WILSON JAMES HAROLD (1916-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier ministre de Grande-Bretagne de 1964 à 1970, puis de 1974 à 1976.

Né à Huddersfield, fils d'un agent électoral du Parti libéral (ancien agent électoral de Churchill), James Harold Wilson étudie à Wirral Grammar School (Cheshire) et à Jesus College (Oxford). Diplômé en économie, politique et philosophie, il enseigne l'économie à l'université d'Oxford à partir de 1937. En 1938 et 1939, il est assistant de recherche au côté du planificateur et économiste sir William Beveridge. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la fonction publique. D'abord conseiller économique au secrétariat du ministère de la Guerre (1940-1941), puis au département des Mines (1941-1943), il devient en 1943-1944 directeur de l'Économie et des Statistiques au ministère de l'Énergie, où il se taille une réputation d'administrateur efficace.

Élu député travailliste d'Ormskirk en 1945, Wilson entre aussitôt au gouvernement de Clement Attlee. Secrétaire parlementaire au ministère des Travaux publics de 1945 à 1947, puis secrétaire d'État au Commerce extérieur de mars à octobre 1947, il sera président du Board of Trade (ministère du Commerce) de 1947 à 1951. Il démissionne, en signe de protestation contre les réductions des crédits affectés à la Santé publique et contre les augmentations du budget militaire.

Le Parti travailliste ayant été battu aux élections de 1951, Wilson, dans l'opposition, prend des positions nettement antiaméricaines et favorables à la nationalisation des industries britanniques. Il devient, en cette période d'opposition, conseiller économique d'un certain nombre de firmes anglaises. À partir de 1952, il siège au conseil exécutif du Parti travailliste. En 1959, il appuie la gauche du parti contre le leader travailliste, Hugh Gaitskell, lorsque celui-ci veut abandonner la politique traditionnelle de nationalisation, politique inscrite dans la constitution même du parti. En 1963, à la mort de Gaitskell, Wilson est élu leader du Parti travailliste.

Ayant mené son parti à la victoire lors des élections parlementaires, il devient, en octobre 1964, Premier ministre. Héritant d'un lourd passif en matière de balance commerciale, il s'attache à accélérer l'expansion économique tout en redressant la balance des paiements. Pour combattre le traditionalisme du Trésor (ministère des Finances), il crée le département des Affaires économiques, qui élabore, en 1965, un plan national prévoyant un taux d'expansion économique de 4,5 p. 100 par an. Mais le Trésor est bien trop puissant, et ce nouveau ministère va être enterré en 1969, l'expansion économique souhaitée n'ayant pu se réaliser. Dès novembre 1964, sous la pression du Trésor, Harold Wilson prend la défense de la parité de la livre sterling, mettant ainsi en cause toute sa politique fondée sur l'expansion économique et les mesures sociales.

Harold Wilson et les Beatles

Photographie : Harold Wilson et les Beatles

Le travailliste britannique Harold Wilson (1906-1995), au centre, avec les Beatles au Dorchester Hotel de Londres, en 1964. 

Crédits : Kent Gavin/ Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ce retour à la politique des conservateurs (resserrement du crédit, freinage de la demande interne) est accompagné d'autres retournements. Contrairement à ses prises de position antérieures, il décide le maintien d'une présence militaire britannique à l'est du canal de Suez, et annonce qu'il n'entend pas employer la force militaire contre les Rhodésiens blancs lorsque ceux-ci se séparent de la Grande-Bretagne en 1965. En 1966, il gagne de nouvelles élections, cette fois-ci avec une majorité de 100 sièges. C'est un triomphe personnel. Il abandonne alors certaines options politiques précédentes : il dévalue la livre sterling en 1967, réduit l'effort militaire à l'est de Suez, affirme son soutien aux Américains dans la guerre au Vietnam et, oubliant son hostilité au Marché commun européen, dépose une demande d'entrée dans la Communauté économique européenne ; celle-ci est rejetée, le général de Gaulle s'y opposant fermement.

Redevenu leader de l'opposition, à l'issu des élections législatives de juin 1970, Wilson se tourne vers la gauche de son parti, reniant nombre de politiques qu'il avait soutenues lors de son passage au pouvoir. Il s'oppose, dès 1970, à l'entrée de la Grande-Bretagne au Marché commun et à toute législation sur les conflits sociaux. La crise économique qui secoue la Grande-Bretagne à la fin de 1973 pousse le pays vers des élections anticipées ; celles-ci ont lieu le 28 février 1974. Aucune majorité ne se déga [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  WILSON JAMES HAROLD (1916-1995)  » est également traité dans :

CALLAGHAN JAMES (1912-2005)

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 825 mots

James Leonard Callaghan a été Premier ministre travailliste du Royaume-Uni d'avril 1976 à mai 1979. Sa défaite électorale provoqua l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher. Né le 27 mars 1912 à Portsmouth, dans une famille modeste, orphelin de père, il reçoit de sa mère, baptiste convaincue, une éducation stricte. Quittant l'école assez jeune, il entre, à dix-sept ans, dans l'administration fisca […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « L'âge des désillusions »  : […] Les années 1960 ont été celles de bien des déceptions, mais aussi de retournements significatifs et des progrès d'une conception humaine des relations sociales. En annonçant, au Cap, en 1961, qu'« un vent du changement » s'était levé sur l'Afrique, Harold Macmillan entendait mettre ses auditeurs devant l'alternative de l'abandon de l' apartheid ou du départ d'un Commonwealth dont l'élargissement […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les référendums »  : […] Dans le premier référendum de son histoire, le 5 juin 1975, le peuple britannique donne une large majorité au maintien de la Grande-Bretagne dans le Marché commun (entrée en vigueur le 1 er  janvier 1973) par 67,2 p. 100 de oui contre 32,8 p. 100 de non, avec 35,5 p. 100 d'abstentions. Ce référendum est organisé par le Premier ministre Wilson précisément parce que son parti est profondément divis […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  De la « révolution silencieuse » aux crises des années 1960 et 1970 »  : […] Lorsqu'il arrive au pouvoir, en juillet 1945, le gouvernement Attlee, premier gouvernement travailliste à disposer d'une majorité absolue à la Chambre des communes, est doté d'un solide programme social. Celui-ci reprend la plupart des thèmes de réformes longuement débattues au Parlement, dans le pays et jusque dans les armées durant les deux dernières années de la guerre, après la publication du […] Lire la suite

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un parti de gouvernement »  : […] Ses progrès et le déclin du libéralisme ouvrent une ère d'incertitude politique dans un pays accoutumé au charme discret de la stabilité bipartisane : six élections et neuf gouvernements en treize ans, de 1922 à 1935. Parmi ceux-ci on remarque le premier gouvernement travailliste, présidé par Ramsay MacDonald, en 1924. Sa survie dépend des libéraux, et il servira davantage à accréditer la capacité […] Lire la suite

ZIMBABWE

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Franck MODERNE
  • , Universalis
  •  • 16 846 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la Déclaration unilatérale d'indépendance au Zimbabwe indépendant »  : […] La situation de la Rhodésie est certes des plus claires sur le plan intérieur mais des plus confuses sur le plan international. La colonie est devenue rebelle à la suite de la Déclaration unilatérale d'indépendance que Londres refuse d'avaliser (mais l'utilisation de la force armée pour amener les colons à résipiscence est écartée dès 1965). Le gouvernement de Harold Wilson décide de recourir à d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « WILSON JAMES HAROLD - (1916-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-harold-wilson/