Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BARRY JOHN (1933-2011)

Le compositeur britannique John Barry a acquis la célébrité tout autant grâce aux musiques jazzy et pop qu'il a composées pour de nombreuses aventures cinématographiques de James Bond que pour quelques-unes des plus belles fresques symphoniques dédiées au septième art, comme celles d'Out of Africa ou de Danse avec les loups.

Né le 3 novembre 1933 à York, en Angleterre, John Barry Prendergast se prend très jeune de passion pour la musique et le cinéma. Son père possède plusieurs salles de cinéma, dans lesquelles l'adolescent découvre les compositeurs hollywoodiens les plus appréciés à l'époque : Erich Wolfgang Korngold, Max Steiner, Franz Waxman, Alfred Newman... Il étudie le piano et la trompette, s'initie à la composition et à l'arrangement jazz, grâce notamment à des cours par correspondance avec William « Bill » Russo, arrangeur renommé de Stan Kenton.

En 1957, John Barry crée son groupe de jazz mâtiné de pop et de rock, le John Barry and the Seven, ultérieurement rebaptisée John Barry Seven, qui se produira jusqu'en 1966. Le succès du groupe est immédiat. John Barry supervise les enregistrements du chanteur de rock Adam Faith, notamment le tube What Do You Want (1959). Le John Barry Seven décroche un contrat auprès de la firme E.M.I. et connaît un beau succès avec Hit and Miss (1960). John Barry, qui compose aussi de la musique pour des émissions de télévision ainsi que pour des clips publicitaires, décide alors de se consacrer au cinéma. Il compose une partie de la musique du film Beat Girl de Edmond T. Gréville (1960), dont la vedette est Adam Faith. John Barry devient ainsi le premier compositeur de variétés à pénétrer le milieu du cinéma britannique, qui est à cette époque dominé par des compositeurs « classiques », comme Malcolm Arnold.

L'année 1962 marque un tournant décisif : les producteurs Albert R. Broccoli et Harry Saltzman demandent à John Barry d'arranger le thème principal du premier James Bond, Dr. No (James Bond 007 contre Docteur No), dirigé par Terence Young. Barry s'en acquitte à merveille, arrangeant en un week-end – sans avoir lu le roman de Ian Fleming et sans voir aucune image du film – un thème qui a été composé par Monty Norman (Barry ne figurera pas au générique). Le thème de James Bond fonctionne sur le même rythme qu'un des succès des John Barry Seven, Bee's Knees, ou que la musique de Beat Girl : un riff de guitare précède l'orchestre au grand complet. L'élément fondamental de ce thème est subordonné à la puissance de la masse des vents : des trombones très ouverts et sonnant bas et des trompettes étroites afin de créer un son explosif. Le riff de guitare se transforme en un thème swinguant qui rappelle les rythmes be bop. Satisfaits, les producteurs proposent à Barry de composer pour la suite de la série des James Bond, ce qu'il fera jusqu'à The Living Daylights (Tuer n'est pas jouer, 1987).

Pour From Russia with Love (Bons Baisers de Russie, 1963), John Barry s'occupe de l'orchestration, Lionel Bart se chargeant de la chanson. En 1964, il écrit l'intégralité de la musique de Goldfinger. À l'instar des compositeurs des années 1930, Barry utilise la technique du leitmotiv et de la variation. Pour lui, la musique n'est qu'une composante du film qui doit être en harmonie avec le reste, notamment avec le décor. Pour Goldfinger, par exemple, il utilise des petites cymbales à doigts ; le son métallique de ces instruments, à la fois discret mais audible, n'est pas sans rappeler l'or et sa dureté.

C'est en composant la musique du film The Lion in Winter (Le Lion en hiver, 1968) d'Antony Harvey, que John Barry montre qu'il n'est pas seulement un musicien de variétés mais qu'il est aussi parfaitement à l'aise avec les conventions et les arcanes de la musique classique.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicologue, analyste, cheffe de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BIRKIN JANE (1946-2023)

    • Écrit par Véronique MORTAIGNE
    • 1 257 mots
    • 1 média
    ...sixties, le swinging London, le rock et les mini-jupes. Sélectionnée en 1964 pour une comédie musicale, Passion Flower Hotel, elle en épouse le compositeur John Barry, célèbre arrangeur du thème des James Bond. Tous deux figurent au générique du film de Richard Lester, Le Knack… et comment l’avoir...

Voir aussi