ISOZAKI ARATA (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecte japonais Isozaki Arata est né en 1931 à Ōita dans l'île de Kyūshū. En 1956, il est diplômé de l'université de Tōkyō. Son expérience professionnelle avait débuté dès 1954 chez le plus célèbre et le plus influent des architectes japonais de la seconde moitié du xxe siècle Tange Kenzō, dont il a suivi les cours de 1950 à 1954. Cet apprentissage lui permet de participer très tôt à des projets importants : le bâtiment de la préfecture de Kanagawa (1958), l'hôtel de ville d'Imabari (1957-1958), le plan d'aménagement de la baie de Tōkyō (1960).

À partir de 1960, Isozaki s'installe à son compte. Son nom ne figure pas sur la liste des membres du groupe Métaboliste qui ébranle alors la scène architecturale locale. Pourtant, certains de ses projets théoriques, City in the Air (1961) et Cluster in the Air (1962), ne sont pas très éloignés des thèses alors défendues par les Métabolistes. D'un autre côté, le bâtiment de la bibliothèque préfectorale d'Ōita (1966) est encore très marqué par ce qu'il a appris chez Tange (l'expression formelle forte qu'autorise l'utilisation du béton armé) même s'il tente d'y développer de nouvelles idées conceptuelles autour du thème d'une « architecture croissante ». Tange Kenzō continue à faire appel à lui pour des projets comme celui de la reconstruction de Skopje (Yougoslavie) après le tremblement de terre de 1965 ou pour la place des Fêtes de l'exposition universelle d'Ōsaka en 1970.

Avec cette dernière réalisation, Isozaki aborde une nouvelle phase de son œuvre, dans laquelle les influences extérieures (locales ou étrangères) sont mieux assimilées et donc moins présentes. Il s'intéresse à l'utilisation de volumes primaires (le cube, le cylindre) qu'il combine dans des compositions fondées sur l'addition brutale. Il réalise alors toute une série de bâtiments emblématiques de ce changement d'attitude. On retrouve les compositions cubiques dans le musée préfectoral d'Art moderne de Gunma, à Takasaki (1974) ou dans le musée d'Art moderne de la ville de Kitakyūshū (1974), dans les voûtes cylindriques de la bibliothèque municipale de Kitakyūshū (1975) ou dans le Fujimi Country Club à Ōita (1978). Ce qui n'était dans un premier temps qu'une recherche sur des assemblages hétérogènes va progressivement devenir plus maniéré et aboutir à des projets comme le Centre civique de Tsukuba (1982). Pour donner une forme au centre de cette ville nouvelle au nord-est de Tōkyō, il n'hésite pas à faire des emprunts à Michel-Ange, à Claude-Nicolas Ledoux et à Borromini. Une nouvelle rupture apparaît alors dans une œuvre déjà bien mouvementée. À peine qualifie-t-on Isozaki de postmoderne qu'il défraye à nouveau la chronique dans les revues d'architecture du monde entier en proposant un retour à l'utilisation de formes géométriques simples pour le Musée d'art moderne de Los Angeles en Californie (1986).

Musée de Gumma

Photographie : Musée de Gumma

Musée de Gumma (Japon). Architecte : Arata Isozaki. 

Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

Afficher

Centre civique de Tsukuba

Photographie : Centre civique de Tsukuba

Centre civique de Tsukuba (Japon). Architecte : Arata Isozaki, 1982. 

Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

Afficher

Entre-temps, le projet du petit théâtre de Toga (1980) a séduit par sa simplicité et par l'utilisation d'un matériau que l'on ne voyait guère dans les œuvres d'Isozaki : le bois. Il réserve ce matériau à ses œuvres en milieu rural, comme en témoigne le projet de club-house Musashi Kyuryo (1987) dans la préfecture de Saitama, au centre duquel trône une tour d'accueil dont la structure est faite de quatre cèdres de vingt mètres de haut qui transforment la pièce en une sorte de monument.

En 1988, il réalise à Mito, près de Tōkyō, un complexe culturel organisé autour d'une tour tétraédrique en titane de cent mètres de haut. Il achève, en 1991, le Team Disney Building à Orlando en Floride, bâtiment aux formes curieuses, de verre et d'aluminium, et dans lequel il donne un rôle très étonnant aux couleurs primaires.

La carrière d'Isozaki Arata montre que l'architecte a plusieurs vocabulaires architecturaux à sa disposition. Chaque nouvelle expérience semble être mise à profit pour remettre en cause la précédente mais avec le souci d'enrichir la démarche de l'architecte.

Passionné par les possibilités que les nouvelles technologies offrent à son art, il développe en 1997 un projet de ville virtuelle, « Kaishi », sur le réseau Internet. Après avoir défini les grands principes d'organisation de cette ville immatérielle, supposée se trouver au large de la péninsule de Macao en mer de Chine du Sud, il invite des architectes de renom à exercer leurs talents pour en concevoir des quartiers ou des bâtiments. Au bout de quelques mois et après une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Musée de Gumma

Musée de Gumma
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Centre civique de Tsukuba

Centre civique de Tsukuba
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : architecte D.P.L.G., docteur de l'université de Tokyo, professeur à l'École nationale d'architecture de Paris-La Villette

Classification

Autres références

«  ISOZAKI ARATA (1931- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le néo-rationalisme »  : […] Le mouvement néo-rationaliste italien, dit Tendenza, qui s'est épanoui pendant la dernière décennie, est, semble-t-il, une tentative pour sauver l'architecture des contraintes de la consommation, pour l'empêcher d'être complètement minée, en tant que discours, par les forces techniques et économiques envahissantes de la mégalopolis. Ce rappel à la raison eut pour point de départ la publication de […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Kenzo Tange et les architectes métabolistes »  : […] C'est après la Seconde Guerre mondiale que l' architecture japonaise commença à s'imposer sur la scène mondiale. D'abord avec les œuvres de Kunio Mayekawa (1905-1986), notamment le centre culturel de Ueno à Tōkyō (1961). Puis, surtout, avec celles de son brillant élève Kenzo Tange (1913-2005) qui sut porter le vocabulaire de Le Corbusier à une plasticité brute et presque dramatique en construisa […] Lire la suite

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1943-1959 Musée Guggenheim, New York , Frank Lloyd Wright (1867-1959). L'architecte applique une conception originale du parcours muséal, en créant une rampe hélicoïdale qui mène le visiteur jusqu'au sommet du musée. Ce schéma rend toutefois impossible une libre déambulation à travers l'espace. 1961-1962 Musée d'Oakland, Californie, Kevin Roche (1922-2019). L'architecte refuse toute construction […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc BOURDIER, « ISOZAKI ARATA (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/isozaki/