MILITAIRE INDUSTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelles technologies et nouvelles perspectives

Les industries militaires restent un secteur moteur où la part des dépenses en recherche-développement est décisive. Au début des années 1990, les États-Unis y consacraient près de 15 p. 100 du budget de la défense, soit environ 43 milliards de dollars, contre 10 p. 100 en France. Depuis la fin des années 1970, les pays occidentaux accentuent leur investissement dans le domaine de la recherche-développement.

Le fait est que les hautes technologies, dans leur approche la plus affinée et la plus neuve, restent dans un premier temps réservées au secteur militaire ou scientifique avant d'être étendues au domaine civil. Le système de localisation par satellite, par exemple, a ainsi été largement focalisé sur les impératifs militaires avant d'être partiellement ouvert au milieu civil.

L'électronique est largement majoritaire dans la composition des systèmes d'armes, en particulier dans les secteurs de l'aéronautique, via les avions de combat et les divers missiles, et de l'espace, avec les satellites et les lanceurs. Au point même que certaines voix, comme celle du ministre français de la Défense, Hervé Morin, au cours de l'été de 2007, se sont élevées pour dénoncer les dérives vers l'« hypertechnologie » dans l'industrie de l'armement et ses conséquences sur les coûts des programmes d'armement. Il apparaît en effet que 5 p. 100 de la technologie de pointe pèsent jusqu'à 20-25 p. 100 du coût d'un programme. Par contrecoup, l'apport excessif d'une haute technologie, particulièrement onéreux, peut se révéler prohibitif à l'exportation auprès de pays qui n'ont pas nécessairement besoin d'armes ultrasophistiquées.

Malgré tout, les nouvelles technologies, notamment en matière d'informatique, ont contribué à révolutionner la conception et la fabrication, au même titre que l'optronique a permis d'ouvrir un nouveau marché pour le secteur du renseignement et de l'observation. Elles ont influé sur l'industrie militaire qui a su adopter de nouveaux modules (nanotechnologies, microprocesseurs, robotisation).

Une part importante est accordée au pôle du renseignement et de l'intelligence, dont l'action se développe de plus en plus dans le domaine spatial. Si bien que l'industrie militaire tend à se diversifier : à côté des domaines classiques visant à la conception de moyens militaires lourds pour l'action terrestre, maritime ou aérienne, ou des moyens légers pour l'armement individuel et collectif, on assiste à l'émergence d'une nouvelle combinaison de moyens d'action dans la zone extra-atmosphérique.

Industrie militaire et domaine spatial

Depuis les années 1990, il est devenu capital de pouvoir préserver les moyens spatiaux tactiques dont l'apport est incontestable dans les opérations militaires engagées au sol.

Actuellement, le gouvernement américain assure à lui seul près de 90 p. 100 des dépenses mondiales consacrées à la politique spatiale considérée sous l'angle militaire, soit 27 fois le budget qu'y consacre l'Union européenne.

La politique spatiale oriente l'industrie militaire sectorielle en fonction de deux notions majeures : tout d'abord, la militarisation (militarization) de l'espace, l'arsenalisation (weaponization), ensuite. La première, effective depuis le début des années 1960, se caractérise par le déploiement de systèmes spatiaux d'observation et d'espionnage destinés à soutenir voire appuyer des opérations terrestres. Elle permet donc, dans le cadre du traité de l'espace de 1967, l'utilisation de moyens civils à des fins militaires. Quant à l'arsenalisation de l'espace, en l'absence de dispositions de droit international qui viendrait la limiter, elle a pour objectif la mise en orbite de véritables armes, intégrées dans des systèmes de défense antimissile balistique, antisatellites destinés à promouvoir une politique à la fois défensive et offensive, contre des cibles terrestres ou spatiales.

La dimension sécuritaire du domaine spatial constitue ainsi un nouveau terrain d'expansion pour l'industrie militaire. Certes, l'idée de projection de moyens d'action militaire dans l'espace a déjà occupé des décennies de recherche et de tests divers. Sa chronologie remonte aux années 1943-1957, période d'impulsion marquée par le développement des missiles balistiques, véritablement pour la suite. Depuis le début des années 2000, la perception de l'espace comme enjeu stratégique s'est affirmée, même si la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Autres références

«  MILITAIRE INDUSTRIE  » est également traité dans :

RECHERCHE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre PAPON
  •  • 9 164 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cas de la France »  : […] Prolongeant une tradition « colbertiste », l'État joue, en France, un rôle central dans le soutien à la recherche. Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la planification de la recherche a contribué au développement de celle-ci jusqu'au début des années 1970. Outre le C.N.R.S., créé en 1939, de grands organismes publics ont été fondés, après la guerre, pour piloter la recherche […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-31 décembre 2019 Algérie. Élection d'Abdelmadjid Tebboune à la présidence.

Le 10, le tribunal de Sidi M’Hamed, à Alger, condamne les anciens Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia à respectivement douze et quinze ans de prison, pour des malversations dans le secteur de l’industrie automobile. Trois anciens ministres, une ancienne préfète et quatre hommes d’affaires, dont l’ancien président du Forum des chefs d’entreprise Ali Haddad, sont également condamnés à des peines de prison. […] Lire la suite

12-16 juillet 2019 Turquie. Livraison des systèmes de défense anti-aériens russes S-400.

Cette décision contrarie la volonté du président Erdogan de développer l’industrie d’armement de son pays. Toutefois, l’OTAN déclare que les avions et radars turcs demeurent inclus dans le système de défense de l’Alliance et les États-Unis excluent à ce stade d’imposer des sanctions à la Turquie.  […] Lire la suite

12-21 janvier 2014 Libye. État d'urgence et départ des islamistes du gouvernement

Le 12, le vice-ministre de l'Industrie Hassan al-Droui est tué par balles à Syrte. Il s'agit du premier assassinat d'un membre du gouvernement depuis la chute du régime de Mu'ammar al-Kadhafi en octobre 2011. Le 18, le Congrès général national décrète l'état d'urgence. Cette décision du Parlement fait suite aux violences tribales meurtrières qui secouent depuis plusieurs jours la ville de Sebha, dans le sud, et à la prise de contrôle momentanée d'un camp militaire par des partisans armés du dictateur déchu, dans cette même région. […] Lire la suite

2-29 décembre 2002 Venezuela. Grève générale et paralysie de l'industrie pétrolière

Le 2 débute un mouvement de grève générale, le quatrième en un an, à l'appel du patronat, des syndicats et des partis d'opposition qui réclament des élections anticipées. Le 6, des tirs contre des manifestants réunis dans le centre de Caracas font trois morts. Les deux parties se rejettent l'une sur l'autre la responsabilité de la fusillade. Le 10, l'opposition au régime se radicalise, exigeant à présent le départ immédiat du président Chávez. […] Lire la suite

11-18 juillet 1997 France. Confirmation des privatisations de Thomson-C.S.F. et du G.A.N.

dans le cadre d'une restructuration de l'industrie de défense française et européenne. L'État conserverait toutefois une minorité de blocage ou un droit de veto. Le 18, le ministère de l'Économie confirme la privatisation de la compagnie d'assurances G.A.N. et de sa banque filiale C.I.C., respectant ainsi les engagements pris par le gouvernement précédent. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « MILITAIRE INDUSTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-militaire/