INFANTERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Bataille de Waterloo, F. Phillippoteaux

La Bataille de Waterloo, F. Phillippoteaux
Crédits : AKG

photographie

Première Guerre mondiale, 1914-1918

Première Guerre mondiale, 1914-1918
Crédits : National Archives

vidéo

Défaite de la France en 1940

Défaite de la France en 1940
Crédits : National Archives

vidéo


À partir du XVIIIe siècle, les fantassins fusiliers

Le tout début du xviiie siècle marque une étape importante. En 1703, le fusil à baïonnette est adopté dans toute l'armée française et, en 1708, piques et piquiers sont définitivement supprimés. Dès lors les fantassins, tous fusiliers, combattent sur cinq à huit rangs seulement, tirant dans les intervalles ou l'un par-dessus l'autre. Les formations deviennent plus minces. Mais les armées (comprenant toujours au moins trois quarts d'infanterie) deviennent plus nombreuses. Aussi les fronts d'une bataille s'étirent sans cesse, tandis que le jeu des réserves, faisant disposer en arrière un nombre plus grand d'unités, leur donne une plus grande profondeur.

Le combat, cependant, reste classique, l'infanterie occupe tout le centre, la cavalerie les ailes. L'action commence par une canonnade, puis les unités s'affrontent, et lorsqu'une percée se réalise, ce sont des réserves d'infanterie qui sont d'abord lancées ; la cavalerie étant chargée de la poursuite, si elle est ordonnée.

Avec Frédéric II, l'infanterie devient plus manœuvrière. Grâce à une instruction très poussée, le tir est plus rapide (trois coups par minute) et plus précis. Il s'exécute même en marchant. En outre les unités deviennent beaucoup plus mobiles. Grâce à la facilité du maniement du fusil, les hommes peuvent se tenir au coude à coude (c'est l'ordre serré) et combattre sur seulement trois rangs de profondeur (c'est l'ordre mince par rapport aux six à huit rangs traditionnels de l'ordre profond). Au cours du combat, on peut donc rapidement dégarnir un point fort, mettre la troupe en colonne en vue d'un débordement et sur un simple commandement la faire pivoter d'un quart de tour, pour la replacer face à un flanc ennemi (c'est l'ordre oblique).

La fin du xviiie siècle va marquer une autre étape très importante en instituant le principe divisionnaire et en créant notamment des divisions d'infanterie « unités de toutes armes, capables de mener le combat pendant un certain temps ». Ces grandes unités comprennent deux à six régiments d'infanterie, un à trois de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

  • : colonel, breveté de l'enseignement militaire supérieur, ancien professeur à l'École de guerre

Classification


Autres références

«  INFANTERIE  » est également traité dans :

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 920 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Moyen-Orient »  : […] Jusqu'en 1700 avant J.-C. environ, le guerrier d'Orient est un fantassin. Les armées, restreintes, sont celles de royaumes clos, sans rapports extérieurs : dans la vallée du Nil, l'ancien Empire memphite, celui de Menès et des Pyramides ; à Sumer en Mésopotamie (cités-États d'Ourouk, d'Ur) ; d'Assur vers 1850, ou à Babylone. À partir de 1700, les Hyksos, venus d'Asie avec le cheval, le fer et le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-typologie-historique/#i_19374

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Choc et mouvement »  : […] Il semble difficile de parler de doctrines militaires pour l'Antiquité grecque ou latine, a fortiori pour la période préhellénique. Les Grecs, si lettrés, n'ont laissé à la postérité que peu d'écrits théoriques sur l'art de la guerre. Perdus les traités de tactique dont les auteurs, au nom peu évocateur, sont salués par leurs émules du ii e  siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_19374

ARMES - Armes légères

  • Écrit par 
  • François AMBROSI, 
  • Alain BRU
  •  • 11 810 mots
  •  • 6 médias

Étant au service du combattant à pied, les armes légères doivent le gêner le moins possible dans ses évolutions : marche, course, saut, rampé, accès dans les véhicules ; elles répondent donc à des impératifs de poids et d'encombrement très sévères. Les limites les plus couramment admises, dans ce domaine, sont pour les armes d'appoint 1 kg et 30 cm, pour une arme individuelle de base 4 kg et 80 c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-armes-legeres/#i_19374

BLINDÉS MATÉRIELS

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 7 276 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Perspectives »  : […] Depuis la fin de la guerre froide et la chute du Mur de Berlin, l'heure de l'affrontement des divisions blindées dans les grandes plaines d'Europe centrale et orientale semble dépassée, et la question de la pertinence des engins blindés dans une armée moderne a été posée. En effet, d'une forme de conflit où se seraient affrontées face à face des unités blindées en zone non habitée, les stratèges m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materiels-blindes/#i_19374

BOMBARDES DE CRÉCY (histoire militaire)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 239 mots

À la bataille de Crécy, face à l'armée de Philippe VI de Valois, de près de 20 000 hommes, Edouard III d'Angleterre dispose d'environ 11 000 hommes et de trois bombardes , canons rustiques plus adaptés aux sièges mais employés pour la première fois, en pleine bataille, sur le sol français. Les bombardes, inconnues des Français, projettent au jugé quelques boulets de pierre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bombardes-de-crecy/#i_19374

DRAPEAUX DANS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 218 mots

La France utilisait de nombreux drapeaux avant 1789, mais il n'y en avait aucun sur les bâtiments publics et sur le château où résidait le souverain. La bannière de France n'était qu'une pièce d'étoffe, assez petite et incapable de flotter, de velours violet ou bleu, ornée de trois fleurs de lis d'or brodées de chaque côté. Cet emblème, qui date du xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drapeaux-dans-l-ancien-regime/#i_19374

FRANCE CAMPAGNE DE (1940)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 587 mots
  •  • 8 médias

Le 10 mai 1940, la guerre éclair succède à la drôle de guerre qui dure alors depuis le 2 septembre 1939. La neutralité belge pose un problème délicat à l'état-major allié. Le plan d'origine de Gamelin préconise une bataille défensive sur une ligne fortifiée en France ; l'entrée des forces alliées en Belgique n'aurait lieu que pour répondre à un appel belge. Ce plan conjugue une défensive prudent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagne-de-france-1940/#i_19374

FUSILIER

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 384 mots

Terme générique désignant autrefois tout militaire armé du fusil. Cette arme n'ayant été introduite que très progressivement dans les armées françaises au cours du xvii e siècle, le fusilier est encore en infime minorité dans les unités d'infanterie en 1670 : quatre par compagnie. Mais la proportion augmente très rapidement après l'invention de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fusilier/#i_19374

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 953 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mutineries françaises du printemps 1917 »  : […] La France connaît à son tour une importante vague de mutineries au printemps de 1917 , avec plus d’une centaine d’incidents, affectant les deux tiers des divisions d’infanterie, principalement fin mai-début juin, essentiellement dans l’Aisne et dans la Marne. Ces faits longtemps discutés sont désormais bien connus par une série de recherches, fondées notamment sur les archives de la Justice milita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-mutineries-et-desobeissances-collectives/#i_19374

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 234 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un recours massif aux soldats coloniaux »  : […] Au cours du xix e  siècle, les Européens, qui s’appuient tous sur des auxiliaires africains ou asiatiques pour mener à bien leurs conquêtes coloniales, sont réticents à utiliser ces auxiliaires dans les affaires intra-européennes. Cette unité de vue se fissure au début du x x e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-le-role-des-colonies/#i_19374

LA GUERRE AU XVIIIe SIÈCLE (J.Black) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 970 mots

Dans la collection sur les guerres et les batailles dirigée par l'historien anglais John Keegan, traduite en français aux éditions Autrement, ce bel ouvrage de Jeremy Black présente La Guerre au XVIII e   siècle (2003), avec une approche très novatrice. L'auteur trace un panorama qui a le premier mérite d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-guerre-au-xviiie-siecle/#i_19374

MERCENAIRES

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 5 165 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercenaire au soldat »  : […] Progressivement, l'armée féodale se transforme en armée de métier, à l'image des armées suédoise ou espagnole. En outre, grâce notamment à la découverte de nouvelles terres et à leur exploitation, les monarchies européennes renforcent leur capacité de financement des guerres modernes. L'argent permet la fonte de canons et la constitution de troupes d'infanterie. La chevalerie est remplacée par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/#i_19374

MOUSQUETAIRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 346 mots

Soldat d'infanterie armé d'un mousquet. Amélioration de l'arquebuse, le mousquet est introduit dans les armées françaises au xvi e siècle. On donne le nom de mousquetaires aux bandes qui en étaient armées. Tant que les piquiers restent la principale masse de choc au combat, arquebusiers puis mousquetaires jouent le rôle d'infanterie légère aux ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousquetaire/#i_19374

PHILIPPE II (env. 382-336 av. J.-C.) roi de Macédoine (359-336 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 2 198 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les débuts du règne »  : […] La situation était critique. Les Athéniens et les Thraces poussaient en avant leurs propres candidats au trône ; des peuples vassaux, comme les Péoniens, se soulevaient. Surtout, les Illyriens avaient, semble-t-il, occupé les régions montagneuses à l'ouest du royaume. Philippe sut tirer parti de l'inquiétude générale. Certes, l'armée macédonienne avait été écrasée. Mais c'était une armée aristocr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii/#i_19374

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les types d'unités »  : […] L'état d'élaboration assez poussée de cette armée se marque d'abord dans son organisation, tant du point de vue des types d'unités que de celui de la spécialisation des hommes. Ici aussi, comme souvent, il faut partir de l'organisation augustéenne. Le fondateur de l'Empire installa les troupes pour l'essentiel aux frontières, mais il ne négligea ni la sécurité de Rome ni, contrairement à ce qui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_19374

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri de NANTEUIL, « INFANTERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/infanterie/