INDONÉSIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation des « Indes néerlandaises » (XIXe-début du XXe siècle)

Le début du xixe siècle marque un tournant important. Les privilèges de la Compagnie, qui expiraient en 1799, n'ont pas été renouvelés : l'État néerlandais assumera désormais la responsabilité directe de l'exploitation. Il sera amené à s'intéresser davantage aux affaires locales et à intervenir dans des régions restées jusqu'alors autonomes. Ainsi se profile peu à peu sur la carte, par annexions successives, le territoire des « Indes néerlandaises », qui préfigure celui de l'Indonésie d'aujourd'hui ; mais, qu'on ne s'y trompe pas, le processus est extrêmement lent : il ne s'achèvera qu'à la veille de la Première Guerre mondiale.

1850 à 1914. L'Europe émigre

Vidéo : 1850 à 1914. L'Europe émigre

Expansion mondiale des Blancs. Ère victorienne. Unité de l'Allemagne et de l'Italie.Les empires coloniaux atteignent leur apogée à la charnière des XIXe et XXe siècles. L'ensemble de l'Afrique ainsi qu'une grande partie de l'Asie sont alors sous la domination d'une Europe triomphante et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Un nouveau mode de colonisation

De 1789 à 1850, l'Europe connaît de profondes transformations : guerres de la Révolution et de l'Empire, puis Restauration et première révolution industrielle. L'attitude à l'égard des mondes d'outre-mer évolue en conséquence. À Java, cette évolution est liée au nom de trois grands « techniciens de la colonisation » : Daendels, Raffles, Van den Bosch.

Herman Willem Daendels (1762-1818), natif de Gueldre, mais réfugié en France dès le début de la Révolution, est nommé gouverneur, alors que Louis Bonaparte est roi des Pays-Bas (1808). Les Anglais sont maîtres des mers, et il lui faut rejoindre son poste sous une fausse identité. Jacobin et grand admirateur de Napoléon, il fait hisser le drapeau français à Batavia, lorsqu'en 1810 le royaume de Hollande est annexé à l'Empire. Son administration, que l'on a comparée à celle d'un « préfet », innove dans plusieurs domaines. Il instaure la pratique du travail forcé, obligeant les cultivateurs indigènes à déposer dans les greniers d'État une part de leurs récoltes (les 2/5 pour le café). Désireux de développer la colonisation privée et pressé par des besoins d'argent, il aliène, surtout à de riches Chinois, de vastes étendues de terre, notamment dans l'est de l'île. Faisant appel à la corvée, il fait tracer d'un bout à l'autre de l'île, « de Anyer à Panarukan », la première route carrossable, travail gigantesque qui coûta la vie à de nombreux Javanais, mais qui, en permettant l'accès à l'arrière-pays, ouvrait un nouveau chapitre dans l'histoire économique. Daendels fut encore à l'origine de réformes administratives et judiciaires, ainsi que d'une complète réorganisation de l'armée par la création d'une milice indigène, d'arsenaux et d'une école d'artillerie à Semarang.

Ses préparatifs de défense restent néanmoins inutiles, et lorsque les Anglais, qui contrôlent tout l'océan Indien et tiennent l'île en état de blocus depuis 1807, se décident à débarquer (août 1811), Batavia tombe sans grande résistance. Les comptoirs néerlandais sont rattachés pour un temps au gouvernement général des Indes anglaises, et leur sort est confié à sir Thomas Stamford Raffles (1781-1826). Celui-ci a vécu à Penang et a beaucoup étudié le monde malais. Il profite de son séjour à Java pour étudier sérieusement la culture javanaise et rédige un traité d'un intérêt considérable : The History of Java (1817). Son idée est d'introduire le système de la rente foncière (landrent) déjà expérimenté au Bengale : la terre étant considérée comme propriété du gouvernement, chaque cultivateur doit acquitter, en riz ou en numéraire, une taxe correspondant au loyer de son champ (du tiers à la moitié de la récolte selon la qualité du sol). Il encourage d'autre part la formation de grands domaines privés, en aliénant souvent à quelques-uns de ses amis de vastes étendues encore incultes. Il cherche d'autre part à intensifier le contrôle à l'égard des régents javanais et intervient dans les affaires locales (création, en 1812, d'un quatrième prince à Java central : le Paku Alam, installé à côté du sultan de Yokyakarta). Pourtant, en Europe les guerres s'achèvent ; dès août 1814, un accord prévoit la restitution aux Pays-Bas de leurs anciennes possessions dans l'archipel. Raffles, obligé de quitter Java, essaie de se maintenir un temps à Benkulu (Bencoolen), sur la côte ouest de Sumatra, et, conscient de l'intérêt primordial que constituerait pour son pays le contrôle d'un port dans la région des détroits, fonde Singapour en janvier 1819. Par le traité de Londres (mars 1824), les Anglais conservent Singapour, mais restituent Benkulu et s'engagent à ne pas intervenir à Sumatra.

Après ce double intermède, « français » puis anglais, les Néerlandais reprennent donc le contrôle de leurs anciennes possessions. La situation n'y est guère brillante : l'impôt foncier rapporte mal, les exportations sont réduites, la production du café stagne. Plusieurs soulèvements éclatent qui nécessitent de grosses dépenses militaires. Aux Pays-Bas, l'opinion est inquiète. C'est alors que Johannes Van den Bosch (1780-1844), nommé gouverneur général en 1830, puis ministre des Colonies en 1834, fait l'essai d'un nouveau système, le système des cultures (kultuurstelsel). Il s'agit d'un contrôle direct par les autorités coloniales de la mise en culture, de la récolte et de la livraison des principaux produits d'exportation. En théorie, chaque village doit abandonner au gouvernement un cinquième de ses bonnes terres, et chaque homme adulte fournir un cinquième de son temps de travail ; sur ces terres, et grâce à cette main-d'œuvre, sont aménagées des plantations de café, de canne à sucre, d'indigo, dont les récoltes sont acheminées aux Pays-Bas par les soins d'une compagnie de commerce d'État et vendues en Europe au bénéfice exclusif du Trésor néerlandais. Les administrateurs, venus des Pays-Bas (résidents, assistants-résidents et contrôleurs), ont pour tâche essentielle de veiller à l'application de ces mesures, à la réquisition des corvéables et au transport des produits jusqu'aux entrepôts portuaires. Ils sont intéressés au bon fonctionnement du système par l'allocation de primes, ainsi d'ailleurs que les régents indigènes, qui touchent un pourcentage sur la récolte. La réforme n'est mise en application que progressivement et reste limitée à quelques régions bien déterminées, surtout à Java. Elle ne tarde pas, néanmoins, à entraîner des abus et, pour les paysans, une péjoration des conditions d'existence. En effet, les proportions prévues au départ ne sont pas respectées, et c'est souvent jusqu'à la moitié des terres qui se trouve réquisitionnée, au préjudice des rizières. Pour la métropole, les résultats sont largement positifs, et l'on a pu calculer que, de 1830 à 1877, l'« excédent colonial » a représenté un total de 800 millions de florins.

Réactions des sociétés autochtones

Si les nouvelles « techniques coloniales » ont déjà fait l'objet d'études assez précises, il s'en faut que l'on connaisse aussi bien l'histoire des sociétés indonésiennes elles-mêmes. Tout au plus est-on en droit de supposer qu'aux changements profonds intervenus dans la conjoncture mondiale et dans l'attitude des autorit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Indonésie : drapeau

Indonésie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Temple de Prambanan

Temple de Prambanan
Crédits : Bushnell/ Soifer/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Syncrétisme balinais

Syncrétisme balinais
Crédits : Mark Lewis/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  INDONÉSIE  » est également traité dans :

INDONÉSIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Muriel CHARRAS, 
  • Manuelle FRANCK
  •  • 5 807 mots
  •  • 9 médias

L'Indonésie est le quatrième pays du monde par sa population, 237 millions d'habitants en 2010. Pays insulaire composé de dix-sept mille cinq cents îles, avec Jakarta comme capitale sur l'île de Java, il s'étend sur un espace maritime vaste comme les États-Unis, donnant sur deux façade […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les ethnies

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 3 700 mots
  •  • 3 médias

La république d'Indonésie a choisi comme devise une formule javanaise, reprise d'un poème du xive siècle : Bhinneka tunggal ika, « diverse et une à la fois ». Le phénomène d'unification, en cours depuis le xve siècle au moins, a été tout particulièrement favorisé par l'expansion de l'i […] Lire la suite

INDONÉSIE - L'Indonésie contemporaine

  • Écrit par 
  • Romain BERTRAND, 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD
  •  • 17 698 mots
  •  • 19 médias

Au début du xxe siècle, les Hollandais ont réussi à imposer leur souveraineté sur tout l'archipel indonésien, unifié pour la première fois sous une même administration qui préfigure le cadre de la future Indonésie. Si la « politique éthique », qui propose de prendre en compte les intérêts de la population indigène, a permis certaines réformes, elle ne […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 142 mots
  •  • 5 médias

Tout au long du premier millénaire avant J.-C., et sans doute jusqu'aux premiers siècles de l'ère chrétienne (bien plus tard dans les régions à l'écart des courants civilisateurs), l'Insulinde a connu des cultures proto-historiques proches parentes de celles du reste de l'Asie du Sud-Est. Puis, dès les premiers siècles de notre ère peut-être (les plus anciens vestiges effectivement retrouvés peuve […] Lire la suite

INDONÉSIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré pendant près de trois années par les autorités colon […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Indonésie »  : […] La structure des orogènes de l'Indonésie reflète un modèle commun, à savoir une disposition arquée réalisée à partir d'un foyer orogénique, comprenant un arc interne volcanisé et un arc externe non volcanisé affecté d'anomalies négatives de la pesanteur. Celles-ci se localisent actuellement le long de la ceinture de Vening-Meinesz, qui court depuis les rivages méridionaux de Sumatra et de Java ju […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu des grandes voies de communications internationales »  : […] L'intégration économique, et donc spatiale, des pays asiatiques entre eux rend cruciale la question des voies de communications internationales. Outre les aéroports internationaux construits dans les grandes métropoles et dont le trafic est en augmentation constante, trois espaces sont éminemment stratégiques : les détroits de Malacca et d'Insulinde, le Moyen-Orient, le centre sino-indien et tibét […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-23 avril 2005 Japon – Chine. Tensions liées à la version révisée de l'histoire dans les manuels scolaires japonais

Indonésie), à l'occasion du sommet afro-asiatique marquant le cinquantième anniversaire de la conférence de Bandung, le Premier ministre japonais Junichiro Koizumi exprime ses « excuses sincères » pour « les torts et les souffrances » infligés par le Japon aux peuples des nations asiatiques. Le 23, alors que Pékin montre enfin sa volonté de calmer  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denys LOMBARD, « INDONÉSIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-histoire/