Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYGIÈNE

Le passé de l'hygiène

L'Antiquité

L'hygiène se manifeste sous une forme implicite plusieurs siècles avant l'ère chrétienne. Ainsi Moïse, législateur d'Israël, inclut déjà des directives de santé dans les Tables de la Loi. De même Lycurgue, dans le code de « rhêtres » ou sentences dont il dota Sparte, édicta un certain nombre de règles de vie individuelle fort strictes. Hippocrate, l'homme qui a maîtrisé toutes les connaissances médicales de son temps et sans doute celui qui les a le mieux mises en pratique, apporta à l'hygiène ses premières bases scientifiques. Ses écrits, intitulés De l'ancienne médecine, Des lieux dans l'homme. De la nature de l'homme et de la femme, Des épidémies, Du régime salutaire, sont le fruit non seulement de disciplines philosophiques, mais aussi d'une somme d'observations et d'expériences directes.

La Grèce antique avait pleine conscience des problèmes posés par la conservation de la forme physique et sacrifiait d'ailleurs à une déesse nommée Hygie, qui était la déesse de la Santé ; celle-ci n'était au début qu'une abstraction personnifiée et, pendant très longtemps, elle n'a été qu'une qualité appliquée à d'autres divinités, mais vers 500 av. J.-C., elle devint une déesse distincte toujours associée à d'autres dieux guérisseurs et tout particulièrement à Asclepios, son père, et Panacée, sa sœur ; son culte était particulièrement célébré sur les pentes sud de l'Acropole, en Attique. Hippocrate comprend la réalité épidémique des maladies infectieuses, mais il lui manque trop de renseignements sur l'élément essentiel : l'agent infectieux ; il en résulte que, dans son œuvre, l'épidémie est essentiellement une collection d'observations individuelles. S'il ne semble pas étudier le cheminement des épidémies, il s'intéresse cependant aux vents et surtout à ce qu'il appelle la « constitution », c'est-à-dire le rapport qui existe entre « les constitutions atmosphériques et les maladies régnantes ». Son Des airs, des eaux et des lieux constitue un remarquable traité d'hydroclimatologie appliquée à la médecine et à l'hygiène : « Celui qui veut approfondir la médecine doit faire ce qui suit ; il considérera d'abord les saisons de l'année et l'influence respective que chacune d'elles exerce [...] Il est nécessaire aussi de connaître les qualités des eaux, qui diffèrent par la saveur et par le poids, et aussi par leurs propriétés. Donc lorsque le médecin arrive dans une ville de lui inconnue [...] il acquerra des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants font usage, si elles sont ou lacustres et molles, ou dures et sortant de lieux élevés et rocailleux, ou crues et saumâtres [...] Il reconnaîtra le genre de vie des habitants amis du vin, de la bonne chère et du repos, ou laborieux, adonnés aux exercices du corps, mangeant beaucoup et buvant peu. » Au temps d'Hippocrate se trouve ainsi définie, sur des bases logiques, l'hygiène individuelle, et commencent implicitement l'hygiène publique et l'hygiène des populations.

Avec la civilisation romaine débute l'implantation de l'hygiène du milieu : les Romains, en effet, construisent des aqueducs permettant d'amener l'eau pure jusqu'aux agglomérations, installent des égouts permettant aux villes, jusqu'alors fort sales, de s'assainir, créent et installent des « thermes », qui sont encore bien souvent conservés. L'hygiène du milieu et l'hygiène publique commencent à s'intégrer dans l'urbanisme ; la civilisation raffinée qui s'instaure, et où le culte de la beauté est pratiqué, conduit au perfectionnement de l'hygiène individuelle et de l'hygiène publique : les exercices d'athlétisme sont prônés, et il est de bon ton de les appliquer.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de santé publique, université de Lorraine, faculté de médecine de Nancy
  • : professeur honoraire d'hygiène, de médecine préventive et de santé publique à la faculté de médecine de Rouen, chef du service d'hygiène du CHU de Rouen

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le terrain du choléra

Le terrain du choléra

Joseph Lister et Louis Pasteur

Joseph Lister et Louis Pasteur

Autres références

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias
    La première est de conseiller aux acnéiques de se nettoyer la peau avec un gel adapté ou un pain sans savon, de ne pas recourir à des produits de maquillage ou crèmes hydratantes comédogènes, et d’éviter aussi les gommages de peau. Plus marqué par l’actualité de 2020-2021, l’usage de masques pour...
  • ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 490 mots
    • 1 média
    ...du microbiome. Du côté de l’hygiénisme, cette étude démontre le rôle positif d’un monde microbien que l’on cherche généralement à éliminer au nom de l’hygiène. La tendance opiniâtre de l’hygiénisme, depuis la découverte des microbes, est en effet de diaboliser les micro-organismes et de les tuer pour...
  • CHOLÉRA

    • Écrit par Universalis, Henri-Hubert MOLLARET
    • 2 882 mots
    • 2 médias
    La prophylaxie individuelle repose surtout sur les mesures d'hygiène visant à supprimer tout risque d'ingestion de vibrions : stérilisation de l'eau, du lait, traitement antiseptique des crudités, cuisson prolongée des aliments, etc. La prophylaxie générale en zone d'endémie repose sur...
  • DÉCHETS

    • Écrit par Jean GOUHIER
    • 9 298 mots
    • 5 médias
    Dans la campagne du temps jadis, on expulse et disperse ses rejets sans graves dommages pour le voisinage. À la ville, le rejet familial rejoint la rue : épluchures, humeurs et odeurs variées des vases de nuit, déjections animales, litières diverses, boues fétides du sol piétiné par les hommes et les...
  • Afficher les 29 références

Voir aussi