JAMES BOND 007 CONTRE DOCTEUR NO, film de Terence Young

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La recette d'un succès sans faille

Dans ce film à budget moyen (environ 21 500 euros), dont personne ne pouvait deviner qu'il serait le début d'une longue série à succès, se trouvent déjà les ingrédients devenus légendaires : générique graphique et pop art conçu par Maurice Binder, thème musical obsédant et menaçant de John Barry, personnage principal distingué et habillé avec élégance, connaisseur en champagnes millésimés, en diamants et en femmes, que le service de Sa Majesté fait souvent rencontrer des Américains rustres, belles créatures parfois dangereuses, tourisme et exotisme, poursuites et cascades (ici encore modestes), grands décors pour le repaire du méchant, et criminels mégalomaniaques – le tout enrobé d'humour.

La première apparition du personnage dans le film, et donc sur un écran de cinéma, est emblématique ; dans un élégant casino, face à une belle femme, il décline son nom de la façon que tout le monde connaît « Bond... James Bond ».

Mais le plus grand succès ne sera atteint, et les règles du jeu définitivement fixées, qu'avec le troisième épisode, Goldfinger, en 1964, réalisé par Guy Hamilton.

Dans Dr. No, Bond utilise encore des armes courantes et artisanales, ses mains ou un pistolet, tandis que les gadgets et autres voitures pourvues d'équipements spéciaux sont réservés au méchant. Ce n'est qu'un peu plus tard que Bond aura lui aussi à sa disposition une technologie ultramoderne, mise au service du bien, notamment une Aston-Martin dotée de capacités nautiques.

La première « James Bond Girl », incarnée par Ursula Andress, une sirène en bikini qui émerge de l'onde en chantonnant un calypso, est ici une sauvageonne innocente, et – bien qu'armée d'un poignard – elle n'est pas encore dangereuse. En revanche, Bond, avant de se voir proposer une mission par le patron des services secrets britanniques, flirte déjà avec la secrétaire « Moneypenny » (« môme d'un jour » dans la version française), et déjà les meurtres qu'on voit commettre sont dédramatisés et stylisés : dans Dr. No, les automatiques munis de silenci [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  JAMES BOND 007 CONTRE DOCTEUR NO, Terence Young  » est également traité dans :

BARRY JOHN (1933-2011)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 982 mots

Le compositeur britannique John Barry a acquis la célébrité tout autant grâce aux musiques jazzy et pop qu'il a composées pour de nombreuses aventures cinématographiques de James Bond que pour quelques-unes des plus belles fresques symphoniques dédiées au septième art, comme celles d' Out of Africa ou de Danse avec les loups . Né le 3 novembre 1933 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-barry/#i_38175

CONNERY SEAN (1930- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Sean Connery, de son vrai nom Thomas Connery, est né le 25 août 1930 à Édimbourg, Écosse. Après trois années dans la marine et une série de petits boulots, Connery pose pour des étudiants en art et des photographies de mode. Il représente l'Écosse au concours de M. Univers en 1953 (terminant troisième dans la catégorie des hommes de grande taille), ce qui l'amène à faire de la figuration dans des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sean-connery/#i_38175

JAMES BOND

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 994 mots

James Bond, agent des services secrets britanniques « autorisé à tuer », fut d'abord le héros d'une douzaine de romans à succès que l'Anglais Ian Fleming écrivit de 1953 à 1964. Dès 1966, Umberto Eco y décelait « la pureté de l'épopée primitive traduite sans pudeur et avec malice en termes d'actualité ». Le cinéma s'en saisit du vivant de son créateur, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond/#i_38175

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « JAMES BOND 007 CONTRE DOCTEUR NO, film de Terence Young », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond-007-contre-docteur-no/