e et au XIXe siècle" />

JARDINS BOTANIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Jardin royal des plantes médicinales de Paris

Fondé en 1626 par G. de la Brosse, « pour y faire démonstration aux escholiers et autres personnes intéressées... », le Jardin royal des plantes médicinales est officialisé par un édit de 1635. Ouvert au public à partir de 1640, ce qui deviendra plus tard le Jardin des Plantes renferme à cette époque près de 2 300 plantes.Vespasien Robin, « arboriste » (botaniste) de Louis XIII, transplante sur ce site des végétaux que Jean, son père, cultivait à la pointe ouest de l'île de la Cité et dont l'ouvrage Le Jardin du Roy très Chrestien Henry IV de P. Vallet (1608) donne diverses images. Après une période incertaine, le jardin est réagencé en 1694 par J. P. de Tournefort, selon ses classes d'herbes et d'arbres. Entre-temps, la « butte Coypeau » (grand labyrinthe actuel) a été plantée de vignes, puis des déblais provenant de l'élargissement des rues de Paris ont constitué le petit labyrinthe. Ces deux monticules seront plus tard peuplés de conifères et B. de Jussieu y installera en 1734 le cèdre du Liban, toujours vivant.

Une serre chauffée, considérée comme la première en France, est édifiée en 1714 et permet de développer, parmi d'autres exotiques, des plants de caféier qui seront multipliés puis diffusés outre-mer, aux Antilles en particulier.

C'est la dynastie des Jussieu qui a orienté le développement de la botanique scientifique au Jardin du Roi (entre 1710 et 1789) puis au Muséum d'histoire naturelle (1793-1853), d'autant que cet établissement a bénéficié d'importants agrandissements et aménagements obtenus par Buffon entre 1739 et 1788. Vers 1775, la nomenclature binominale de Linné est adoptée pour l'étiquetage des spécimens, tandis que B. de Jussieu, à Trianon, ordonne déjà les végétaux selon une « classification naturelle » que développera, à Paris, puis publiera en 1789, son neveu, A. L. de Jussieu.

Il semble utile de rappeler ici une étape instructive. Entre 1630 et 1660, Gaston d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  JARDINS BOTANIQUES  » est également traité dans :

CONSERVATOIRE BOTANIQUE NATIONAL DE BREST

  • Écrit par 
  • Luc GUIHARD
  •  • 1 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Éduquer pour protéger »  : […] En complément des actions techniques de protection, le Conservatoire a dès l'origine mis l'accent sur l'information du public, considérant l'éducation comme un élément majeur de sa stratégie de conservation. Son jardin, qui s’étend sur 30 hectares, reçoit le label de Jardin remarquable en 2009, puis celui de Jardin botanique de France et des pays francophones en 2013. Il contribue quotidiennement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservatoire-botanique-national-de-brest/#i_99765

FONDATION DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 320 mots

L'ancêtre du Muséum est le Jardin des Plantes médicinales du roi, créé en 1635 par le médecin de Louis XIII, Gui de la Brosse. Quelques années plus tard, le Jardin possède déjà plus de deux mille espèces et l'on voit déjà poindre les spécificités actuelles du Muséum : collections (enrichies sans cesse par des voyageurs naturalistes, envoyés aux quatre coins du monde), enseignement et diffusion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-du-museum-national-d-histoire-naturelle-de-paris/#i_99765

GHINI LUCA (1490-1556)

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 624 mots

Médecin et botaniste italien, Luca Ghini créa les premiers jardins botaniques en Italie et fut promoteur de l’herbier au sens moderne du terme. Né à Croara, près d’Imola (Italie), Luca Ghini suit des études de médecine à l’université de Bologne et reçoit le 17 janvier 1527 le titre de docteur en médecine. Il y professe ensuite cette discipline en une chaire créée pour lui le 19 février 1528. Nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-ghini/#i_99765

HERBIER DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 2 170 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’herbier national »  : […] La constitution d’un herbier est une pratique qui est apparue vers 1530 en Italie, à Pise, avec les premières planches séchées du botaniste Luca Ghini. Elle est concomitante des jardins botaniques et témoigne d’une volonté de comprendre le monde végétal. La production de papier, qui s’est accrue avec le développement de l’imprimerie, n’est pas non plus étrangère à l’essor de la constitution des h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbier-du-museum-national-d-histoire-naturelle/#i_99765

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 661 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de l'horticulture »  : […] L'œuvre théorique et pratique de John Claudius Loudon condense certains des aspects qui dominent le xix e  siècle. Promoteur du parc public urbain, il milite également pour une esthétique du jardin baptisée «  gardenesque  » – à l'imitation du « pittoresque » – et basée sur la mise en valeur des végétaux pour eux-mêmes, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-la-revolution-industrielle-a-nos-jours/#i_99765

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « L'enquête sur la nature »  : […] En tant que connaissance rationnelle de la nature, la philosophie croise le jardin dans l'œuvre de Théophraste qui, héritier d'Aristote et du Lycée, observe les plantes. Et si l'esthétique n'est pas au rendez-vous dans Les Recherches sur les plantes , on peut supposer que les planches accompagnant le De Materia medica de Dioscoride Pedanius (élève de Th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-esthetique-et-philosophie/#i_99765

JARDINS - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 2 899 mots

Dans le chapitre « Le végétal »  : […] La vocation du jardin à constituer une collection aux enjeux scientifiques et techniques s'est particulièrement traduite sur le plan de la sélection des plantes disponibles, dont l'éventail correspond à la notion de palette végétale et qui connaît une évolution étudiée par l'histoire de la botanique appliquée aux jardins. Ce champ de recherche a émergé à partir des années 1990. Si les jardins bot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-sciences-et-techniques/#i_99765

KEW JARDINS BOTANIQUES DE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 415 mots

Le xviii e  siècle voit se multiplier les initiatives royales en faveur des jardins botaniques : à Saint-Pétersbourg, Pierre le Grand installe un jardin botanique au centre de l'Académie impériale des sciences et, à Paris, Louis XV favorise, grâce à l'action de Buffon, l'essor et le rayonnement du Jardin du roi. Ce sont également des membres de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-botaniques-de-kew/#i_99765

SINGAPOUR

  • Écrit par 
  • Rodolphe DE KONINCK
  •  • 6 470 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La domestication de la nature »  : […] Cette domestication, c'est d'abord celle de l'île même de Singapour, dont la forme est constamment modelée au fil des projets d'expansion des littoraux. Le pourtour de l'île apparaît d'autant plus modifié que, depuis les années 1980, on procède à l'endiguement des baies et estuaires à mangrove du nord de l'île. Les bassins qui en résultent sont alors désalinisés et assainis. Aujourd'hui, sept des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/singapour/#i_99765

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard AYMONIN, « JARDINS BOTANIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-botaniques/