TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre 1792 et 1794, pendant la Terreur, le Tribunal révolutionnaire de Paris fut l'un des organismes les plus célèbres. Un premier tribunal révolutionnaire, connu sous le titre de tribunal criminel extraordinaire, avait été institué le 17 août 1792. Formé de juges et de jurés, élus par les sections parisiennes, il eut à s'occuper de soixante et une affaires et prononça vingt et une condamnations à mort. Supprimé en novembre 1792, ce tribunal fut reconstitué le 10 mars 1793, avec mission de connaître de tous les « attentats contre la République ». Il comprenait cinq juges, un accusateur public et douze jurés. À sa création, il ne pouvait juger les crimes de conspiration que sur un décret d'accusation rendu par la Convention, mais l'accusateur public du tribunal reçut, par décret du 5 avril 1793, pouvoir de « faire arrêter, poursuivre et juger tout prévenu des dits crimes » sur une simple dénonciation.

Les Montagnards reprochèrent au Tribunal révolutionnaire sa lenteur : jusqu'en septembre 1793, il n'avait examiné que deux cent soixante affaires et prononcé soixante-six condamnations à la peine capitale ; l'intégrité de son accusateur public, Fouquier-Tinville, était mise en doute. Pourtant, en raison de l'extension incessante de la notion de « suspect », les arrestations se multipliaient. Il importait donc d'accroître l'efficacité du tribunal en augmentant le nombre de ses membres et en limitant la durée des débats lorsque les jurés se déclaraient suffisamment éclairés. Le rythme des procès s'accéléra à partir de septembre 1793 : cent soixante-dix-sept condamnations à mort furent prononcées entre octobre et décembre 1793 (Marie-Antoinette, les Girondins...).

Les décrets de ventôse an II ayant encore contribué à accroître le nombre des personnes à traduire devant le Tribunal révolutionnaire (les commissions populaires devaient en effet lui adresser tous les suspects reconnus « traîtres à la patrie »), force fut d'accélérer encore la procédure. La loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) supprima tout interrogatoire de l'accusé avant l'audience publique et décida que le tribunal pourrait renoncer à l'audition de témoins. Pour gagner du temps, on écarta défenseurs et plaidoiries. La sentence ne pouvait être que la mort ou l'acquittement. La loi fut accueillie avec réserve par la Convention ; mais il faut observer que les prévenus avaient, en principe, déjà été entendus, ainsi que les témoins, par les commissions populaires. En réalité, il n'en fut rien, l'exécution de la loi ayant été volontairement sabordée par le Comité de sûreté générale pour discréditer Robespierre. Ce fut la Grande Terreur : mille trois cent soixante-seize exécutions du 10 juin au 27 juillet 1794, chiffre à mettre en parallèle avec le total des condamnations à mort prononcées par le Tribunal révolutionnaire (plus de deux mille cinq cents). D'autres juridictions révolutionnaires existaient en dehors du tribunal de Paris. Les représentants en mission furent autorisés par la loi du 22 nivôse an II (11 janv. 1794) à transformer les tribunaux criminels en tribunaux révolutionnaires (ce fut le cas à Toulouse, par exemple) ou à établir directement des tribunaux révolutionnaires (ainsi à Strasbourg où s'illustra Euloge Schneider, à Rochefort et à Brest). Des commissions révolutionnaires furent instituées dans les départements insurgés pour juger les rebelles pris les armes à la main ; elles ne comportaient pas de jury. Ces instances provinciales furent en général plus impitoyables que le Tribunal révolutionnaire de Paris : mille six cent soixante-cinq condamnations à mort à Lyon, trois cent quatre-vingt-douze à Arras, trois cent trente-deux à Orange, deux cent quatre-vingt-dix-neuf à Bordeaux, deux cent quatre-vingt-neuf à Marseille.

Une statistique des condamnés, établie par Donald Greer (The Incidence of the Terror, Cambridge, 1935), éclaire la nature de la répression menée par le Tribunal révolutionnaire de Paris et les juridictions départementales : 31 p. 100 d'ouvriers, 28 p. 100 de paysans (à mettre en rapport avec l'insurrection de la Vendée), 25 p. 100 de bourgeois, et seulement 9 p. 100 de nobles et 7 p. 100 de prêtres. Un fait est à noter : la rareté des condamnations à mort pour motifs économiques.

Le 27 germinal an II (16 avr. 1794 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE  » est également traité dans :

DANTON GEORGES JACQUES (1759-1794)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « À la tête du Comité de salut public »  : […] Fonceur né, il s'en tire en hurlant plus fort que les Enragés ; c'est lui qui enlève le vote, à la Convention, créant ce Tribunal révolutionnaire qui l'enverra à la mort un an plus tard. Le 6 avril 1793, il est élu membre du Comité de salut public nouvellement créé ; il en prend de fait, sans préséance officielle, la direction ; mais il n'y retrouve pas le même bonheur efficace qu'en août-septem […] Lire la suite

FOUQUIER-TINVILLE ANTOINE (1746-1795)

  • Écrit par 
  • Marcel LE CLÈRE
  •  • 438 mots

Magistrat français de l'époque révolutionnaire, Fouquier-Tinville est né en Artois d'une famille paysanne relativement aisée ; il vient faire son droit à Paris et y achète une charge de procureur au Châtelet, qu'il exerce de 1773 à 1783 au 20 de la rue des Jeûneurs. Il doit la résilier moins pour incapacité — il était intelligent et éloquent — que pour inconduite. Il sollicite et obtient alors un […] Lire la suite

PRAIRIAL AN II LOI DU 22 (1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 351 mots

La loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) est restée célèbre dans l'histoire de la Révolution française pour avoir porté la Terreur à son apogée. Deux jours après la fête de l'Être suprême qui a consacré la domination de Robespierre et laissé croire qu'il allait fermer « l'abîme de la Révolution », Couthon fait voter par la Convention une loi qui renforce le système terroriste. Déjà un décret du […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'impossible arrêt de la Révolution (avril-juillet 1794) »  : […] La partie n'est pas gagnée pour autant. Les robespierristes, soucieux de conjuguer Terreur et vertu, doivent encore continuer la centralisation de la Révolution. Ils rappellent les représentants les plus radicaux comme Dartigoeyte ou Javogues, et suppriment progressivement toutes les commissions militaires et autres tribunaux d'exception qui échappent au contrôle parisien (la commission d'Orange, […] Lire la suite

SÛRETÉ GÉNÉRALE COMITÉ DE (1791-1795)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 416 mots

À la suite de la découverte de tentatives de recrutement pour l'émigration, l'Assemblée législative décide, le 25 novembre 1791, de créer un Comité de surveillance, chargé de poursuivre les affaires de contre-révolution, et qui deviendra, sans solution de continuité, le Comité de sûreté générale de la Convention. Composé d'un nombre variable de membres, tous appartenant à la Montagne, installé à p […] Lire la suite

TERREUR LA

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 889 mots

La « volonté punitive » engendrée par une réaction d'autodéfense s'observe d'une manière constante depuis le début de la Révolution française. Elle éclate au grand jour lors des « émotions » populaires, le 14 juillet 1789, le 10 août, pendant les massacres de Septembre. Le désir de créer des tribunaux spéciaux, chargés de juger les crimes contre-révolutionnaires, se manifeste dès les premiers jour […] Lire la suite

Les derniers événements

16 mai 2020 Iran – France. Condamnation à Téhéran de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Le tribunal révolutionnaire de Téhéran condamne la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah à cinq ans de prison pour « rassemblements et collusion en vue d’agir contre la sécurité nationale » et « propagande » contre la République islamique. Fariba Adelkhah a été arrêtée en juin 2019 avec son compagnon, le chercheur français Roland Marchal. Ce dernier a été libéré en mars sans avoir été jugé, aux termes d’un échange avec un Iranien détenu en France. […] Lire la suite

10-31 décembre 2019 Algérie. Élection d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence.

Le 27, les manifestants, moins nombreux que lors des précédents vendredis, honorent la mémoire du militant révolutionnaire Abane Ramdane, assassiné en décembre 1957 par le Front de libération nationale pour avoir défendu la primauté du politique sur le militaire. Le 28, Abdelmadjid Tebboune nomme Premier ministre l’universitaire Abdelaziz Djerad, qui appelle au « recouvrement de la confiance en notre société ». […] Lire la suite

11 mars 2019 Iran. Condamnation de la défenseuse des droits humains Nasrin Sotoudeh.

Un tribunal révolutionnaire de Téhéran condamne, dans plusieurs dossiers, l’avocate et militante en faveur des droits humains Nasrin Sotoudeh à une lourde peine de prison pour, entre autres motifs, « rassemblement et collusion contre le régime », « insulte au guide suprême » et « incitation à la débauche ». Amnesty International fait état d’un total de trente-trois ans de prison et cent quarante-huit coups de fouet. […] Lire la suite

18 avril - 3 mai 2018 Turquie. Annonce d'élections générales anticipées.

Le 25, le tribunal de Silivri, près d’Istanbul, condamne quatorze collaborateurs du quotidien d’opposition Cumhuriyet à des peines de deux ans et demi à sept ans et demi de prison pour leur soutien à trois « organisations terroristes » : le Parti des travailleurs du Kurdistan, le Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire (extrême gauche) et le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen. […] Lire la suite

1er-12 juillet 2012 Mexique. Élection contestée d'Enrique Peña Nieto à la présidence

Le 1er, le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (P.R.I., centre) Enrique Peña Nieto, ancien gouverneur de l'État de Mexico, remporte l'élection présidentielle, avec 38,2 p. 100 des suffrages. Il devance l'ancien maire de Mexico Andrés Manuel López Obrador, dit Amlo, candidat du Parti de la révolution démocratique (P.R.D., gauche), qui obtient 31,6 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunal-revolutionnaire/