BOLLACK JEAN (1923-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art de lire

À partir des années 1980, Jean Bollack consacre une part importante de son activité à la tragédie antique avec des commentaires de l'Agamemnon d'Eschyle (avec Pierre Judet de La Combe, 3 vol., 1981), le monumental commentaire d'Œdipe roi (L'Œdipe roi de Sophocle, 4 vol., 1990), des interprétations (La Naissance d'Œdipe, 1995 ; La Mort d'Antigone. La tragédie de Créon, 1999 ; Dionysos et la tragédie, 2005) et de nombreuses traductions de pièces pour le théâtre réalisées avec sa femme Mayotte, occasion d'échanges avec les metteurs en scène comme Alain Milianti (Lille, 1985), Ariane Mnouchkine (Les Atrides à la Cartoucherie, 1990), Jacques Lassalle (Andromaque à Avignon, 1994) ou Camilla Saraceni (Hélène, 1998), dont l'aboutissement provisoire est l'expérience de la mise en scène avec Mathieu Bozonnet (Antigone, 1999). La pratique philologique rejoint ainsi d'elle-même son enjeu esthétique et surtout son actualité, en allant à la rencontre d'un public.

L'intérêt pour les réalisations de la modernité n'a cessé d'accompagner le travail philologique sur les anciens : en prenant pour objet d'étude la poésie de Paul Celan (Pierre de cœur, 1991 ; Poésie contre poésie. Celan et la littérature, 2001), Jean Bollack montre que la philologie est avant tout un art de lire, et que l'expérience de lecture des textes difficiles, fragmentaires ou chiffrés, renvoie à des principes herméneutiques communs. L'attention prêtée à la référence – culturelle ou anecdotique – et à sa transposition fait accomplir de grands progrès à la compréhension de cette poésie obscure. Le vaste effort de lecture de ces textes difficiles débouche sur la publication de plusieurs livres, en particulier d'une poétique, somme de réflexions glanées au cours du travail interprétatif (L'Écrit, 2000) et d'un recueil d'entretiens (Sens contre sens, 2000).

L'effort pour la compréhension des œuvres, const [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur de recherche au C.N.R.S., centre Marc-Bloch, Berlin

Classification


Autres références

«  BOLLACK JEAN (1923-2012)  » est également traité dans :

LA GRÈCE DE PERSONNE (J. Bollack)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 359 mots

En réunissant des études écrites sur près de quarante années (1958-1997), Jean Bollack fait la démonstration des possibilités de la philologie, au sens fort qu'il lui donne. Il réfléchit en même temps au chemin parcouru et à l'itinéraire intellectuel qui l'a permis : les essais qui composent La G […] Lire la suite

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’aventure de la traduction »  : […] Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt, elle est d’abord l’élève des philosophes Michel Deguy et Jean Beaufret, qui ont grandement contribué à l’introduction de la pensée de Martin Heidegger en France. Grâce à Jean Beaufret, elle participe au mythique séminaire du Thor, près de L’Isle-sur-la-Sorgue, qui se tint chez René Char en 1969, en présence de Heidegger. L’empreinte de la pensée de c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis THOUARD, « BOLLACK JEAN - (1923-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bollack/