COOPER JAMES FENIMORE (1789-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'originalité de Cooper

Parce qu'il a découvert les sources nationales du romanesque, de l'humour et du tragique, et parce que sa renommée a très vite franchi les frontières, Cooper peut être tenu pour le premier grand romancier des États-Unis, et le plus influent de son époque. Au cours d'une carrière fiévreuse, il a traité une multitude de sujets, créé une foule de personnages, dont les plus mémorables sont Bas de cuir et Harvey Birch, le yankee roublard et patriote de L'Espion. C'est du terroir qu'il a tiré le sujet de ses meilleures œuvres, d'une Amérique bien observée, même si le tableau est parfois estompé par la nostalgie du passé ou caricaturé par l'irritation du présent. James Fenimore Cooper excelle à rendre deux mondes en voie de disparition au xixe siècle : la frontière, la marine à voile. Malgré ses qualités d'action et de « suspense », qui en font l'ancêtre du « western », son œuvre n'est pas dépourvue d'artifice ni de facilité. Idéaliste et chauvin, l'écrivain s'empêtre trop souvent dans un style ampoulé et prétentieux dont Mark Twain s'est cruellement moqué ; ses idylles, ses portraits de femmes se signalent par leur convention et leur fadeur quasi caricaturale. Mais on trouve aussi chez lui, quand le sujet l'inspire, de belles descriptions et d'admirables tirades qui évoquent Chateaubriand. Il restera sans doute le premier critique sévère des Américains et le créateur d'un mythe où s'expriment la fascination et le remords du Blanc devant l'élimination brutale des autochtones.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'américain à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  COOPER JAMES FENIMORE (1789-1851)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'homme de couleur »  : […] Pour les Européens, l'événement qui consacrait la naissance d'une littérature américaine était l'apparition de thèmes indigènes, d'une couleur locale comparable à celle que Chateaubriand était allé découvrir aux États-Unis. Le Peau-Rouge et l'esclave noir apportaient le dépaysement que cherchait le lecteur d'une littérature étrangère. Pour les Américains, il s'agissait moins d'une source de pittor […] Lire la suite

L'ENNEMI AMÉRICAIN (P. Roger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric FASSIN
  •  • 1 074 mots

Dans La Prairie américaine de James Fenimore Cooper, en 1827, on débat volontiers d'histoire naturelle : Bas-de-Cuir se gausse de l'ignorance d'un docte pédant, pour lui préférer la science pratique de son chien. Invoque-t-on Buffon ? Dans sa simplicité qui est une forme de lucidité, le trappeur légendaire n'entend d'ailleurs que « bouffon ». Philippe Roger n'évoque pas, dans L'Ennemi américain […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 892 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle lecture du monde »  : […] Dans les années 1850, on voit ainsi apparaître les premiers auteurs de romans ainsi identifiés : Gabriel Ferry, Gustave Aimard, le capitaine Mayne Reid. Tous sont alors considérés comme des émules de James Fenimore Cooper (1789-1851). Mais Cooper lui-même avait d’abord été considéré à son époque comme un romancier maritime ou un romancier historique, et le disciple, dans ce domaine, du très célèb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy Jean FORGUE, « COOPER JAMES FENIMORE - (1789-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-fenimore-cooper/