INTESTIN, pathologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Examens médicaux et bilan clinique

L'intestin, organe long et replié sur lui-même, caché derrière les muscles de la paroi abdominale, n'est pas facile à explorer. Certes, les symptômes ressentis par le malade constituent un premier élément d'avertissement et d'information ; mais il faut toujours compléter cette approche, soit par un examen radiographique, soit par diverses recherches microscopiques ou biochimiques, soit par une observation directe à l'aide des techniques endoscopiques.

L'examen radiographique

Depuis l'invention de la radiographie médicale, on pratique l'examen du colon par le lavement baryté. Cette technique, qui a rendu de grands services, est aujourd'hui dépassée par les possibilités de l'examen endoscopique : la coloscopie. Par contre, dans les maladies de l'intestin grêle, le transit baryté garde toute son utilité.

L'examen endoscopique

Rien ne traduit mieux le lien qui unit le progrès de la médecine aux progrès des techniques que l'évolution de l'endoscopie digestive.

Depuis une cinquantaine d'années, on pratique la rectoscopie : la vision directe des lésions de la muqueuse rectale grâce à un tube métallique de 2 cm de diamètre introduit par l'anus. Toutes les rectites, toutes les tumeurs bénignes ou malignes du rectum ont pu être observées grâce au rectoscope ; on peut prélever des fragments de muqueuse (biopsies) que l'on fait examiner par les spécialistes de l'anatomopathologie. Mais cette technique limite l'observation aux 25 ou 30 derniers centimètres du rectum et du côlon sigmoïde.

À partir de 1970, on s'est mis à employer, pour examiner le côlon, des coloscopes à fibres de verre. Il s'agit d'une gaine de un centimètre de diamètre et de 140 cm de long remplie de fibres de verre rangées parallèlement les unes aux autres, fibres assez souples pour se prêter à un certain nombre de mouvements et de coudures, assez homogènes et fines pour transmettre à une extrémité une image correcte de ce qui se trouve en face de l'autre extrémité. Cet appareil s'est perfectionné à tel point qu'il permet de voir des lésions de petite taille que ne voit pas la rad [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, professeur de clinique gastroentérologique, directeur de l'unité de recherche I.N.S.E.R.M. U54

Classification


Autres références

«  INTESTIN, pathologie  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 342 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les syndromes vasculaires »  : […] Les syndromes vasculaires peuvent se ramener à trois variétés : la pancréatite aiguë hémorragique, l'infarctus intestinal, les hémorragies digestives de l'hypertension portale. La pancréatite aiguë hémorragique réalise une véritable autodigestion de la glande. On invoque un reflux biliaire dans le canal pancréatique principal (canal de Wirsung). Par suite les ferments pancréa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdomen/#i_47532

AMIBIASE

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 647 mots

Dans le chapitre « Manifestations intestinales »  : […] L' amibiase intestinale s'extériorise sous deux modes différents : – La dysenterie amibienne d'abord, expression la plus connue de la maladie, à tel point qu'on confond souvent amibiase et dysenterie amibienne. Or ce n'est pas, loin de là, l'accident pathologique le plus fréquent en climat tempéré. Son début est brutal, avec de violentes douleurs abdominales, constrictives et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amibiase/#i_47532

ANKYLOSTOMOSE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 612 mots

Parasitose intestinale due à deux espèces très voisines de vers ronds (nématodes) : Ancylostoma duodenale et Necator americanus . Elle est très répandue sous les tropiques, où elle prend un aspect endémique (600 millions de sujets parasités, en 1962, d'après l'O.M.S.) ; dans les zones tempérées, il en existe de petits foyers dans des microclimats favora […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ankylostomose/#i_47532

APPENDICITE

  • Écrit par 
  • Laurent CHARBIT
  •  • 1 081 mots

Affection très fréquente, l'appendicite peut encore, de nos jours, avoir des conséquences graves. Anatomiquement, l'appendice peut être atteint à divers degrés : appendicite catarrhale, où l'appendice est simplement œdématié et hypervascularisé ; appendicite purulente (empyème appendiculaire) ; gangrène et perforation enfin. Les organes de voisinage (cæcum, intestin grêle, épiploon) vont réagir p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appendicite/#i_47532

ASCARIDIOSE

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 292 mots

Maladie humaine provoquée par la présence, dans l'intestin grêle, d'un ver rond, Ascaris lumbricoides . La contamination se fait par l'ingestion des œufs de ce parasite. Ceux-ci, éliminés dans les selles des sujets parasités, subiront ensuite dans le milieu extérieur une phase de maturation, et finalement pourront être véhiculés par les légumes, les fruits et la terre. Dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascaridiose/#i_47532

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 487 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment retrouver un environnement protecteur ? »  : […] Ainsi, l’excès d’hygiène pour se protéger des microbes dès la petite enfance n’est donc pas nécessairement favorable. Un environnement dit « naturel », au sens de non ou peu aseptisé, rendrait les enfants moins vulnérables aux allergies et à l’asthme. Mais comment retrouver un effet protecteur, puisqu’il est saugrenu d’envisager un retour au mode de vie rural du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme-et-immunite-innee/#i_47532

BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 900 mots

Dans le chapitre « Clinique »  : […] Les manifestations pathologiques sont engendrées essentiellement par les œufs dont la présence déclenche une irritation locale. Chacun d'eux constitue un foyer inflammatoire. S'ensuivent ulcération, destruction tissulaire, fibrose ou rétraction cicatricielle source de complications. Ces œufs sont innombrables. Le pouvoir pathogène des Schistosoma demande cependant à être int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/#i_47532

BOTULISME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 471 mots

Neuro-intoxication, rare mais très grave, le botulisme est dû à l'ingestion accidentelle d'une toxine microbienne formée dans certaines conserves alimentaires par un microbe anaérobie, le bacille botulique ( Clostridium botulinum ) . Ce germe est très répandu dans l'intestin de nombreux animaux (porc en particulier), ainsi que dans le sol où, éliminé dans les déjections, il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botulisme/#i_47532

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 870 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène du vibrion cholérique »  : […] Tous les vibrions pathogènes élaborent une entérotoxine protéique de poids moléculaire 84 000. Libérée dans la lumière intestinale, celle-ci se fixe rapidement sur les sites récepteurs de l'épithélium intestinal de l'intestin grêle, en particulier du jéjunum. Cette fixation irréversible stimule l'activité adénylcyclasique de l'intestin, entraînant après une trentaine de minutes la fuite hydroélec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_47532

COLIBACILLOSE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 307 mots

Le terme de colibacillose désigne toutes les infections dues à un microbe de la famille des Enterobacteriaceae  : le colibacille ou Escherichia coli , décrit pour la première fois par Escherich, en 1885, sous le nom de Bacterium coli commune . Hôte normal de l'intestin et des voies génito-urinaires inférieures de l'homme et des ani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colibacillose/#i_47532

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Traitement des affections intestinales »  : […] La diarrhée est un symptôme extrêmement banal qui est bien souvent le reflet d'affections bénignes, très accessibles à des traitements symptomatiques. Parfois, elle est révélatrice de maladies particulières du tube digestif requérant un traitement spécifique tels que des antibiotiques, des antiseptiques intestinaux ou des antifongiques. Les médicaments antidiarrhéiques à visée symptomatique sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_47532

DISTOMATOSES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Distomatoses intestinales et pulmonaires »  : […] D'autres douves enfin peuvent envahir les intestins et les poumons. –  Fasciolopsis buski , agent de la distomatose intestinale, est très répandue aux Indes, en Chine et en Malaisie. Parasite du porc, c'est une douve de très grande taille, pouvant atteindre 7 cm de long sur 1,5 cm de large et ses œufs ressemblent beaucoup à ceux de Fasciola hepatica. Apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distomatoses/#i_47532

ENTÉROCOLITES

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 154 mots

Syndromes pathologiques atteignant à la fois le côlon et l'intestin grêle. Habituellement aiguës, les entérocolites doivent être distinguées des affections de même symptomatologie, mais d'origine parasitaire ou dysentérique. L'entérocolite banale, associant une débâcle diarrhéique, de la fièvre et quelquefois des vomissements, est due à l'absorption d'aliments contenant certaines toxines microbie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enterocolites/#i_47532

ÉTRANGLEMENT HERNIAIRE

  • Écrit par 
  • Laurent CHARBIT
  •  • 659 mots

Par les lésions intestinales qu'il entraîne, l'étranglement est la complication la plus fréquente des hernies, et la plus grave. Toutes les hernies peuvent s'étrangler : inguinales, crurales et ombilicales surtout, mais aussi diaphragmatiques, obturatrices et épigastriques. L'étranglement est caractérisé par la striction serrée et permanente des organes contenus dans le sac herniaire. L'orifice h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etranglement-herniaire/#i_47532

LAXATIFS

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 780 mots

Les substances qui accélèrent la vitesse du transit intestinal sont appelées laxatifs. Pour la plupart, ces produits ne sont pas dangereux lorsqu'ils sont administrés occasionnellement, mais ils peuvent, par contre, le devenir lors d'abus prolongés. Bien que ces médicaments ne représentent pas une thérapeutique majeure, ils sont commercialement importants. Malgré la diversité de leur structure ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laxatifs/#i_47532

MICROBIOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « Le rôle des microbiotes humains »  : […] La plupart des organismes du microbiome humain sont bénéfiques car ils confèrent à l’homme des caractéristiques qu’il ne posséderait pas autrement. Ainsi, certains micro-organismes de l’intestin humain participent à l’hydrolyse (décomposition) des aliments et libèrent ainsi des nutriments assimilables par l’organisme, dont ils tirent également profit pour leur propre métabolisme. Le point sans do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-humain/#i_47532

OXYUROSE

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 389 mots

Parasitose intestinale très répandue, surtout chez l'enfant, où le taux d'infestation peut atteindre 50 à 60 p. 100 en collectivités scolaires. L'agent pathogène est un petit ver rond (nématode), l'oxyure, Enterobius vermicularis , mesurant 3 à 5 millimètres de longueur pour le mâle, 10 à 12 pour la femelle, avec un diamètre de 0,2 à 0,5 mm. Les vers adultes vivent dans le gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxyurose/#i_47532

PÉRITONITE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 419 mots

État inflammatoire de la séreuse péritonéale avec réaction au niveau des feuillets pariétaux et viscéraux, et création d'un épanchement dans la cavité péritonéale. Sur le plan anatomique, on distingue les péritonites généralisées de la grande cavité, des péritonites localisées dites plastiques, survenant autour d'un foyer infectieux (exemple : péritonite plastique appendiculaire). Ces péritonites […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peritonite/#i_47532

STRONGYLOÏDOSE ou ANGUILLULOSE

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 656 mots

Parasitose humaine due à la présence dans l'intestin d'un petit ver rond nématode, Strongyloides stercoralis , ou anguillule. Le cycle biologique de ce parasite est très voisin de celui de l'ankylostome. Il est répandu dans les régions tropicales d'Amérique (Antilles notamment), d'Asie et d'Afrique, mais il peut exister sous climat tempéré puisque certains foyers d'infestati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strongyloidose-anguillulose/#i_47532

TÉNIASIS

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 012 mots

Parasitoses humaines dues à diverses espèces de vers plats (plathelminthes) à corps formé d'une succession d'anneaux (ou strobiles) et appartenant au vaste groupe des cestodes ou ténias. Ces ténias parasites de l'homme à l'état adulte déterminent des maladies le plus souvent bénignes, liées à la présence des vers dans l'intestin grêle et groupées sous le terme général de téniasis. Ces maladies s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teniasis/#i_47532

TRICHINOSE

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 614 mots

Affection résultant de l'infestation par le petit ver rond Trichinella spiralis . L'homme contracte habituellement la trichinose en consommant de la viande (de porc ou de cheval) insuffisamment cuite et contenant des larves encapsulées du parasite. Dans l'estomac et l'intestin grêle, la membrane capsulaire est digérée et les larves libérées envahissent le revêtement muqueux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trichinose/#i_47532

TRICHOCÉPHALOSE

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 311 mots

Parasitose intestinale largement répandue chez l'homme, la trichocéphalose est tout à fait bénigne. Le parasite responsable, Trichuris trichiura , ou trichocéphale, est un ver rond (nématode) qui mesure de 3 à 5 centimètres de longueur sur 1 millimètre de diamètre ; sa morphologie est caractéristique : extrémité antérieure longue et effilée (aspect de cheveu). Il vit habituel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trichocephalose/#i_47532

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques BERNIER, « INTESTIN, pathologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/intestin-pathologie/