AURENCHE JEAN (1904-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Curieux itinéraire que celui de cet écrivain de cinéma, né le 11 septembre 1904 à Pierrelatte (Drôme). Élevé chez les jésuites, il n'éprouve guère de penchants pour la casuistique. Après un passage comme aide-régisseur chez Charles Dullin, il est embauché dans une agence de publicité, où il travaille avec un certain Jean Anouilh. Il n'hésitera pas, un jour, à faire jouer son beau-frère, Max Ernst, dans une réclame pour les Galeries Barbès...

Anarchiste anticlérical et antimilitariste, Jean Aurenche ne pouvait qu'apprécier Jacques Prévert, dont il dira plus tard : « Avec Prévert, [...] c'était un peu comme si j'étais resté sur le quai à regarder passer l'express. L'express, c'était lui. Pas question de le suivre. » De cette rencontre date sans doute sa vocation pour le cinéma.

Peu après Hôtel du Nord, dont il écrit le scénario en 1938 avec Henri Jeanson pour Marcel Carné, Jean Aurenche entame avec Pierre Bost ce qui allait constituer l'une des plus fructueuses collaborations d'écrivains de cinéma. Tandis qu'Aurenche construit, Bost écrit. Les deux hommes, dès lors, enchaînent scénario sur scénario : Douce (1943), Sylvie et le fantôme (1944), La Symphonie pastorale, La Septième Porte, Le Diable au corps (1946), Les Amants du pont Saint-Jean (1947), Au-delà des grilles (1948), Occupe-toi d'Amélie (1949), Dieu a besoin des hommes (1950), L'Auberge rouge, Jeux interdits (1951), Les Sept Péchés capitaux, Destinées (1952), Le Blé en herbe (1953), Le Rouge et le Noir (1954), Gervaise, La Traversée de Paris (1956), En cas de malheur, Tu ne tueras point (1958), Les Amitiés particulières (1962)...

Le succès d'Aurenche et de Bost, qui travaillent avec d'aussi prestigieux metteurs en scène que Marcel Carné, René Clément ou Claude Autant-Lara, est pourtant remis en question. Dès 1954, François Truffaut écrit à leur sujet dans Les Cahiers du ciném [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, docteur en littérature et en civilisation françaises

Classification


Autres références

«  AURENCHE JEAN (1904-1992)  » est également traité dans :

AUTANT-LARA CLAUDE (1901-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 910 mots

L'anathème jeté à la fin des années 1950 par la nouvelle vague sur Claude Autant-Lara, comme la dérive politique et les dérapages verbaux discutables des dernières années de sa vie ne sauraient éclipser le rôle majeur que le réalisateur du Diable au corps et de La Traversée de Paris a joué dans le cinéma français. Claude Autant-Lara est né le 5 a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-autant-lara/#i_51778

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La question de l'adaptation »  : […] Par conséquent, très tôt les œuvres romanesques du xix e  siècle ont été prises en considération par les scénaristes ou les cinéastes au même titre que le corpus théâtral. À un premier niveau, la relation à ces œuvres d'un passé plus ou moins lointain a été très intéressée. La renommée attachée à certains noms (Shakespeare, Hugo...) ou à certains t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-cinema/#i_51778

LAISSEZ-PASSER (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 946 mots

La sortie de Laissez-passer , dix-huitième film de fiction de Bertrand Tavernier, a été, aux premiers jours de 2002, l'occasion d'un vif affrontement au sein de la critique française. C'était moins le contenu du film qui motivait l'ire, voire le mépris, des héritiers autoproclamés de la Nouvelle Vague, que ce qu'ils n'y trouvaient pas : une autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laissez-passer/#i_51778

Pour citer l’article

Michel DANSEL, « AURENCHE JEAN - (1904-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-aurenche/