VENDÔME PLACE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des cinq places royales de Paris. Réalisée sous le règne de Louis XIV à un moment où la formule se révèle parfaitement au point (place Dauphine, place Royale — l'actuelle place des Vosges —, place des Victoires), cette quatrième place est le résultat d'une opération spéculative et le fait d'un courtisan (la place Louis-XV, baptisée place de la Concorde en 1795, est la plus récente des places royales de Paris ; elle fut aménagée de 1755 à 1772). C'est Louvois — que Jules Hardouin-Mansart avait réussi à intéresser à ses projets sur un vaste terrain qu'il venait d'acquérir en partie, au-delà de la porte Saint-Honoré, après la mort du duc de Vendôme — qui voulait surpasser en splendeur la place circulaire due au maréchal de La Feuillade qui l'avait précédé. Mais c'est seulement après de nombreux déboires financiers, dus notamment aux projets trop ambitieux de Louvois (construction d'académies, d'un hôtel des Monnaies, d'ambassades, etc.), et après la mort de celui-ci que le terrain, finalement cédé en 1698 à la Ville de Paris (car Vendôme était « prince du sang »), permit à Mansart d'établir son plan, fort original.

La place, quadrangulaire, aux angles amortis par des pans coupés, avait deux entrées symétriquement opposées, ménagées au milieu de deux côtés pour donner sur des rues courtes dont l'échappée devait être toutefois bornée par le dôme du couvent des Capucines d'une part (à l'emplacement de l'actuelle rue de la Paix), par l'église des Feuillants de l'autre, longeant la rue Saint-Honoré. Les hôtels « à programme », tous unifiés et réunis sans autre distinction que les deux avancées surmontées d'un fronton qui se répondent face à face, au milieu des deux côtés continus, aux percées des rues au milieu des deux autres, ont leurs façades rythmées de colossaux pilastres corinthiens reliant les étages et donnant à l'ensemble une ampleur monumentale digne d'un palais. Mais le manque [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VENDÔME PLACE  » est également traité dans :

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  La légende napoléonienne »  : […] La chute de Napoléon donna cours à un déferlement de publications hostiles. Le pamphlet de Chateaubriand, De Bonaparte, des Bourbons et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes, pour le bonheur de la France et celui de l'Europe (1814), comptait parmi les plus modérés de ces ouvrages. Cependant, cette littérature ne tarda pas à se tarir, tandis qu'un travail de r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22218

Pour citer l’article

Guy BELOUET, « VENDÔME PLACE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/place-vendome/