JAMES BOND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

James Bond, agent des services secrets britanniques « autorisé à tuer », fut d'abord le héros d'une douzaine de romans à succès que l'Anglais Ian Fleming écrivit de 1953 à 1964. Dès 1966, Umberto Eco y décelait « la pureté de l'épopée primitive traduite sans pudeur et avec malice en termes d'actualité ». Le cinéma s'en saisit du vivant de son créateur, avec James Bond contre Dr No (Terence Young, 1962). Ce premier film rapporta 60 millions de dollars dans le monde. On compta près de cinq millions d'entrées en France. Il y a donc cinquante ans des débuts à la sortie du vingt-troisième « épisode », Skyfall. Cinquante ans, et des interprètes tour à tour écossais (Sean Connery), australien (George Lazenby), anglais (David Niven, Roger Moore et Daniel Craig), irlandais (Pierce Brosnan), gallois (Timothy Dalton). Vingt-cinq films : si Tarzan, Maciste ou Zatoichi ont connu davantage d'incarnations, James Bond a été aussi fidèle à son public que ses illustres congénères.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAMES BOND  » est également traité dans :

JAMES BOND 007 CONTRE DOCTEUR NO, film de Terence Young

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 184 mots

La période dite « de la guerre froide » a vu une évolution des thèmes des romans policiers et d'espionnage où des agents secrets parcourent le monde et luttent contre le communisme pour la conquête de l'espace et la suprématie atomique. Si ces romans (notamment, en France, ceux de Jean Bruce mettant en scène OSS 117) ont suscité diverses adaptations vite oubliées, aucune n'a rencontré un succès au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond-007-contre-docteur-no/#i_54856

BOYD WILLIAM (1952- )

  • Écrit par 
  • François GALLIX
  •  • 940 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un réaliste postmoderne »  : […] Au fil des ans, l'écriture de Boyd a subi une évolution importante en s'enrichissant de techniques nouvelles, en se complexifiant et en abordant des thèmes essentiels comme celui de l'impossibilité de retranscrire la vérité, le rôle du hasard et de la contingence, tout en conservant le ton humoristique qui le caractérise depuis le début. Sans abandonner le réalisme, l’écrivain emprunte également a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-boyd/#i_54856

Voir aussi

Pour citer l’article

René MARX, « JAMES BOND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond/