FANTIN-LATOUR IGNACE HENRI (1836-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre français. L'œuvre de Henri Fantin-Latour réalise éminemment le vœu de Baudelaire qui, dans le Salon de 1845, souhaitait l'avènement de peintres sachant exprimer la poésie de la vie moderne. Il appartient à la génération qui commence à s'affirmer vers 1860 (plus particulièrement au groupe hétéroclite qui exposa en 1863 au Salon des refusés). Il bénéficie donc de l'acquis du réalisme, et surtout des grandes compositions à sujets modernes de Courbet (Un enterrement à Ornans, L'Atelier du peintre) qui le frappent et l'émeuvent durablement à l'Exposition universelle de 1855. Mais bien qu'il ait fréquenté pendant quelques mois (1861) l'atelier de Courbet, il n'adopte pas le refus de l'imagination qui est, au moins théoriquement, un des aspects du réalisme militant ; il garde la nostalgie du romantisme, de sa poésie fiévreuse et trouble, enrichie de suggestions littéraires. L'enseignement de Lecoq de Boisbaudran, dont il a été l'élève de 1850 à 1853, n'est pas étranger à cette double affinité, car il lui a enseigné à la fois une représentation fidèle et un art de suggestion. Ces deux tendances complémentaires lui inspirent deux productions très différentes — réaliste, d'une part, avec surtout de nombreuses natures mortes de fleurs ; idéaliste, d'autre part, avec des compositions à sujets littéraires ou musicaux —, mais toutes deux se caractérisent également par un sens très personnel de l'intime et de l'indéterminé, et par une matière dense, à la fois brumeuse et finement colorée, qui enveloppe chaque motif, réaliste ou imaginaire, dans une atmosphère spirituelle, rêveuse ou méditative. Cette peinture, toute en continuité, en accords, en clairs-obscurs, est une sorte d'équivalent plastique de la musique de Wagner, dont Fantin-Latour fut l'illustrateur et l'admirateur passionné (Tannhäuser au Venusberg, 1864, Los Angeles County Museum of Art ; Tannhaüser, 1886, Cleveland Museum of Art). Ses portraits, en particulier les célèbres portraits de groupes, qui réunissent, à la manière des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FANTIN-LATOUR IGNACE HENRI (1836-1904)  » est également traité dans :

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_18172

MANET À LA MARGE DE L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 346 mots

1859 Après avoir étudié dans l'atelier de Thomas Couture (1850-1856), Manet (1832-1883), qui a l'habitude de faire des copies au Louvre, y rencontre Fantin-Latour (1857) puis Degas. 1861 Manet expose pour la première fois au Salon. Il cherchera toujours à participer à cette manifestation, malgré les refus du jury ou les incompréhensions des criti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manet-reperes-chronologiques/#i_18172

WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 208 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les années françaises (1855-1859) »  : […] Whistler est né en 1834 à Lowell, Massachusetts. Fils de militaire, il fut d'abord tenté par une carrière dans les armes. Aussi étudia-t-il, sans aucun succès sauf dans les cours de dessin, à l'United States Military Academy at West Point. Il avait déjà, dans son enfance et sa jeunesse, reçu un début de formation artistique, d'abord à Saint-Pétersb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-abbott-whistler/#i_18172

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « FANTIN-LATOUR IGNACE HENRI - (1836-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-henri-fantin-latour/