Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JAMBLIQUE (250 env.-env. 330)

Bibliographie

Jamblique, In Nicomachi arithmeticam introductionem, éd. Pistelli, Teubner, Leipzig, 1894 ; Theologoumena arithmeticae, éd. De Falco, ibid., 1922 ; De communi mathematica scientia, éd. Festa, ibid., 1891 ; Traité des mystères d'Égypte, éd. E. des Places, Belles Lettres, Paris, 1966. J. Bides, « Jamblique et son école », in Revue des études grecques, janv. 1919

Dalsgaard Larsen, Jamblique de Chalcis, exégète et philosophe, en appendice Testimonia et Fragmenta exegetica, 2 vol., Aarhus, 1972

De Jamblique à Proclus, vol. XXI de Entretiens sur l'antiquité classique, Droz, Genève, 1975

J. Dillon, Jamblichi in Platonis dialogos commentariorum Fragmenta, E. J. Brill, Leiden, 1973

P. Merlan, From Platonism to Neo-Platonism, La Haye, 1953

J. Trouillard, « Le Néo-Platonisme », in Encyclopédie de la Pléiade, Histoire de la philosophie, t. I, Gallimard, Paris, 1969

T. Whittaker, The Neo-Platonists, Olms, Hildesheim, 1961.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MAXIME D'ÉPHÈSE (mort en 370)

    • Écrit par Richard GOULET
    • 264 mots

    Philosophe néo-platonicien du ive siècle, élève d'Aedesius, lui-même disciple de Jamblique. Parallèlement à son travail de philosophie scolaire (Simplicius mentionne un Commentaire sur les Catégories d'Aristote qu'il aurait écrit). Maxime était très versé dans la théurgie et la...

  • NÉO-PLATONISME

    • Écrit par Jean TROUILLARD
    • 2 993 mots
    ...que son maître, Porphyre serait à l'origine de ce qu'on a appelé improprement le « néo-platonisme latin », celui d'Augustin, de Boèce et du Moyen Âge. Jamblique (mort vers 330) est un élève de Porphyre. Néo-pythagoricien, mais aussi fervent adepte du paganisme en son déclin, il réagit contre le « rationalisme...
  • PERGAME ÉCOLE DE

    • Écrit par Pierre HADOT
    • 149 mots

    École philosophique fondée à Pergame après la mort du philosophe Jamblique, vers 330, par son disciple Aidesios. Elle regroupe Maxime d'Éphèse, Chrysanthe, Priscus et un certain Eusèbe. C'est dans ce milieu et cette tradition jambliquienne, tout particulièrement sous la direction de Maxime...

  • PROCLUS (412-485)

    • Écrit par Jean TROUILLARD
    • 1 989 mots
    ...christianisme accentue sa pression. Porphyre, moins réservé sur ce point que son maître Plotin, a entrepris une polémique contre le christianisme. Mais Jamblique, à son tour, reproche à son prédécesseur sa timidité et tente, dans son traité des Mystères d'Égypte, de justifier les antiques...

Voir aussi