MAXIME D'ÉPHÈSE (mort en 370)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe néo-platonicien du ive siècle, élève d'Aedesius, lui-même disciple de Jamblique. Parallèlement à son travail de philosophie scolaire (Simplicius mentionne un Commentaire sur les Catégories d'Aristote qu'il aurait écrit). Maxime était très versé dans la théurgie et la magie pratiquées dans l'école de Jamblique. Lorsque Julien l'Apostat étudiait à Pergame chez Aedesius, son maître lui recommanda l'enseignement de Maxime à Éphèse. Maxime semble avoir exercé à cette époque une influence décisive sur l'évolution religieuse du futur empereur. Il serait responsable de son initiation aux mystères de Mithra (351-352). Lorsqu'il se retrouva seul à la tête de l'Empire (nov. 361), Julien s'empressa de faire venir son ancien maître, qui reçut à la Cour les plus hautes marques d'honneur et servit de conseiller théologique dans la réforme religieuse entreprise. Mais son arrogance et les intrigues qui marquèrent sa présence à la Cour rendirent Maxime très impopulaire. Après la mort de Julien, il garda la faveur de Jovien, mais tomba rapidement en disgrâce sous Valens. Il fut emprisonné en 364 ; toutefois, l'intercession de Thémistios le fit libérer. Quelques années plus tard, il fut dénoncé comme ayant pris part à un complot contre Valens : on avait essayé de connaître par des procédés magiques le nom du futur empereur. Maxime fut condamné et exécuté. La biographie de Maxime est rapportée par Eunape dans ses Vies des philosophes.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  MAXIME D'ÉPHÈSE (mort en 370)  » est également traité dans :

JULIEN L'APOSTAT

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 242 mots

Dans le chapitre « La jeunesse »  : […] Julien était le neveu de Constantin, le fils de son demi-frère. À la mort de l'empereur (337), ses trois fils firent massacrer tous les membres de cette branche de leur famille, à l'exception de Julien et de son frère Gallus, qui durent leur salut à leur jeunesse. Julien avait six ans et cette tuerie, qui eut lieu sous ses yeux, devait le marquer profondément. Il fut élevé loin de la cour de Const […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-l-apostat/#i_33887

PERGAME ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 149 mots

École philosophique fondée à Pergame après la mort du philosophe Jamblique, vers 330, par son disciple Aidesios. Elle regroupe Maxime d'Éphèse, Chrysanthe, Priscus et un certain Eusèbe. C'est dans ce milieu et cette tradition jambliquienne, tout particulièrement sous la direction de Maxime d'Éphèse, que l'empereur Julien fut initié au néo-platonisme. Presque tous les renseignements sur ces personn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pergame/#i_33887

Pour citer l’article

Richard GOULET, « MAXIME D'ÉPHÈSE (mort en 370) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-d-ephese/