HYDROZOAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écologie et biologie des Hydrozoaires

Les Hydrozoaires renferment essentiellement des formes coloniales, et les espèces solitaires sont relativement rares (Hydres, Actinulides ainsi que quelques Gymnoblastides).

En dehors des Actinulides qui, compte tenu de leur vie interstitielle, dans les sables marins, sont des organismes microscopiques, la plupart des espèces solitaires sont des polypes de grande taille : jusqu'à 1 ou 2 centimètres chez les Hydres, plusieurs centimètres chez la Myriothèle et chez Branchiocerianthus des eaux profondes et froides de l'Atlantique Nord.

La vie coloniale s'accompagne d'un polymorphisme parfois très accusé, corrélatif d'une spécialisation des individus. Chez quelques genres comme Bougainvillea, les bourgeons médusaires sont portés par les hydrantes mais, le plus souvent, ceux-ci sont stériles et consacrent leur activité à la capture des proies et à leur digestion (gastrozoïtes). Les bourgeons médusaires sont alors concentrés sur des polypes particuliers (gonozoïtes) dont la couronne tentaculaire régresse (Hydractinia, tous les Calyptoblastides) et qui deviennent, de ce fait, incapables de se nourrir.

Enfin, chez de nombreuses familles, des polypes spécialisés dans la défense (dactylozoïtes) font leur apparition. Leur bouche est généralement close, mais leurs tentacules courts sont richement pourvus de cellules urticantes. Ils sont associés aux gastrozoïtes (Plumulaires, Hydrocoralliaires), plus rarement aux gonozoïtes. Dans le genre Aglaophenia, Plumulaire commune des eaux tempérées, gonozoïtes et dactylozoïtes sont regroupés au sein de structures en forme de « paniers » très ouvragés, les corbules.

Bien que le cycle classique des Hydrozoaires comporte en principe une alternance typique de formes polypes (asexués) et de formes méduses (sexuées), les bourgeons médusaires avortent plus ou moins précocement suivant que la maturité des cellules germinales est plus ou moins rapide.

Dans les cas ultimes de régression (Hydractinia), le bourgeon médusaire est réduit à une tumeur sphérique bourrée de cellules [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Hydre

Hydre
Crédits : K. Taylor/ Nature Picture Library

photographie

Gymnoblastides

Gymnoblastides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Méduse de Bougainvillea ramosa : développement

Méduse de Bougainvillea ramosa : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Halammohydria vermiformis

Halammohydria vermiformis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Montpellier

Classification


Autres références

«  HYDROZOAIRES  » est également traité dans :

CNIDAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 1 281 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Développement »  : […] Les Cnidaires fréquentent exclusivement les milieux aquatiques, mer ou eau douce. Ils peuvent être fixés ou libres ; la forme fixée constitue le polype, la forme libre est la méduse . La reproduction asexuée s'effectue par bourgeons se développant sur le polype ou par fragmentation du polype. La reproduction sexuée comporte des gamètes mâles et femelles. La segmentation de l'œuf est holoblastiqu […] Lire la suite

HYDRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 1 833 mots
  •  • 2 médias

Pour les zoologistes, les hydres ne sont nullement des bêtes fabuleuses, mais bien au contraire de minuscules et inoffensifs animaux d'eau douce, au corps en forme de poche allongée, muni d'un seul orifice entouré de fines tentacules. Le terme d'hydre a été créé par Linné (1735) pour désigner de petits polypes solitaires dulçaquicoles capables de bourgeonner activement. Les hydres appartiennent […] Lire la suite

SIPHONOPHORES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 965 mots
  •  • 3 médias

Les Siphonophores sont des animaux transparents et gélatineux, semblables à des méduses et qui mènent une vie exclusivement planctonique. Ils sont plus abondants dans les mers chaudes et fréquentent peu les eaux littorales. En réalité, ces organismes sont des Cnidaires coloniaux. La structure de leurs colonies est complexe parce que constituée d'individus hautement modifiés et spécialisés. Les Si […] Lire la suite

TEISSIER GEORGES (1900-1972)

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 791 mots

Zoologiste et biologiste né à Paris. Admis à l'École normale supérieure et à l'École polytechnique (1919), Georges Teissier choisit la première. Agrégé de sciences naturelles (1923), docteur ès sciences (1931), il fut successivement agrégé préparateur à l'École normale supérieure (1924-1928), chef de travaux, maître de conférences, professeur à la faculté des sciences de Paris. Il était aussi dire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, Odette TUZET, « HYDROZOAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrozoaires/