ÎLE-DE-FRANCE, région administrative

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Franciliens et leurs modes de vie

Une population jeune

La population francilienne est jeune, dynamique, variée par ses origines et socialement contrastée. Sa jeunesse tient à la proportion des jeunes adultes (les 20-39 ans constituaient 29 p. 100 de la population totale en 2011, contre 24 p. 100 en province), alors que les plus de 60 ans sont sous-représentés (19 p. 100 contre 24 p. 100 en province). Cette jeunesse se maintient grâce au solde migratoire positif des jeunes adultes et des étrangers, ainsi qu'à un taux de natalité très supérieur à la moyenne française (15 p. 1 000 en 2013 contre 12,3 p. 1 000 pour la France entière), l'excédent naturel de l'Île-de-France représentant plus de 40 p. 100 de l'excédent national. En revanche, son solde migratoire est négatif depuis 1975, et la croissance de la région ne se fait donc plus qu'à un rythme ralenti : sur les 4,6 millions d'habitants gagnés entre 1954 et 2014, 55 p. 100 l'ont été dans les vingt premières années, 45 p. 100 seulement dans les quarante années suivantes.

Des contrastes sociaux

L'un des aspects les plus originaux de la population francilienne est le poids des cadres et des professions intellectuelles supérieures, lié bien sûr aux fonctions de la région-capitale : en 2012, ils représentaient 29 p. 100 des actifs (14 p. 100 en province), contre 14 p. 100 pour les ouvriers (24,3 p. 100 en province). Si les professions intermédiaires et les employés forment les gros bataillons, comme dans le reste du pays, les cadres franciliens pourraient donc légitimement se présenter comme la pointe des « masses laborieuses » de la région.

Une autre originalité tient à la variété des origines des habitants. En 2011, la population étrangère comptait 1 500 000 personnes, soit 12,5 p. 100 de la population régionale (le double de la moyenne française), et 40 p. 100 des étrangers résidant en France : l'Île-de-France est bien la principale porte d'entrée des étrangers en France. Encore faudrait-il distinguer entre les notions d'étranger (nationalité), d'immigré (nés à l'étranger et venus en France, ayant acquis ou non la nationalité française : les immigrés représentaient 18 p. 100 des Franciliens en 2011), ou d'origine (nationalité des parents), tous ces aspects évoluant rapidement d'une génération à l'autre. Les lieux d'accueil de cette population sont d'abord Paris et la Seine-Saint-Denis (22 p. 100 chacune en 2011). Les principales communautés de la région Île-de-France sont celles des Portugais (221 000 en 2011), devant les Algériens (186 000) et les Marocains (135 000). Depuis 1999, les Turcs (56 000) ont dépassé les Espagnols et les Italiens. Globalement, les étrangers originaires de l'Union européenne représentent un peu moins du tiers de la population étrangère.

Les Franciliens vivent moins en famille que les autres Français : 36 p. 100 de ménages d'une personne en 2011 contre 34 p. 100 en France métropolitaine ; Paris bat des records (51 p. 100). Les familles monoparentales sont aussi plus nombreuses dans la région.

L'Île-de-France est sans doute l'une des régions où les contrastes sociaux sont le plus accusés. En 2012, les ménages les plus pauvres (« premier décile ») avaient un revenu disponible annuel de 10 074 euros, inférieur à la moyenne nationale de ce premier décile (10 503 euros), alors que les ménages aisés (9e décile) avaient un revenu disponible de 46 109 euros, contre 37 236 en moyenne nationale. Encore ce calcul ne prend-il pas en compte les très hauts revenus (10e décile). On retrouve ces inégalités sur le plan géographique, le revenu moyen de l’Ouest parisien étant trois fois plus élevé que celui de la Seine-Saint-Denis.

Une population mobile

Cette population jeune est aussi mobile. De 2003 à 2008, 36 p. 100 des ménages franciliens ont déménagé, un peu plus que les 35 p. 100 de la France entière, mais la différence s’est amenuisée avec le temps : en fait, c'est la ville de Paris qui, avec 40 p. 100 de ménages mobiles, « tire vers le haut » la mobilité de la région, du fait de sa population certes, notamment du grand nombre de célibataires, et de son rôle de porte d'entrée des étrangers, mais aussi du fait de son parc immobilier, où l'importance du secteur locatif privé est très favorable à la mobilité, mais où la taille des appartements contraint vite au départ dès que la famille s'agrandit.

La mobilité se vérifie aussi à l'échelle de la semaine ou de l'année, avec beaucoup plus de Franciliens prenant des cong [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la section prospective et planification du conseil économique et social de la Région Île-de-France

Classification

Autres références

«  ÎLE-DE-FRANCE, région administrative  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un nouvel outil d’aménagement des espaces urbanisés »  : […] De nouvelles approches d’aménagement urbain sont à mettre en relation avec la nécessité de juguler la congestion des grandes métropoles, d’y améliorer la qualité de l’air, de réduire les îlots de chaleur… Les démarches de développement durable présentent l’intérêt, au travers de leurs différentes dimensions (environnementales, économiques, sociales, territoriales, éthiques), de proposer des solu […] Lire la suite

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Les banlieues à l'ère des métropoles »  : […] Si les banlieues des villes moyennes ou en forte croissance correspondent encore largement au tableau qui vient d'en être fait, le développement de vastes métropoles, notamment dans la seconde moitié du xx e  siècle, ainsi que l'évolution des modes de vie, liée en partie au développement de l'automobile, modifient profondément l'équilibre et les rapports entre centre et périphérie, et remettent en […] Lire la suite

BOBIGNY

  • Écrit par 
  • Boris LEBEAU
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

Avec 48 892 habitants (en 2012), Bobigny est une commune de taille moyenne de la banlieue nord-est de Paris. Pourtant, son statut de préfecture de la Seine-Saint-Denis lui confère une place particulière dans le système territorial métropolitain. Bien que les fouilles archéologiques menées depuis 2002 dans l'enceinte de l'hôpital Avicenne révèlent les traces d'une présence gauloise au iii e  siècle […] Lire la suite

CENTRE-VAL DE LOIRE, région administrative

  • Écrit par 
  • Franck GUÉRIT
  •  • 2 958 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une région sous tensions »  : […] Sous l'influence plutôt positive et modernisatrice de Paris, le Centre-Val de Loire n'apparaît pas pour autant comme une région homogène. Un gradient nord-sud manifeste la décroissance de l'influence parisienne vers le sud de la région et met en lumière, schématiquement, trois sous-ensembles régionaux. La médiocrité du système urbain et l'influence des départements renforcent la diversité liée au […] Lire la suite

CERGY-PONTOISE

  • Écrit par 
  • Jean STEINBERG
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Cergy-Pontoise, chef-lieu du département du Val-d'Oise, avait une population de 203 000 habitants dans l’agglomération en 2012 (les deux villes centres qui lui donnent son nom en réunissaient 93 000) ; elle n'en comptait que 42 000 en 1968. La ville nouvelle, dont la création fut décidée en 1966, est implantée dans un site remarquable constitué de plateaux bordant la vallée de l'Oise peu avant so […] Lire la suite

CHÂTEAU DE VAUX-LE-VICOMTE (L. Le Vau)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 238 mots
  •  • 1 média

La construction du château de Vaux-le-Vicomte, près de Melun, au sud-est de Paris, peut être considérée comme la première étape de la réalisation de Versailles : Louis XIV reprit en effet dans son intégralité l'équipe réunie par son surintendant des Finances, Nicolas Fouquet, notamment l'architecte Louis Le Vau, le peintre Charles Le Brun et André Le Nôtre qui dessina les jardins, quand il résolut […] Lire la suite

CHÂTEAU DE VAUX-LE-VICOMTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 254 mots

1641 Acquisition de Vaux par Nicolas Fouquet (1615-1680). Le parc commence à être aménagé. 1653 ( ?) Début des fondations du bâtiment principal. 1655-1656 Le plan définitif proposé par l'architecte Louis Le Vau est approuvé par Fouquet. 1656-1660 Construction du château sous la direction de Le Vau. 1656 Les jardins commencent à être créés, dans leur état définitif, sous la direction d'André L […] Lire la suite

CRÉTEIL

  • Écrit par 
  • Jean STEINBERG
  •  • 956 mots
  •  • 1 média

Créteil, chef-lieu du département du Val-de-Marne, comptait 90 590 habitants en 2012. Cette commune, bordée à l'est par la Marne, a connu deux épisodes successifs de forte croissance démographique depuis les années 1960, qui ont fait tripler sa population en trente ans. Créteil a une origine très ancienne mais ne devient un bourg qu'à l'époque gallo-romaine. Jusqu'au second Empire, seul existe l'a […] Lire la suite

ÉVRY-COURCOURONNES

  • Écrit par 
  • Jean STEINBERG
  • , Universalis
  •  • 977 mots
  •  • 1 média

Préfecture et chef-lieu du département de l’Essonne, Évry-Courcouronnes est née le 1 er  janvier 2019 de la fusion entre les villes d’Évry et de Courcouronnes. La population cumulée des deux entités était de 67 000 habitants en 2018. La commune d’Évry, avec les communes voisines de Bondoufle, Courcouronnes et Lisses, sur une superficie de 3 000 hectares seulement, a bénéficié du statut de ville no […] Lire la suite

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 847 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : ils forment l'école de Fontainebleau. Sous Henri IV, un autre groupe composé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ROBERT, « ÎLE-DE-FRANCE, région administrative », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-de-france-region-administrative/