INDUS, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'utilisation de l'Indus : l'irrigation

L'irrigation à partir de l'Indus et des rivières de son bassin revêt des caractères différents dans les piémonts (Punjab et régions voisines) et sur le cours inférieur.

Sur les piémonts, le climat est encore assez pluvieux en été pour qu'une culture non irriguée soit possible. Mais elle est aléatoire et n'intéresse que des plantes résistant à la sécheresse. Aussi, depuis très longtemps (on cite des ouvrages remontant au xive siècle), les populations ont-elles construit des canaux qui répandent les eaux des rivières sur de vastes superficies pendant les périodes de forte abondance de l'été. Au xixe siècle ont été réalisés, d'une part, des canaux plus longs, avec des prises d'eau situées loin en amont, et, d'autre part, des barrages de dérivation qui, relevant de quelques mètres le niveau des rivières, permettent d'assurer une alimentation pérenne à un certain nombre de canaux, et donc d'arroser les cultures en hiver, c'est-à-dire en saison sèche. Une importante région agricole, qui produit surtout du blé, de la canne à sucre, fut ainsi constituée. Depuis 1950, une nouvelle phase de travaux a été menée à bien : de grands barrages-réservoirs, comme celui de Bakhra-Nangal en Inde (sur la Sutlej) et du barrage Jinnah sur l'Indus, près de Kalabagh au Pakistan, ont permis de régulariser les apports d'eau et d'étendre les régions irriguées, notamment en saison sèche.

La plaine du cours inférieur, située tout entière au Pakistan occidental, a un climat tel que la culture y est impossible sans irrigation. Aussi a-t-on créé de véritables oasis, comparables à celles de l'Égypte ou de l'Asie centrale. Le grand barrage de Sukkur dérive les eaux de l'Indus vers un réseau de canaux, que vient relayer vers l'aval celui du Sind. Ces travaux, entrepris entre les deux guerres mondiales, ont été complétés ensuite. Ici, on a cherché à rendre les investissements rentables en développant principalement la culture du coton, plante bien adaptée au climat sec.

Ce remarquable réseau d'irrigation a posé et pose encore de gros problèmes. Les problèmes politiques soulevés par le partage de l'Inde sont à peu près résolus. La plus grande partie du Punjab passée sous contrôle pakistanais était ravitaillée en eau à partir des ressources, assez faciles à mobiliser, des rivières les plus orientales, la Sutlej, la Beas, la Ravi, rivières dont le cours supérieur se trouve en république de l'Inde. Le gouvernement de celle-ci manifesta l'intention d'utiliser ces eaux sur son territoire. Il fallut de laborieuses négociations pour aboutir en 1960 au compromis du traité des eaux de l'Indus : les eaux des rivières orientales sont définitivement attribuées à l'Inde, celles de l'Indus et de la Jhelum au Pakistan. Pendant une période de dix ans, jusqu'en 1970, l'Inde devait continuer à fournir de l'eau au Pakistan ; celui-ci a mis ce délai à profit pour construire une série d'ouvrages sur l'Indus et la Jhelum, afin d'amener leurs eaux, d'ailleurs abondantes, vers les secteurs autrefois irrigués à partir des rivières orientales. Les investissements nécessaires furent fournis par la Banque mondiale pour la reconstruction et le développement et par la république de l'Inde. Malgré les rapports difficiles entre les deux pays, le traité a été respecté et les travaux ont finalement abouti à l'amélioration du réseau et à la mobilisation d'un important potentiel de production d'énergie hydro-électrique.

Il reste cependant un problème technique très grave, qui revêt même des aspects dramatiques par l'ampleur qu'il prend au Pakistan. En effet, les eaux des canaux sont légèrement salées, et, en période de forte évaporation, ce sel tend à s'accumuler à la surface. Et surtout, des années d'irrigation avec un drainage insuffisant ont amené une remontée des nappes phréatiques, dont certaines sont fortement salées. Des centaines de milliers d'hectares, mis en valeur à grands frais, sont ainsi menacés de devenir impropres à la culture. Un plan de creusement de plusieurs centaines de puits tubés, munis de pompes à moteur, a été mis en œuvre. Mais la tâche est longue et onéreuse, et l'efficacité même du plan a été discutée par certains experts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  INDUS, fleuve  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le milieu naturel  »  : […] Le cœur de l'Afghanistan correspond au massif de l'Hindou-Kouch et à ses annexes, prolongement occidental de l'Himalaya, dont l'étymologie populaire (« tueur des Hindous ») dit assez l'obstacle topographique formidable qu'il a représenté dans l'imaginaire collectif. C'est aussi une limite biogéographique et culturelle majeure séparant, sur un millier de kilomètres, le Turkestan, au nord, du monde […] Lire la suite

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 443 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La « conquête de l'Inde » »  : […] L'été et l'automne 327 furent occupés à rassembler, au sud de l'Hindou-Kouch, une armée cosmopolite de 120 000 hommes, dont de nombreux marins venus d'Égypte et de Phénicie. Alexandre s'apprêtait en effet à « conquérir l'Inde », et cette expédition constitue encore un mystère. On en voit plusieurs raisons. Il est clair tout d'abord qu'Alexandre devait répondre à l'appel du prince de Taxila, menac […] Lire la suite

CACHEMIRE ou KASHMIR

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE
  • , Universalis
  •  • 2 926 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'ensemble montagneux du Nord »  : […] Le grand ensemble montagneux du Nord est composé de trois parties bien distinctes : – Le Grand Himalaya commence à l'ouest par un massif très puissant et individualisé, celui du Nangha Parbat. Une énorme masse cristalline, soulevée par des mouvements très récents, s'élève à plus de 8 000 mètres. Comme elle est entourée sur trois côtés par la gorge de l'Indus, dont le fond est seulement à 1 300 m […] Lire la suite

HIMALAYA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jacques DUPUIS
  •  • 3 480 mots
  •  • 8 médias

Barrière naturelle entre la péninsule indienne et le reste du continent asiatique, l'arc montagneux de l'Himalaya (ou Himālaya : « Séjour des neiges » en sanskrit) s'allonge entre le plateau du Tibet, au nord, et la plaine alluviale indo-gangétique, au sud. Il se raccorde, par des courbures très accentuées, à la chaîne béloutche et à l'Hindū Kūch oriental (Karakoram), à l'ouest, aux chaînes birm […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les plaines alluviales »  : […] Les plaines alluviales se groupent en deux ensembles. Au nord, le sillon sous-himalayen, suivi par le Gange et l' Indus, s'est rempli de matériaux arrachés à l'Himalaya, et que les alluvions déposées par les grands fleuves achèvent de combler. À l'est de la péninsule, les fleuves ont construit des deltas qui progressent aux dépens de la mer ; on peut citer (du nord au sud) ceux du Gange-Brahmapou […] Lire la suite

KARACHI

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 656 mots
  •  • 1 média

Située à l'ouest du delta de l'Indus, sur la mer d'Oman, Karachi est la capitale de la province du Sind et, de loin, la première ville du Pakistan, dont elle fut la capitale de 1948 à 1959, date du transfert du gouvernement à Rawalpindi puis à Islamabad. Port principal du pays, centre industriel et financier, et siège des grandes entreprises nationales et internationales présentes au Pakistan, Kar […] Lire la suite

PAKISTAN

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 19 653 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Travaux hydrauliques et agriculture »  : […] Depuis le début des années 1980, au Pakistan, comme dans plusieurs autres pays d'Asie, l'agriculture marque le pas, faute de capitaux publics. Or quelque 43 p. 100 de la population active en dépend, et elle assure encore 20 p. 100 du P.I.B. L'eau représente le problème numéro un. Dans le bassin de l'Indus au climat aride ou semi-aride, sauf au pied de l'Himalaya, l'irrigation est indispensable. A […] Lire la suite

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment écrit-on l'histoire du paysage ? »  : […] L'histoire du paysage présente deux aspects complémentaires. Elle implique la collaboration entre des disciplines différentes pour la mise en commun d'un matériel documentaire susceptible d'intéresser la reconstitution des cadres de vie ; c'est l'étude des paléo-environnements, la géographie historique sous son aspect physique et écologique. Le second aspect met en jeu moins des techniques que de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « INDUS, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/indus-fleuve/