NECKER JACQUES (1732-1804)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Genève, fils d'un régent de collège, destiné au commerce, Necker fait son noviciat commercial à la banque Vernet, à Paris. Il amasse une fortune honorable, fonde une banque en 1765. Nommé président par la République de Genève, il inspire confiance à Choiseul. Syndic de la Compagnie des Indes, il la ranime et la défend contre l'abbé Morellet en 1769. Il épouse en 1764 Suzanne Curchod, fille d'un pasteur du pays de Vaud. Intelligente, elle s'occupe d'œuvres de bienfaisance, tient un salon qui rivalise avec ceux de Mme Geoffrin et de Mme du Deffand. Jacques Necker souhaite assumer des responsabilités, rédige un Éloge de Colbert, couronné par l'Académie en 1773. Sa renommée le fait recommander à Louis XVI par Maurepas lors de la crise financière en 1776. Ainsi, un Genevois, de religion réformée, professionnel de la finance, devient directeur du Trésor puis directeur général des Finances en 1777. Il soulève de grandes espérances alors que la guerre d'Amérique vient encore alourdir les charges du Trésor. Necker agit avec ordre et économie, réalise quelques réformes suggérées par Turgot : suppression de charges, réduction des traitements, abolition de la mainmorte, allégement de la taille, révision de la cote des vingtièmes ; une régie des domaines, une régie des aides et droits réunis privent la ferme de la plupart de ses droits ; il place les emprunts à des taux avantageux pour les particuliers mais ruineux pour l'État. Pour ranimer la confiance du public, il publie le fameux Compte rendu au Roi, tableau des recettes et dépenses pour 1781. S'il présente un budget en équilibre, il révèle le montant des pensions payées aux courtisans : « les frelons ». Cette brochure lui attire beaucoup d'ennemis. Il en accroît le nombre par un projet d'assemblées provinciales des trois ordres dans le but de diminuer l'omnipotence des intendants et d'associer les Français à la gestion de leurs intérêts. Necker tente cette expérience en Berry, en Guyenne en 1779, pu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification


Autres références

«  NECKER JACQUES (1732-1804)  » est également traité dans :

LOUIS XVI (1754-1793) roi de France (1774-1792)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique velléitaire »  : […] Il commence par faire confiance au comte de Maurepas, qui rétablit les Parlements dans les pouvoirs que Louis XV avait limités, ce qui revient à mettre à mal la poursuite de la centralisation absolutiste. Parallèlement, il suit les recommandations du ministre Turgot, qui veut entreprendre une réforme radicale de l'économie et de la société françaises, en pratiquant des réductions d'impôts, une s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xvi/#i_40823

QUATORZE JUILLET 1789

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 401 mots
  •  • 1 média

La prise de la Bastille le 14 juillet 1789 n'est qu'une péripétie dans l'histoire de la Révolution, mais elle a pris valeur de symbole. Cette insurrection populaire, première apparition du peuple de Paris sur la scène révolutionnaire (le saccage, le 28 avril 1789, de la manufacture de papiers peints de Réveillon n'avait pas eu la même ampleur) a pour cause directe le renvoi de Necker par Louis XV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatorze-juillet-1789/#i_40823

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « NECKER JACQUES - (1732-1804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-necker/