ROGER JACQUES (1920-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Consacrée à l'élucidation des sciences de la vie, caractérisée par la perspicacité des questionnements sur le vivant, la finesse des analyses et une vaste érudition, l'œuvre de Jacques Roger représente l'une des principales traditions de l'histoire des sciences en France.

Agrégé de lettres classiques, Jacques Roger avait gardé de sa formation littéraire, notamment auprès de René Pintard, le souci de restituer les textes dans la perspective historique qui était la leur, l'attention passionnée aux mots et à leur évolution. Son itinéraire intellectuel le mettait à même de situer les enjeux des sciences de la vie dans la longue durée : étudiant d'abord la spécificité du vivant contre le mécanisme triomphant au xviie siècle et les problèmes de la génération au xviiie, il s'était tourné vers l'étude de la théorie synthétique de l'évolution dans ses aspects les plus actuels. Ses multiples fonctions témoignent de son rayonnement intellectuel. Il avait noué des contacts particulièrement étroits et fructueux avec les historiens des sciences américains et italiens, ainsi qu'avec des scientifiques comme Stephen Jay Gould et Ernst Mayr. Enseignant à Poitiers puis à l'université de Tours, dont il fut aussi doyen, professeur d'histoire des sciences à la Sorbonne à partir de 1970, enseignant dans de nombreuses universités américaines et à Genève (il fut nommé docteur honoris causa en 1988) membre des comités de rédaction des plus prestigieuses revues internationales d'histoire et de philosophie des sciences, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales à partir de 1982 et simultanément au centre Alexandre-Koyré de 1983 à 1989, il dirigea à partir de 1978 le Centre international de synthèse fondé par Henri Berr, auquel il redonna un grand éclat.

Les Sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIe siècle (Armand Colin, 1963, plusieurs fois réédité) inaugure sa carrière d'historien des sciences. S'attachant à suivre les théories [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres classiques, docteur d'État, chargée de recherche au C.N.R.S.

Classification

Les derniers événements

France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement. 2-29 mai 2007

du scrutin semblent, selon les sondages, s'être à peu près également répartis entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Le 10, au jardin du Luxembourg, à Paris, Jacques Chirac, chef de l'État sortant, et Nicolas Sarkozy, président élu, apparaissent ensemble pour la journée commémorative de l'abolition […] Lire la suite

France. Victoire du Front national à l'élection municipale de Vitrolles. 2-9 février 1997

d'Union de la gauche dirigée par le maire socialiste sortant, Jean-Jacques Anglade, et 16,30 p. 100 (+ 1,26 p. 100 par rapport à l'ensemble des listes de droite) pour la liste U.D.F.-R.P.R. de Roger Guichard (U.D.F.-P.R.). Le taux d'abstention est de 23,73 p. 100. Le scrutin (triangulaire) de juin 1995 […] Lire la suite

France. Élections municipales. 11-18 juin 1995

et le gain de six arrondissements parisiens par la gauche constituent les principales surprises du second tour. À la faveur de « triangulaires », le F.N. l'emporte à Toulon, ville de plus de 100 000 habitants contrôlée par le Parti républicain (U.D.F.-P.R.), Marignane et Orange, tandis que Jacques […] Lire la suite

France. « Guerre des cliniques » à Marseille. 16-27 janvier 1990

Le 16, le docteur Jean-Jacques Peschard, maire du VIIe secteur de Marseille (XIVe et XVe arrondissements), est assassiné par des tueurs alors qu'il sort d'un restaurant. Élu en mars 1989 sur la liste du maire de Marseille, Robert […] Lire la suite

France. Nomination de Michel Rocard au poste de Premier ministre. 10 mai - 1er juin 1988

Arpaillange à la Justice, l'ancien P.-D.G. de Saint-Gobain Roger Fauroux à l'Industrie, l'ancien syndicaliste Jacques Chérèque chargé de l'Aménagement du territoire et des reconversions, et Catherine Tasca, membre de la C.N.C.L., à la Communication. Sur les dix-neuf socialistes, quinze ont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roselyne REY, « ROGER JACQUES - (1920-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-roger/