Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THEORY OF THE EARTH (J. Hutton)

L'Écossais James Hutton (1726-1797) publie en 1795 Theory of the Earth, ouvrage considéré comme majeur dans l'histoire de la géologie. Il y développe une synthèse complète et cohérente de la machine « Terre » en proposant une vision cyclique de son histoire.

Le système de James Hutton est tout d'abord fondé sur une chaleur centrale inépuisable (alimentée par la combustion des dépôts sédimentaires enfouis). Les sédiments provenant de l'érosion des continents se déposent peu à peu au fond des mers, se consolident et s'indurent sous l'effet de ce feu souterrain. Certains vont même fondre et se transformer. Les produits en fusion (le granite) s'injectent dans les couches, les repoussent, les plissent et les soulèvent : c'est la formation des montagnes. Puis un nouveau cycle démarre : érosion, sédimentation, orogenèse.

Hutton, en octroyant une origine ignée (magmatique) au granite, s'oppose alors à la doctrine du moment, le neptunisme (origine sédimentaire de toutes les roches). Cette nouvelle théorie prendra le nom de plutonisme.

Enfin, deux points particuliers méritent d'être soulignés dans cet ensemble cohérent. Hutton est le premier à donner la signification des discordances angulaires : les couches soulevées et plissées par une orogenèse sont ensuite érodées et font ainsi un angle avec les couches sus-jacentes qui se sont déposées horizontalement. De même, il est le premier à postuler que les terrains « primitifs » sont des sédiments peu différents au moment de leur dépôt des sédiments actuels mais qu'ils ont été ensuite transformés ou fondus. Ce phénomène sera appelé plus tard le métamorphisme.

— Florence DANIEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi