INFRASONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Système à piston

Système à piston
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bruit dans une automobile

Bruit dans une automobile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Infrasons dangereux

Infrasons dangereux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


On entend par infrasons des vibrations mécaniques de basses fréquences dont la gamme est définie par les propriétés de l'ouïe humaine. Si les périodes des vibrations acoustiques se répètent plus fréquemment que quelque 16 à 20 fois par seconde, l'oreille commence à les intégrer. Apparaît alors la sensation bien connue de la tonalité. Par contre, les périodes plus rares sont perçues par l'ouïe comme des phénomènes distincts. C'est cette limite de 16 à 20 hertz (Hz) d'origine physiologique qui a été admise comme la fréquence supérieure des infrasons dont la gamme s'étend donc de 0 Hz < F < 16 à 20 Hz.

Les sources infrasonores

Les sources naturelles

Le tonnerre, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les météorites, les chutes de roches et l'eau, les avalanches et tous autres phénomènes qui provoquent de brusques variations de pression sont des sources naturelles d'infrasons. Plus généralement, ils apparaissent toujours si un corps change brusquement sa vitesse ou la direction de son mouvement. Par contre, les objets qui se déplacent continuellement dans un milieu homogène, à vitesse toutefois subsonique, ne produisent pas d'infrasons.

Ils sont également émis autour de l'épicentre de chaque tremblement de terre. Pour une période d'une onde séismique de 25 secondes (les mesures donnent des valeurs 10 s < T < 50 s), la longueur d'onde infra-sonore serait de 7 kilomètres environ (R. K. Cook, 1965). Ces ondes, d'après Cook, agissent dans les hautes altitudes sur des couches de l'ionosphère et provoquent quelquefois des effets Doppler dans les ondes électromagnétiques réfléchies par la même couche. Un tel effet, par exemple, a été observé par D. Baker au cours du séisme en Alaska, le 28 mars 1964, dans les laboratoires de Boulder (Colo.). Les ondes électromagnétiques de 4 MHz émises verticalement et réfléchies par l'ionosphère ont eu un déplacement Doppler de 3 Hz.

Déjà, en 1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : Directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., directeur à l'Ecole pratique des hautes études (E.P.H.E.), Paris.

Classification


Autres références

«  INFRASONS  » est également traité dans :

ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

  • Écrit par 
  • Raphaël F. GARCIA, 
  • Pierre TOUBOUL
  •  • 4 870 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Goce : un satellite à l'écoute des séismes »  : […] Le sondage de la haute atmosphère par les ondes radio a permis de démontrer, depuis les années 1960, que les ondes sismiques générées au sol se propagent jusqu'à 300 kilomètres d'altitude. Goce, satellite de l'E.S.A., destiné à la mesure du champ de gravité terrestre, vient de faire la première mesure in situ de ces ondes. Il représente un saut te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accelerometres-spatiaux/#i_89103

SONS - Audiométrie

  • Écrit par 
  • André DIDIER
  •  • 3 398 mots
  •  • 7 médias

Il est facile de constater que la sensation sonore dépend des caractéristiques physiques des sons et des bruits. Un son trop faible n'est pas perçu. Un son trop fort provoque une gêne, voire une douleur. Il existe donc des limites d'intensité du stimulus physique hors desquelles l'écoute est impossible. Il en est de même quant à la hauteur ou fréq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-audiometrie/#i_89103

Voir aussi

Pour citer l’article

Leonid PIMONOW, « INFRASONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/infrasons/