HUTTON JAMES (1726-1797)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La toile de fond : le neptunisme

Il n'est pas vrai (comme on l'a trop souvent dit) que ce soit Hutton qui ait introduit l'affirmation d'une très longue durée des temps géologiques – même Jean André De Luc (1727-1817), pourtant fidèle à la Bible, et adversaire courtois de Hutton, s'y était déjà rallié –, ni celle de l'identité des processus passés et actuels, notamment en matière d'érosion (toute une école, surtout française, l'affirmait, d'Henri Gautier, en 1721, à Nicolas Desmarest, François Dominique de Reynaud, comte de Montlosier, etc., dans les années 1780). Hutton se contente d'embrasser le tout dans une synthèse cohérente, un système complet.

Mais la science naissante de la Terre, dans un consensus presque universel, bénéficiait alors d'une théorie globale unificatrice apparemment satisfaisante, à savoir la doctrine neptunienne. Cette théorie, très logiquement, postulait une genèse graduelle des grandes formations superposées constituant le sous-sol, successivement déposées, voire précipitées, au sein d'un océan universel aux eaux peu à peu abaissées et progressivement épurées. Le visage actuel du globe était ainsi issu d'une évolution physique à sens unique, irréversible ; les uns ponctuaient cette évolution de catastrophes, d'autres, non. La doctrine neptunienne ne dépendait pas de présupposés religieux (son plus influent défenseur, le célèbre Abraham Gottlob Werner, était franc-maçon). Le neptunisme servait de credo théorique à la géognosie, science purement objective de la distinction et de la description des divers ensembles lithologiques formant le bâti d'une région (en termes actuels, les étages structuraux). On tenait chaque type tranché de roche pour le produit, la « formation » caractéristique d'un âge donné de la Terre. La plus basse, donc la plus ancienne, était le granite ; on trouvait ensuite les schistes cristallins, groupés tous deux sous le nom de Primitif, et considérés comme des précipités cristallisés primordiaux nés en milieu aqueux, au début et une fois pour toutes. La méthode de l'a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUTTON JAMES (1726-1797)  » est également traité dans :

THEORY OF THE EARTH (J. Hutton)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 294 mots

L'Écossais James Hutton (1726-1797) publie en 1795 Theory of the Earth, ouvrage considéré comme majeur dans l'histoire de la géologie. Il y développe une synthèse complète et cohérente de la machine « Terre » en proposant une vision cyclique de son histoire.Le système de James Hutton est tout d'abord fondé sur une chaleur centrale in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theory-of-the-earth/#i_38338

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements »  : […] En moins de vingt ans (1810-1830), la géologie moderne naît, avec son programme et ses institutions. Elle a été préparée par trois prises de conscience qui bouleversent les rapports entre l'homme et le cosmos terrestre. Il s'agit d'abord de l' immensité des temps géologiques  ; à partir de 1770, un nombre vite croissant d'auteurs de tous bords font leur cette idée ; pour les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_38338

GRANITES ET RHYOLITES

  • Écrit par 
  • Bernard BONIN, 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Georges PÉDRO, 
  • Michel ROBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Origine et cristallisation »  : […] La diversité d'aspect des massifs granitiques et l'homogénéité relative de leurs compositions ont donné lieu à de longues et âpres discussions, la controverse du granite, née de l'opposition de deux écoles : «  neptuniste », avec A. G. Werner qui supposait le granite très ancien et produit par la sédimentation au sein d'un océan primitif, et «  plutoniste », avec J. Hutton, qui insista dans sa th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granites-et-rhyolites/#i_38338

HALL sir JAMES (1761-1832)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 137 mots

Géologue écossais fondateur de la géologie expérimentale, James Hall, né à Dunglass, fait ses études à l'université de Cambridge, puis à l'université d'Édimbourg où il devient l'ami de J. Hutton. Voulant vérifier les théories de ce dernier sur l'origine des roches, il tente de reproduire celles-ci expérimentalement et il réussit ainsi à obtenir, par refroidissement d'un mélange fondu, de la doléri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hall-sir-james/#i_38338

HALL : GÉOLOGIE EXPÉRIMENTALE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 123 mots

Le géologue écossais James Hall (1761-1832) est considéré comme le fondateur de la géologie expérimentale. Il a reproduit expérimentalement les théories de James Hutton sur l'origine ignée (magmatique) des roches : en partant d'un basalte fondu se refroidissant lentement, il est parvenu à faire cristalliser de la dolérite. Il a également obtenu un marbre à partir de roches carbonatées. Hall a par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hall-geologie-experimentale/#i_38338

MAGMA TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Chrystèle SANLOUP
  •  • 1 931 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Magmatologie expérimentale »  : […] Les magmas ne sont pas observables in situ, c'est-à-dire dans les conditions de leur genèse. Les laves échantillonnées en surface sont le produit de l'évolution des magmas, formés en profondeur, au cours de leur ascension. Une large part des connaissances que nous en avons viennent de l'expérimentation. James Hutton (1726-1797), un des fondateurs de la géologie moderne, comprit que les granites s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magma-terrestre/#i_38338

ROUELLE GUILLAUME-FRANÇOIS, dit ROUELLE L'AÎNÉ (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Guillaume-François Rouelle (dit l’Aîné, pour le distinguer de son cadet Hilaire-Marin, également chimiste) est un apothicaire et chimiste français né à Mathieu (près de Caen) le 15 septembre 1703, dans une famille de fermiers normands. Ses cours parisiens furent suivis tant par les chimistes de son époque que par de nombreux philosophes des Lumières. Après avoir commencé des études de médecine à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-francois-rouelle/#i_38338

UNIFORMITARISME

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 930 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le terme « uniformitarisme » est dû à William Whewell (1794-1866) ; dans un commentaire de 1832 sur l'œuvre de Charles Lyell, il prévoit que l'ensemble des géologues sera longtemps divisé en deux groupes antagonistes, «  The Uniformitarians and the Catastrophists  ». Lyell (1797-1875), étudiant en droit à Oxford, s'intéresse très tôt à la géologie. À par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uniformitarisme/#i_38338

Voir aussi

Pour citer l’article

François ELLENBERGER, « HUTTON JAMES - (1726-1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-hutton/