GONDOIN JACQUES (1737-1818)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La célébrité de Gondoin, dont la carrière d'architecte officiel fut brillante, repose sur un seul édifice, incomparable il est vrai : l'École de chirurgie de Paris (actuelle École de médecine), édifiée entre 1769 et 1775. Élève du théoricien Blondel, Gondoin remporte un deuxième prix à l'Académie d'architecture en 1758. Pensionnaire à l'Académie de France à Rome, il prolonge son absence par un voyage d'étude aux Pays-Bas et en Angleterre. En 1765, il rentre à Paris où, grâce à la protection du chirurgien de Louis XV, La Martinière, il obtient la commande de l'École de chirurgie. Cet édifice, admirablement adapté à sa destination, est doté de formes à la fois expressives et fonctionnelles : l'amphithéâtre, conçu comme un demi-cylindre couvert d'une demi-sphère décorée de caissons, servira de modèle aux salles d'assemblées révolutionnaires ; le portique parallélépipédique de l'entrée, qui soutient en outre la bibliothèque, était une solution d'avant-garde pour relier le bâtiment à son environnement.

L'École de chirurgie fut immédiatement considérée par ses contemporains comme la réalisation la plus achevée de l'architecture moderne : « Tout le système de la vieille architecture française fut renversé par cet exemple inattendu, et les partisans de la routine furent stupéfaits de voir une façade sans pavillons, sans avant-corps, sans arrière-corps et dont la corniche suivait d'un bout à l'autre sans rasants [ressauts] ni profils, contre l'usage reçu en France, et dont les Contant, les Gabriel, les Soufflot venaient de donner de si récents et de si dispendieux exemples... », écrit l'architecte Legrand, qui poursuit : « Les architectes y reconnurent la majesté de l'architecture romaine, dépouillée de ses riches superfluités et rapprochée de la simplicité grecque, grande par la disposition des masses » (Annales du musée, 1802). Chef-d'œuvre d'un néo-classicisme hellénisant et d'inspiration palladienne, dans lequel l'école rationalis [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  GONDOIN JACQUES (1737-1818)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_24758

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style Empire »  : […] La partie théorique du néo-classicisme se complète au cours du xviii e  siècle, qui voit aussi la naissance d'œuvres originales (les tableaux de David : Hector et Andromaque , Le Serment des Horaces , Brutus , Marat , Les Sabines  ; les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_24758

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « GONDOIN JACQUES - (1737-1818) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-gondoin/