COOPER JAMES FENIMORE (1789-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parfois surnommé le « Walter Scott américain », James Fenimore Cooper est le pionnier du roman aux États-Unis, comme son roman est par excellence celui du pionnier. Doué d'une riche invention et d'un sens inné du romanesque, l'écrivain s'est inspiré d'exemples européens, mais son expérience américaine lui a fourni l'essentiel de sa matière. La jeunesse du monde entier l'a aimé, des auteurs tels que Balzac, Conrad et D. H. Lawrence ont fait son éloge. Notre siècle préfère en lui le démocrate jeffersonien, le pamphlétaire et le critique social ; nombre de contemporains voient dans les récits de Bas de cuir un des maîtres mythes de la nation américaine, et en leur auteur l'un de ceux qui ont su le mieux exprimer une ère révolue, mais capitale dans la formation des États-Unis.

Un indépendant

Cooper est né à Burlington (New Jersey), mais a passé son enfance au manoir d'Otsego Hall, à Cooperstown (New York) : son propre père, homme politique et colon, avait fondé cette ville sur la « frontière » encore à demi sauvage qui devait fournir à l'écrivain quelques-uns de ses meilleurs thèmes. Expulsé de Yale College, Cooper commence en 1806 une carrière navale qu'il abandonnera lorsque ses projets de navigation se trouveront contrariés. En 1810, il épouse une héritière new-yorkaise et mène la vie d'un gentleman-farmer dilettante jusqu'au moment où, ses cinq frères étant morts, il se trouve responsable de leurs familles. En 1820, à la suite d'un pari avec sa femme, Cooper rédige Precaution, roman de mœurs dans la manière de Jane Austen ; encouragé, il relève un défi après l'autre : The Spy (L'Espion, 1821) – roman semi-historique et national –, The Pioneers (Les Pionniers, 1823) – roman de la frontière –, The Pilot (Le Pilote, 1824) – roman maritime. Le succès vient très vite le récompenser ; une fois la fortune familiale rétablie, l'écrivain part pour l'Europe en 1826, résolu à faire le « grand tour » et à veiller sur ses intérêts littéraires en Grande-Bretagne. Plusieurs volumes retracent ces pérégrinations, au cours desquelles Cooper fréquente la haute société de l'Ancien Mond [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'américain à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  COOPER JAMES FENIMORE (1789-1851)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'homme de couleur »  : […] Pour les Européens, l'événement qui consacrait la naissance d'une littérature américaine était l'apparition de thèmes indigènes, d'une couleur locale comparable à celle que Chateaubriand était allé découvrir aux États-Unis. Le Peau-Rouge et l'esclave noir apportaient le dépaysement que cherchait le lecteur d'une littérature étrangère. Pour les Américains, il s'agissait moins d'une source de pittor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_6670

L'ENNEMI AMÉRICAIN (P. Roger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric FASSIN
  •  • 1 074 mots

Dans La Prairie américaine de James Fenimore Cooper, en 1827, on débat volontiers d'histoire naturelle : Bas-de-Cuir se gausse de l'ignorance d'un docte pédant, pour lui préférer la science pratique de son chien. Invoque-t-on Buffon ? Dans sa simplicité qui est une forme de lucidité, le trappeur légendaire n'entend d'ailleurs que « bouffon ». Philippe Roger n'évoque pas, da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ennemi-americain/#i_6670

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 892 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle lecture du monde »  : […] Dans les années 1850, on voit ainsi apparaître les premiers auteurs de romans ainsi identifiés : Gabriel Ferry, Gustave Aimard, le capitaine Mayne Reid. Tous sont alors considérés comme des émules de James Fenimore Cooper (1789-1851). Mais Cooper lui-même avait d’abord été considéré à son époque comme un romancier maritime ou un romancier historique, et le disciple, dans ce domaine, du très célèb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-aventures/#i_6670

Pour citer l’article

Guy Jean FORGUE, « COOPER JAMES FENIMORE - (1789-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-fenimore-cooper/