IRAK-IRAN (GUERRE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Huit années de guerre

En septembre 1980, le président Saddam Hussein estime que l'Irak a une mission urgente à remplir : affirmer la puissance arabe, voire la prépondérance arabe, dans le Golfe. Sans doute, cette idée flatte-t-elle sa volonté de puissance ; elle n'en correspond pas moins, pour l'arabisme, à une nécessité réelle et pressante, même si elle n'est pas alors clairement exprimée, à laquelle seul l'Irak semble en mesure de pourvoir. En lançant d'emblée, le 22 septembre 1980, une offensive massive, le chef de l'État irakien entend répondre aux dernières actions iraniennes, qu'il considère comme des provocations. Sans doute espère-t-il, de la sorte, assurer rapidement à l'Irak les avantages territoriaux et privilèges maritimes auxquels il a dû renoncer cinq ans plus tôt à Alger. Mais, abusé aussi par les opposants iraniens de l'extérieur, sous-estime-t-il les capacités de résistance de son adversaire. Il pense que l'appareil militaire iranien a été gravement désorganisé et ses cadres démoralisés par les épurations républicaines. Il ne fait pas suffisamment entrer en ligne de compte l'enthousiasme révolutionnaire, l'attachement passionné des chiites à l'islam, le sentiment patriotique iranien, la dévotion absolue et l'esprit de sacrifice inspirés par le charisme de l'ayatollah Khomeyni.

Guerre Irak-Iran, 1980-1988

Dessin : Guerre Irak-Iran, 1980-1988

Le conflit entre l'Irak et l'Iran, de septembre 1980 à août 1988 (d'après C. & D.-I.F.R.I. Ramsès 1987-1988). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les offensives

Dans leur élan initial (sept.-nov. 1980), les troupes irakiennes, qui se sont déjà assuré de quelques positions frontalières (9-10 sept.) au centre, prennent des gages territoriaux (22-29 sept.) au nord, au centre encore (Kasr el-Chirine et Mehran) et dans le Sud (autour de Khorramchahr et d'Abadan). Le 28 septembre, une première résolution des Nations unies demande l'arrêt des combats. L'offensive irakienne s'arrête dans la première semaine d'octobre : la ville d'Abadan est investie, Khorramchahr tombe le 24 octobre mais Susangerd, prise puis abandonnée, et Ahwaz résistent. À la fin de novembre 1980, les Irakiens ont atteint l'essentiel des objectifs militaires fixés par le pouvoir politique, lequel, en partie influencé par les Arabes du Golfe, décide de ne pas porter la guerre plus loin à l'intérieur de l'Iran, de renoncer à se saisir de points stratégiques (Ahwaz, Dezful). Ces succès militaires s'accompagnent cependant d'un échec politique : le régime de Téhéran non seulement tient bon mais se prépare déjà à la contre-offensive. De décembre 1980 à décembre 1981, les positions sur le terrain sont pratiquement inchangées, tandis que les diverses médiations (pays islamiques et non alignés) échouent du fait même que les Iraniens refusent les propositions de négociation irakiennes tant que leur territoire sera occupé. À la fin de 1981, l'armée iranienne réussit sa première contre-offensive : la poche d'Abadan est évacuée (28 sept.), Bostan est libérée (8 déc.). Ce sursaut iranien annonce les grandes contre-offensives du printemps, à partir de la mi-mars 1982 : dans le centre, après les opérations Fatimah, Fath (victoire), Fath E Borzorg (grande victoire), Fath Ol Mobine (victoire évidente), le IVe corps d'armée irakien doit se retirer sur la frontière internationale, abandonnant plusieurs milliers de prisonniers. Puis, développant leur poussée dans la partie la plus méridionale du front, les forces iraniennes finissent par reconquérir, sur le IIIe corps d'armée irakien, la totalité du Khouzistan, libérant Khorramchahr (24 mai 1982) et menaçant même la ville irakienne de Bassorah. Au début du mois de juin, l'armée de Téhéran se trouve, dans le Sud, à la frontière internationale, cependant que, dans le Nord entre Mehran et Penjwin, l'armée irakienne conserve toujours, en Iran, des positions avantageuses tenues par les Ier et IIe corps d'armée. Le 10 juin, Bagdad décide d'observer unilatéralement un cessez-le-feu, ignoré de Téhéran, dans tous les secteurs. Entre le 20 et le 30 juin, les troupes irakiennes se retirent presque complètement du territoire iranien, sur ordre du président Saddam Hussein. Alors que, le 12 juillet, le Conseil de sécurité vote à l'unanimité une résolution demandant aux deux belligérants d'observer un cessez-le-feu – résolution acceptée par Bagdad –, les forces iraniennes accentuent leurs pressions, pénétrant même, en certains points du front, en Irak. Mais l'armée irakienne résiste finalement à cette poussée et entreprend de consolider son dispositif défensif à hauteur de la frontière internationale. Commence alors une autre phase du conflit, la guerre d'usure, au cours de laquelle l'Iran va multiplier ses offensives du Nord au Sud, sans marquer d'avantages décisifs sur le terrain.

Les contre-offensives

À partir de juillet 1982, c'est l'Iran, et non plus l'Irak, qui fait désormais figure d'agresseur. La guerre prend une dimension nouvelle, économique. Le blocus de l'île de Kharg, dans le Golfe, où se trouve le principal terminal pétrolier iranien, est décrété par Bagdad tandis que Téhéran menace de fermer le détroit d'Ormuz. En octobre 1982, le président Saddam Hussein dit renoncer, contre un cessez-le-feu, à ses revendications sur le Chatt al-Arab. L'ayatollah Khomeyni réplique en posant comme condition préalable que l'agresseur (selon lui, l'Irak) soit désigné et condamné par la communauté internationale et verse des dommages de guerre. L'année 1983 connaît la série des offensives « Aurore », lancées par les Iraniens. Leur bilan, très lourd au niveau des pertes humaines, est maigre pour les assaillants. On annonce, à Téhéran, que l'offensive générale finale aura lieu en 1984. Les batailles se font, en effet, plus brutales : les îles Majnoun, dans les marais du Chatt al-Arab, qui renferment d'importantes réserves pétrolières, sont occupées (févr.-mars). Bagdad est accusée d'avoir recours à l'arme chimique pour enrayer, dans le Sud, l'avance iranienne en direction de Bassorah, menacée d'être isolée du reste du pays. L'escalade se poursuit : l'Irak, quelque peu bousculé sur le front terrestre, riposte en engageant la « guerre des villes » (avril) puis la « guerre des pétroliers » (attaque d'un bâtiment saoudien). Plus de cinq cents navires de commerce seront ainsi attaqués dans le Golfe jusqu'en juillet 1988. Aucun répit n'intervient en 1985, année dominée par l'utilisation de l'arme aérienne. Le bombardement des villes iraniennes reprend, après une trêve de six mois, ce qui amène une réplique par des tirs de missiles sur Bagdad (mars à juillet). Une mission de conciliation, conduite par le secrétaire général des Nations unies, Javier Perez de Cuellar (avr.), n'a pas plus de succès que les précédentes. Le terminal de Kharg est pratiquement paralysé sous l'effet des attaques de l'aviation irakienne. Le front terrestre se réanime brutalement en 1986. Les forces iraniennes enregistrent quelques succès marquants, particulièrement dans le Sud, où elles se saisissent de la péninsule de Fao (févr.) – ce qui les met aux portes du Koweït – mais aussi dans le Nord avec la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Saddam Hussein, 1980

Saddam Hussein, 1980
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Guerre Irak-Iran, 1980-1988

Guerre Irak-Iran, 1980-1988
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Victimes de la guerre Irak-Iran

Victimes de la guerre Irak-Iran
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sociologie politique des relations internationales

Classification

Autres références

«  IRAK-IRAN GUERRE  » est également traité dans :

GUERRE IRAK-IRAN, en bref

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

La révolution islamique qui a porté l'ayatollah Khomeyni au pouvoir en Iran en 1979 est la raison directe de la guerre déclenchée par l'Irak, le 22 septembre 1980. Même si celle-ci s'inscrit dans une longue série de contentieux frontaliers, sa longue durée (huit ans), la violence des combats, le nombre très élevé de victimes (1 200 000 morts), l'utilisation d'a […] Lire la suite

AHMADINEJAD MAHMOUD (1956- )

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 1 642 mots

Président de la République islamique d'Iran de 2005 à 2013. Mahmoud Ahmadinejad est né le 28 octobre 1956 à Aradan, une bourgade proche de Garmsar, à une centaine de kilomètres au sud-est de Téhéran. Il est le quatrième enfant d'une famille modeste (son père est forgeron) qui migre vers la capitale, comme beaucoup d'autres, dans les années 1960, période d'exode rural. Influencé par son père profon […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une terre de conflits : le prix à payer »  : […] Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Moyen-Orient est le théâtre de nombreux conflits de nature diverse. Les facteurs de crise sont multiples et s'entremêlent étroitement. Jusqu'en 1990, les conflits restent cantonnés dans un strict cadre régional, les puissances extrarégionales n'interviennent pas ouvertement ; depuis lors, ils ont pris une dimension internationale. La création de l' […] Lire la suite

CHAṬṬ AL-‘ARAB ou SHAṬṬ AL-‘ARAB

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 347 mots

Exutoire commun du Tigre et de l'Euphrate, le Chaṭṭ al-‘Arab, long de 200 kilomètres entre al-Qurnah et le golfe Persique, reçoit sur sa rive gauche le Kārūn qui descend des montagnes d'Iran. Bordé d'un liseré de palmeraies, il constitue sur une partie de sa rive orientale la frontière entre l'Iran et l'Irak. Il conserve sa largeur et sa profondeur et reste donc accessible aux navires de mer, car […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

Dans le chapitre « Patriotisme et engagement idéologique »  : […] L'exaltation nationale et citoyenne qui apparaît à la fin du xviii e  siècle n'épargne pas les enfants. Certains enfants s'engagent ainsi dans les armées de la Révolution, pour la défense de la patrie en danger. À la suite de l'appel de volontaires de 1791-1792, puis de la levée en masse de 1793, de nombreux adolescents se présentent aux autorités. Mais le décret n'appelait sous les drapeaux que c […] Lire la suite

EST-OUEST RELATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques HUNTZINGER, 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  • , Universalis
  •  • 12 329 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « 1984-1987 : entre le dialogue américano-soviétique et des mutations loin d'être achevées »  : […] Au lendemain de la crise des euromissiles, les rapports Est-Ouest et plus précisément le dialogue américano-soviétique s'imposent à nouveau comme l'élément constant d'un monde dont l'axe de gravité se déplace vers l'Asie-Pacifique. Le moment des confrontations spectaculaires – temporairement – passé, les changements majeurs en cours resurgissent avec netteté. Le cœur du système Est-Ouest est lui-m […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La guerre contre l'Iran (1980-1989) »  : […] L'ancien conflit qui opposait l'Irak à l'Iran à propos du Chatt al-Arab avait été réglé par l' accord d'Alger (6 mars 1975), dans la mesure où la frontière fluviale avait été établie selon la ligne de thalweg au lieu de suivre la rive orientale comme c'était le cas jusque-là, et où les frontières terrestres avaient été délimitées sur la base d'accords antérieurs à la présence britannique, tenue p […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Durcissement du régime et problèmes extérieurs »  : […] La politique iranienne, suivie à ses débuts avec une certaine sympathie par les pays musulmans, surtout les plus progressistes, suscite ensuite, par ses excès et son intransigeance, des réserves quasi unanimes ; par ailleurs, la situation économique, assez profondément bouleversée, pose des problèmes que le gouvernement ne peut ou ne veut pas résoudre, au nom d'un idéal religieux rejetant les cont […] Lire la suite

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Aux sources de la révolution et de la République islamiques »  : […] La crise révolutionnaire des années 1978-1979 a tout d'abord consacré l'échec d'un système de développement. En vingt-cinq ans, depuis le coup d'État de 1953 rétablissant l'autorité du shah, l'Iran a été le théâtre de mutations radicales affectant de proche en proche toutes les couches de la société. Lors du premier recensement national, en 1956, l'Iran compte 19 millions d'habitants dont 69 p.  […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Un environnement pesant »  : […] Cependant au début de décembre 1980, la tension monte brusquement à la frontière syro-jordanienne où les deux pays massent des troupes de plus en plus importantes : trente mille hommes du côté syrien avec un millier de chars. La Jordanie procède au rappel de ses réservistes. L'objectif de Damas est triple. Il s'agit de faire une démonstration au moment où la capitale jordanienne s'apprête, contre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-28 février 2013 États-Unis. Remaniement gouvernemental

guerre en Irak décidée par l'administration Bush. Les républicains l'accusent également de réserves envers Israël, de manque de fermeté face à l'Iran et de sympathie à l'égard du principe de dénucléarisation de la planète. Chuck Hagel, qui remplace Leon Panetta, prend ses fonctions le 27. Le 28, Jacob Lew, jusque-là chef de cabinet de la Maison-Blanche […] Lire la suite

8-27 avril 2008 Irak. Rapport sur les résultats de la stratégie américaine

Irak. Il insiste plus que ne l'ont fait ces derniers sur le rôle joué dans ce conflit par l'Iran, qu'il qualifie de « plus grande menace pour l'Amérique dans le nouveau siècle ». Il rejette l'argument financier avancé contre la poursuite de l'intervention en Irak en estimant que les dépenses militaires américaines à l'époque de la guerre froide étaient […] Lire la suite

2-29 mai 2007 Irak – États-Unis. Vote inconditionnel du financement de la guerre en Irak par le Congrès américain

guerre en Irak adoptée par le Congrès en avril, qui imposait une date de début de retrait pour les soldats américains engagés dans le pays. Les 3 et 4 se tient à Charm el-Cheikh, en Égypte, une seconde conférence internationale sur l'Irak, après celle de mars à Bagdad. Les représentants de plus de cinquante pays et organisations – dont les États-Unis […] Lire la suite

2-28 janvier 2007 Irak – États-Unis. Renforcement des effectifs américains

l'Iran et de la Syrie prônées en décembre 2006 par le rapport de la commission parlementaire Baker-Hamilton sur l'Irak, évoquant simplement la mobilisation de « toutes les ressources de la diplomatie américaine pour susciter un soutien à l'Irak à travers tout le Moyen-Orient ». Ce nouveau plan de déploiement du corps expéditionnaire en Irak suscite […] Lire la suite

5-31 décembre 2006 États-Unis – Irak. Publication du rapport Baker-Hamilton et exécution de Saddam Hussein

Irak capable de « se gouverner, de subvenir à ses besoins et de se défendre » – doit être atteint par des moyens principalement diplomatiques, qui incluent notamment l'ouverture d'un large dialogue, tant avec l'opposition irakienne qu'avec l'Iran et la Syrie. Le rapport préconise le retrait des combattants américains en Irak avant la fin du premier […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe RONDOT, « IRAK-IRAN (GUERRE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-iran-guerre/