SOBOUL ALBERT (1914-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot fidélité résume le mieux la vie et l'œuvre d'Albert Soboul, historien prestigieux de la Révolution française. Fidèle à la terre de ses ancêtres – il décrivait volontiers Nîmes et, au creux des garrigues, les villages dont certains portaient son nom, et peignait avec sensibilité cette petite patrie dont les habitants avaient eu très tôt l'amour de l'égalité –, il le fut également à la patrie indissociable, pour lui, de la Révolution et de la République. N'était-ce pas grâce à cette dernière qu'il avait pu, lui qui était d'une origine modeste, parvenir aux plus hauts échelons de la carrière universitaire ?

La formation et les débuts

Albert Soboul est né près de Mostaganem, en Algérie, en 1914. Interne au lycée de Nîmes puis à Louis-le-Grand, il fut reçu à l'agrégation d'histoire en 1938. Professeur à Montpellier puis au lycée Henri-IV, il fut attaché au C.N.R.S. de 1950 à 1953 avant de retrouver un poste de professeur au lycée Janson-de-Sailly et à nouveau à Henri-IV. Chargé d'enseignement en 1960 puis professeur en 1962 à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, il fut élu en 1967 à la chaire d'histoire de la Révolution, en Sorbonne.

Il y avait chez cet homme, ancien pupille de la nation, éduqué par une tante, directrice d'école normale d'institutrices, quelque chose de ces « hussards noirs » dont parle Péguy. « Mettre en doute, écrira un de ses élèves, le rôle fondateur et libérateur de la Révolution était, pour Albert Soboul, à la fois un péché contre l'esprit et une agression personnelle », d'où ces « coups de colère » qui scandaient ses cours magistraux. Ses colères qui retombaient aussi vite qu'elles s'étaient levées s'adressaient tout aussi bien à certains de ses collègues qu'aux étudiants contestataires. Pourtant, comme le dira un de ces derniers : « On pouvait batailler contre lui et en être meurtri, on ne pouvait pas ne pas lui porter affection tant l'homme était profondément chaleureux. » Lorsqu'il enseignait, Soboul savait faire revivre, sans pre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire moderne à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, agrégé de l'Université, docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  SOBOUL ALBERT (1914-1982)  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un dynamisme éclaté, des orientations discordantes »  : […] L'école dirigée par Albert Soboul, qui affirmait que l'étude de l'histoire de la Révolution française devait être une spécialité en soi, dont le cœur battait au rythme de l'histoire quantitative fondée sur l'économie et le social, qui était établie sur l'étude des rapports de forces entre classes bien définies et qui considérait l'événement « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_98027

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul BERTAUD, « SOBOUL ALBERT - (1914-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-soboul/