INTENDANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Extension de l'institution

De 1624 à 1639, le montant des dépenses militaires françaises (aide extérieure comprise) passe de 9 millions de livres à près de 24 millions : « Élargie à l'échelle européenne, la guerre de Trente Ans se présente comme une guerre d'argent annonciatrice des conflits modernes » (G. Livet).

Les recherches d'E. Esmonin et R. Mousnier permettent de situer le moment précis où les deux types d'intendants se superposent en une institution unique. Dès 1634, des commissaires sont chargés de faire rentrer le maximum d'argent en évitant, si possible, les injustices trop flagrantes. La crise financière de 1637 provoque l'extension du système à l'ensemble de la France. Non que les choses soient d'emblée nettes : tout le développement ultérieur, de 1637 à 1648, est affaire de temps, de lieux, de moments et de personnes. Les révoltes populaires, qui ne sont pas sans rapport avec l'accroissement brutal de la pression fiscale royale se superposant aux anciens prélèvements (nobiliaires, etc.), aboutissent au renforcement de l'autorité des intendants de justice. En quinze ans, comme le notait en 1648 l'avocat général au parlement de Paris, Omer Talon, l'emprise de l'autorité centrale s'est donc brutalement renforcée au détriment des puissances publiques traditionnelles, et, surtout, des officiers. Cet état de fait ne pouvait manquer de susciter une réaction de défense.

Sous la pression des événements et, principalement, de la coalition des intérêts des officiers soutenus par les parlements, Mazarin est obligé de supprimer provisoirement les intendants par les déclarations de juillet et d'octobre 1648, faisant droit aux requêtes présentées par la Chambre Saint-Louis. La Fronde matée, on essaya de revenir à la situation antérieure. Suivant les habitudes de l'Ancien Régime, l'interdiction officielle fut maintenue jusqu'en 1789. Mazarin, toujours prudent, utilisa divers subterfuges juridiques : envois de commissaires par lettres de cachet, rem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Autres références

«  INTENDANTS  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Moyens de gouvernement : clientèles, gouverneurs, intendants »  : […] L'incapacité, ou la difficulté, d'abstraire – obstacle majeur à toute conception rationnelle de l'administration – rend indispensable le recours à l'utilisation des liens humains. C'est aussi une évidente survie de l'esprit féodal, au sens le plus rigoureux du terme. Ainsi se constituent, se font et se défont les clientèles. Elles ne s'affaiblissent guère qu'au xviii e  siècle. Louis XIII, puis Lo […] Lire la suite

BERTIER DE SAUVIGNY LOUIS BÉNIGNE FRANÇOIS (1737-1789)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 286 mots

Maître des requêtes en 1763, Louis Bertier de Sauvigny devient l'adjoint de son père, Louis Jean, qui avait été nommé intendant de la généralité de Paris en 1744, et il lui succède, en 1771, lorsque Louis Jean est appelé par Louis XV à la présidence du parlement Maupeou. Sous son administration, aussi éclairée qu'énergique, l'immense généralité de Paris, dont l'étendue couvrait six des département […] Lire la suite

COMMISSAIRE ROYAL

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 346 mots

Sous l'Ancien Régime, le commissaire royal est un personnage commis ou mandaté par le roi pour faire exécuter ses décisions en un moment donné et en un point précis du territoire. Le but de la mission et les moyens à employer pour l'accomplir sont consignés dans des lettres de commission délivrées par le chancellerie royale. Ces lettres de commission sont publiées dans les lieux où elles doivent ê […] Lire la suite

ÉLECTION PAYS D'

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 332 mots

Dans la France de l'Ancien Régime, l'élection était une juridiction de l'impôt, symbole même des progrès de l'administration royale directe. Plusieurs élections formaient une généralité. Les pays d'élection, soumis à la taille personnelle et à tous les impôts royaux ordinaires, s'opposaient aux pays d'états, provinces où les états provinciaux conservaient tout à la fois le droit de consentir l'imp […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le respect des particularismes locaux »  : […] L'assimilation des régions conquises fut facilitée par le respect des privilèges anciens. Le roi et les villes rattachées à la France sont unis par des traités de capitulation qui comportent l'engagement du souverain de reconnaître les libertés locales. Louis XIV accepte de prononcer en Franche-Comté le serment des comtes de Bourgogne et à Lille celui des comtes de Flandre, sorte de compensation […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'administration régionale et locale »  : […] L'administration régionale et locale, grâce à l'action des intendants, est surtout caractérisée par une très forte centralisation ; mais, en raison de l'organisation corporative du royaume, la centralisation est plus ou moins poussée selon les régions. C'est ainsi que le particularisme est surtout vivace à la périphérie du royaume (pays d'État), tandis que la centralisation est maximale dans les p […] Lire la suite

FRONDE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 2 797 mots

Dans le chapitre « Les circonstances »  : […] Deux circonstances ont contribué à l'éclatement de la crise : la guerre avec la maison d'Autriche et la minorité du roi. La guerre durait depuis 1635 et paraissait s'éterniser. Les négociations engagées avec l'empereur et les princes allemands allaient aboutir bientôt à la paix sur le Rhin, tandis que la lutte se poursuivait contre les armées espagnoles à la frontière du Nord, du reste à l'avantag […] Lire la suite

GÉNÉRALITÉ, Ancien Régime

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 317 mots

Au sens strict, le mot « généralité » désignait une des premières circonscriptions administratives de type moderne que le souci du contrôle fiscal avait imposées à la France. L'édit de 1542 peut, à cet égard, être considéré comme le véritable acte de naissance de cette institution : il établissait pour les impositions directes seize recettes générales, dirigées par des receveurs généraux qu'assist […] Lire la suite

MAÎTRE DES REQUÊTES

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 440 mots

Comme le marque jusqu'à la fin de l'Ancien Régime leur titre anachronique, les maîtres des requêtes de l'hôtel du roi ont une origine commensale. Membres de la maison du monarque et magistrats tout ensemble, ils avaient à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes l'audition et l'expédition des requêtes adressées au roi et ils exerçaient leur magistrature aux « plaids de la porte ». Appelé […] Lire la suite

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 535 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité des tentatives françaises de 1660 à 1806 et succès de la statistique suédoise (1745) »  : […] À l'opposé de l'Angleterre et de l'Allemagne, la France et la Suède, pays éloignés l'un de l'autre mais alliés politiques depuis Richelieu et unis depuis Descartes par des liens scientifiques, ont en commun l'idéal du recensement nominal exhaustif. Mais les modalités de la réalisation sont opposées : la soudaineté et le succès de l'entreprise suédoise à partir de 1745 contrastent avec l'évolution […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, « INTENDANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intendants/