LA GRÈCE DE PERSONNE (J. Bollack)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En réunissant des études écrites sur près de quarante années (1958-1997), Jean Bollack fait la démonstration des possibilités de la philologie, au sens fort qu'il lui donne. Il réfléchit en même temps au chemin parcouru et à l'itinéraire intellectuel qui l'a permis : les essais qui composent La Grèce de personne (1997) sont ainsi replacés dans le cadre d'une vie dans le siècle, celle d'un philologue né en 1923 à Strasbourg, de formation germanique car ayant fait ses études à Bâle (il a suivi en particulier l'enseignement de Peter von der Mühll, représentant de la grande tradition de la philologie classique). Il a poursuivi son cursus à Paris, puis a exercé en France, à l'université de Lille où il a fondé le Centre de recherche philologique. Cette situation n'a pu que favoriser sa perception des différences culturelles. La philologie est d'abord l'art de lire, et la biographie intellectuelle s'organise autour de l'apprentissage de la lecture : lire l'histoire de la discipline (philologie et herméneutique) ; lire les totalités à reconstituer (les mythes, les cosmologies présocratiques, les œuvres) ; lire enfin les différences, à même le signifiant (sur le Cratyle, Héraclite, les Tragiques, Paul Celan).

Dans La Grèce de personne, les voies de la philologie convergent dans la confrontation permanente de la tradition – à la fois culturelle et savante, avec sa puissance collective d'intégration et d'uniformisation, et de l'individualité – celle de la lettre, du texte, mais aussi celle de la « personne » qui se voit prise dans une existence historique. Aussi le livre ne se limite-t-il pas à la seule étude de l'Antiquité classique, dont Bollack a renouvelé radicalement la connaissance, notamment dans ses travaux sur les présocratiques ou sur les Tragiques, mais aborde différents moments de la tradition culturelle où le fonds classique a été diversement actualisé et déformé. Ainsi Freud pensa-t-il trouver chez Empédocle un appui pour formuler sa doctrine des pulsions de mort et d'amour, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur de recherche au C.N.R.S., centre Marc-Bloch, Berlin

Classification

Pour citer l’article

Denis THOUARD, « LA GRÈCE DE PERSONNE (J. Bollack) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grece-de-personne/