AMIBIASE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affection parasitaire et contagieuse, l'amibiase est due à un protozoaire, l'amibe dysentérique, Entamoeba histolytica.

On l'observe dans le monde entier, mais surtout dans les régions chaudes et humides. Les grands deltas tropicaux, en Asie tout particulièrement, ont le triste privilège de représenter le domaine électif de l'endémie amibienne.

En climat tempéré, tel celui d'Europe occidentale, l'amibiase n'est pas rare. Les grands brassages actuels de population y amènent des sujets ayant contracté leur amibiase en pays tropical. Ces « porteurs » peuvent être la source de petites épidémies dans l'entourage familial ou professionnel. À cette amibiase d'importation s'ajoute une amibiase autochtone, généralement peu grave, survenant chez des sujets n'ayant jamais quitté la zone tempérée et une éventuelle contamination par un amibien « d'importation » n'a pu être mise en évidence.

Le parasite et sa transmission

Le parasite existe sous trois formes : deux végétatives et une kystique.

– La forme végétative, dite minuta, a un diamètre de 12 à 15 μm et vit à la surface de la muqueuse colique. Elle se nourrit du contenu intestinal, mais jamais de globules rouges. C'est elle que l'on rencontre au début de l'infestation, dans les colites chroniques amibiennes et chez les « porteurs sains ». Elle seule a le pouvoir de s'enkyster. Elle est donc à l'origine de la contamination du milieu.

– La forme végétative, dite histolytica, de 20 à 30 μm de diamètre, est très mobile. Elle apparaît lorsque la résistance naturelle de l'homme est ou devient insuffisante, par transformation de la forme minuta qui grandit et acquiert le pouvoir de lyser les tissus environnants. Elle pénètre alors dans la profondeur de la muqueuse et c'est elle que l'on découvre dans les formes dysentériques (colite amibienne aiguë). Elle peut passer dans les capillaires intestinaux et diffuser par voie sanguine ou lymphatique. Elle est alors responsable des localisations extra-intestinales (abcès métastatiques du foie, du poumon, etc.). Da [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  AMIBIASE  » est également traité dans :

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Atteintes parasitaires »  : […] Dans le paludisme, les sporozoïtes présents dans la salive qu'infecte l'insecte vecteur (moustique anophèle) sont amenés par le sang au foie, où ils se multiplient au sein d'hépatocytes qui deviendront ainsi des « corps bleus ». La rupture des cellules hôtes, qui permettra au parasite de retourner dans le sang, sous forme de mérozoïtes qui vont se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_4241

RHIZOPODES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 395 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mode de vie »  : […] On se bornera ici à répartir les amibes en trois groupes selon leur mode de vie : les amibes polymorphes, les amibes libres et les espèces parasites. – Les amibes polymorphes . On groupe sous ce nom les espèces qui se présentent alternativement sous une forme amibe et sous une forme flagellée. Tetramitus rostratus en est le plus parfait exemple. O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhizopodes/#i_4241

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, Robert DURIEZ, « AMIBIASE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amibiase/