HÉBERT JACQUES RENÉ (1757-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Marat et Desmoulins, Hébert a été le plus célèbre journaliste de la Révolution française, le plus discuté aussi. Fils d'un bourgeois aisé et d'une mère d'origine noble, il ne parvint jamais, contrairement à la légende qui l'assimile à son personnage, le Père Duchesne, à se débarrasser de ses origines. Le journaliste Fiévée, qui l'entendit aux Jacobins, note : « Le Père Duchesne parut plus propre que le style de son journal, mieux de manières que ne l'aurait fait supposer le rôle qu'il avait pris. »

La Révolution lui ouvre la voie : après diverses brochures, il lance en 1790 (juin-juillet) un journal qui le rend célèbre, Le Père Duchesne. Il s'y montre, au début, maladroit, attaquant Marat notamment. Mais ses « grandes colères » et ses « fureurs » retiennent l'attention des sans-culottes. Le ton reste encore modéré, en 1790, à l'égard du roi. Puis le journal se fait de plus en plus violent pour atteindre le sommet de sa virulence au 10 août 1792. Hébert devient substitut du procureur de la Commune de Paris après le renversement des autorités légales, tout en conservant son activité de journaliste. Il se déchaîne lors du procès du roi : « Grande joie du Père Duchesne de voir que la Convention a pris le mors aux dents et va faire essayer la cravate de Samson au cornard Capet. » Ce style ne plaît pas à tous. Le 24 mai 1793, Hébert est arrêté à la suite des attaques de la Gironde ; mais, sous la pression populaire, il est relâché peu après et c'est la Gironde qui est finalement vaincue le 2 juin. La mort de Marat lui laisse le champ libre. Il devient l'idole des sans-culottes que séduit son ton gouailleur, ses propos orduriers et sa dénonciation des riches. Mais la violence de son ton finit par le perdre : l'accusation d'inceste lancée par lui au procès de Marie-Antoinette le discrédite non seulement aux yeux des modérés, mais à ceux aussi des membres du Comité de salut public qu'exaspèrent ses surenchères déma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  HÉBERT JACQUES RENÉ (1757-1794)  » est également traité dans :

CORDELIERS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 555 mots

C'est le 27 avril 1790 que naît la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen tenant ses séances en l'église des Cordeliers. Avant d'abriter un club, l'église avait donné son nom à l'un des soixante districts parisiens créés en avril 1789. Le district des Cordeliers, correspondant à peu près au quartier de l'actuel Odéon, était habité par de nombreux journalistes et intellectuels patriot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/club-des-cordeliers/#i_41269

INDULGENTS

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 359 mots

Au sein du parti montagnard s'est développé en France, devant les excès de la Terreur, un mouvement qui reçut le nom de faction des indulgents. Ces indulgents souhaitent un retour à la paix intérieure et extérieure et la fin des excès terroristes. Leur chef de file est Danton, leur porte-parole Camille Desmoulins qui fonde un journal, Le Vieux Cordelier , le 5 décembre 1793. Ce journal ne connaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indulgents/#i_41269

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La lutte entre les factions (automne de 1793-printemps de 1794) »  : […] Cette extrême mobilisation des individus et de la société produit une concurrence des pouvoirs et des légitimités qui est poussée à son paroxysme dans l'hiver de 1793. La reine Marie-Antoinette est exécutée le 16 octobre, après un procès scandaleusement conduit par Hébert. En même temps, les principaux leaders girondins sont jugés et exécutés (24-31 octobre) pour satisfaire aux exigences des sans- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41269

Pour citer l’article

Jean TULARD, « HÉBERT JACQUES RENÉ - (1757-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-rene-hebert/