IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mystique

Il faut d'abord rattacher Ignace de Loyola à l'Espagne du xvie siècle, pays où la longue lutte contre les musulmans avait engendré la piété ardente d'un peuple justement fier de son Église. Celle-ci avait entrepris sa propre réforme, grâce au cardinal Cisneros, à une époque où le nom de Luther était encore inconnu. Tout au long du xvie siècle, la solidité théologique de l'Espagne face à la Réforme, la vigueur de l'élan mystique qui se manifesta dans le pays de Thérèse de Jésus, la netteté des interventions espagnoles au concile de Trente témoignèrent de la vitalité de l'Église ibérique – vitalité qui n'allait pas sans beaucoup d'intolérance. Ignace fut l'un des plus authentiques représentants de la ferveur catholique de l'Espagne. On a trop souvent décrit l'organisateur méthodique et longtemps oublié l'homme qui, dans sa jeunesse, fut, comme la sainte d'Ávila, passionné par les romans de chevalerie. La lecture, au cours de sa convalescence, de la Légende dorée lui donna le désir de réaliser des prouesses religieuses et de devenir un chevalier de Dieu. D'où les mortifications surhumaines qu'il s'imposa au cours des années héroïques de Manresa. Il y renonça par la suite et ne songea jamais à les prescrire à ses disciples.

Tempérament exigeant, il était ouvert aux joies de l'amitié et savait à l'occasion faire preuve d'humour. Sans être un humaniste, il était loin d'être inaccessible à la beauté et, s'il avait suivi ses seules préférences, il aurait maintenu le chant choral et la musique religieuse, qu'il affectionnait, dans la vie quotidienne de la Compagnie. Il était sensible aussi à la souffrance d'autrui, visitait fréquemment les malades, n'oubliait jamais les absents. Dans la prière, cette sensibilité extrême se manifesta par le « don des larmes » (phénomène qu'on rencontre chez d'autres mystiques, mais qui fut particulièrement intense chez lui). Il faillit en devenir aveugle. Il crut longtemps que, s'il cessait de pleurer, les consolations spirituelles dont il éta [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556)  » est également traité dans :

FONDATION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

La Compagnie de Jésus s'inscrit dans le mouvement de fondation des sociétés de clercs réguliers qui associent l'apostolat de tous les jours à la régularité de la vie religieuse encadrée par des vœux mais sans les obligations de la vie conventuelle. Ignace de Loyola transcrit son expérience personnelle dans ses Exercices spirituels qu'il propose aux compagnons rassemblés à Paris en 1534 (vœu de Mo […] Lire la suite

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la Compagnie de Jésus »  : […] Le terme « jésuite » est antérieur à la fondation de la Compagnie de Jésus. Pour les théologiens du Moyen Âge, le chrétien, après sa mort, deviendrait un jesuita , c'est-à-dire un autre Jésus. Mais dès le début du xvi e  siècle, le mot avait pris dans les pays germaniques une coloration péjorative. Appeler quelqu'un jesuita équivalait à le traiter de « faux Jésus », donc d'hypocrite. Quatre ans a […] Lire la suite

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 270 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Autorité et mission »  : […] Aux xvi e et xvii e  siècles, les monarchies européennes renforcent leurs caractères centralisateurs et absolutistes. L' obéissance devient une vertu clé : Ignace de Loyola en particulier et d'autres avec lui insistent sur la totale disponibilité des sujets au bon plaisir des supérieurs qui les envoient ; le fondateur des Jésuites met l'accent sur la soumission au pape : « Quelle que soit la pro […] Lire la suite

ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 244 mots

Dans le chapitre « Du XVIe au XXe siècle : dépassement des solutions acquises »  : […] Trois forces s'affirment au xvi e siècle : critique évangélique, réinvention, juridisme conservateur, dont le jeu antagoniste commandera l'évolution des formes de vie religieuse jusqu'aux radicales remises en question d'aujourd'hui, après l'euphorie du II e concile du Vatican. Monachatus non est pietas (« ne pas confondre pratiques des cloîtres et valeur spirituelle »), c'est au nom de ce culte […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-de-loyola/