bains-les-Bains, dans les Vosges. Approfondissant son approche efficace et chaleureuse des structures liées au bien-être et à l'art de vivre, il s'est attaché à remettre à l'honneur les parties les plus anciennes de l'édifice (la piscine et les espaces de soins) en leur offrant la lumière naturelle transmise par des dalles de verre, dans l'esprit Art déco. La qualité de ce premier projet dans le thermalisme et la logique avec laquelle l'architecte a réussi à faire s'imbriquer les différents types d'activité lui ont assuré une renommée nouvelle, lui permettant de mener à bien de nombreux projets, tels les thermes d'Eugénie-les-Bains (1996) et ceux de Cambo-les-Bains et de Jonzac (2000). Ce dernier exemple, pour lequel il a élaboré aussi bien les lieux de cure que les résidences et les espaces publics et commerciaux, constitue une référence : les logements, inspirés des demeures saintongeaises longues et basses, desservis par des espaces de circulation sous coursives offrent aux curistes un dépaysement total. L'utilisation du bois de Douglas relève du respect des techniques et des matériaux locaux et contribue au dialogue qui est ainsi créé entre intérieur et extérieur.

Résidences de curistes et thermes de Jonzac, J. de Gastines

Photographie : Résidences de curistes et thermes de Jonzac, J. de Gastines

Inspiré par les demeures saintongeaises, le complexe de résidences de curistes et de thermes de Jonzac (Charente-Maritime), conçu par Jean de Gastines en 2000, imagine une architecture technique et fonctionnelle en harmonie avec le lieu dans lequel elle s'inscrit. 

Crédits : G. Bouchet

Afficher

En parallèle, Jean de Gastines a réalisé de nombreux projets dans le domaine du tourisme, notamment des cottages en Moselle pour la chaîne Center Parcs, mais aussi des maisons particulières en France, en Belgique et en Irlande.

En 2003, l'agence Shigeru Ban Architects Europe, née de la rencontre entre Jean de Gastines et l'architecte japonais, remporte le concours de l'antenne du Centre Georges-Pompidou à Metz. Partant de l'image de boîtes empilées et recouvertes d'une toiture souple épousant les volumes, le projet convainc surtout pour sa fonctionnalité et les réponses précises qu'il apporte au cahier des charges. La particularité du Centre est d'être un lieu exclusivement consacré aux expositions temporaires : il possède donc un quai de déchargement intérieur et offre des salles d'exposition suffisamment vastes et flexibles pour accueillir toutes sortes d'œuvres contemporaines. La colonne d'ascenseurs, prolongée par un paratonnerre culminant à 77 mètres de hauteur, [...]

Centre Pompidou-Metz, Shigeru Ban et J. de Gastines

Photographie : Centre Pompidou-Metz, Shigeru Ban et J. de Gastines

Le Centre Pompidou-Metz, inauguré en 2010, poursuit le projet de décentralisation culturelle en France. Le bâtiment, conçu par Shigeru Ban et Jean de Gastines, comprend trois galeries d'exposition formant une architecture modulaire. La hauteur de certaines salles, comme la grande nef, permet... 

Crédits : D. Gréco

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Résidences de curistes et thermes de Jonzac, J. de Gastines

Résidences de curistes et thermes de Jonzac, J. de Gastines
Crédits : G. Bouchet

photographie

Centre Pompidou-Metz, Shigeru Ban et J. de Gastines

Centre Pompidou-Metz, Shigeru Ban et J. de Gastines
Crédits : D. Gréco

photographie

La Seine musicale, Shigeru Ban et Jean de Gastines

La Seine musicale, Shigeru Ban et Jean de Gastines
Crédits : Didier Boy de la Tour

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteure en histoire de l'art

Classification

Autres références

«  GASTINES JEAN DE (1957- )  » est également traité dans :

CENTRE POMPIDOU-METZ

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 864 mots
  •  • 1 média

Trente-trois ans après sa création, le Musée national d'art moderne-Centre Georges-Pompidou a inauguré à Metz, en 2010, un nouveau lieu d'expositions. Dénommé Centre Pompidou-Metz , il constitue une des premières expériences de décentralisation en région d'un établissement public culturel national, réalisée en partenariat avec une collectivité territoriale, la Communauté d'agglomération de Metz M […] Lire la suite

LA SEINE MUSICALE, Boulogne-Billancourt

  • Écrit par 
  • Eve ROY
  •  • 1 085 mots
  •  • 1 média

« Posé » sur l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt, le nid tressé de l’auditorium de la Seine musicale , construit par les architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines, marque le premier aboutissement de l’histoire longue et complexe du réaménagement de l’île Seguin. Il vient couronner un ensemble de large extension (36 500 m 2 ) dont les différents éléments architecturaux se complètent sur un socle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eve ROY, « GASTINES JEAN DE (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-gastines/