INDULGENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sein du parti montagnard s'est développé en France, devant les excès de la Terreur, un mouvement qui reçut le nom de faction des indulgents. Ces indulgents souhaitent un retour à la paix intérieure et extérieure et la fin des excès terroristes. Leur chef de file est Danton, leur porte-parole Camille Desmoulins qui fonde un journal, Le Vieux Cordelier, le 5 décembre 1793. Ce journal ne connaît que sept numéros. Desmoulins y dénonce la Terreur et réclame la création d'un « comité de clémence ». Les indulgents peuvent compter sur l'appui du général Westermann qui s'illustre en Vendée. L'attitude des indulgents est apparemment généreuse, mais, dans la réalité, nullement désintéressée. Certains indulgents comme Fabre d'Églantine ne sont-ils pas compromis dans des spéculations financières qui les exposent, en cas de découverte, à un sévère châtiment ? Le 8 janvier 1794, Robespierre prononce au club des Jacobins un discours virulent, englobant dans une même réprobation les hébertistes partisans de la Terreur à outrance et les indulgents qui souhaitent l'arrêter : « Ceux qui sont d'un génie ardent et d'un caractère exagéré proposent des mesures ultra-révolutionnaires, ceux qui sont d'un esprit plus doux et plus modéré proposent des moyens citra-révolutionnaires. Ils se combattent entre eux, mais que l'un ou l'autre soit victorieux, peu leur importe. Comme l'un ou l'autre système doit également perdre la République, ils obtiennent un résultat également certain. » Les hébertistes sont les premiers frappés. Le 30 mars, c'est au tour des indulgents. Pêle-mêle, fripons et indulgents, Danton, Desmoulins, Hérault de Séchelles, Westermann et les députés compromis dans la falsification du décret supprimant la Compagnie des Indes, Fabre d'Églantine, Chabot et Basire, sont condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire et exécutés le 5 avril 1794. Cette condamnation fit impression sur la Convention et commença de l'inquiéter sur les desseins de Robespierre.

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  INDULGENTS  » est également traité dans :

CORDELIERS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 555 mots

C'est le 27 avril 1790 que naît la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen tenant ses séances en l'église des Cordeliers. Avant d'abriter un club, l'église avait donné son nom à l'un des soixante districts parisiens créés en avril 1789. Le district des Cordeliers, correspondant à peu près au quartier de l'actuel Odéon, était habité par de nombreux journalistes et intellectuels patriot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/club-des-cordeliers/#i_41266

DANTON GEORGES JACQUES (1759-1794)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « À la tête du Comité de salut public »  : […] Fonceur né, il s'en tire en hurlant plus fort que les Enragés ; c'est lui qui enlève le vote, à la Convention, créant ce Tribunal révolutionnaire qui l'enverra à la mort un an plus tard. Le 6 avril 1793, il est élu membre du Comité de salut public nouvellement créé ; il en prend de fait, sans préséance officielle, la direction ; mais il n'y retrouve pas le même bonheur efficace qu'en août-septem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-jacques-danton/#i_41266

Pour citer l’article

Jean TULARD, « INDULGENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/indulgents/