Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYBRIDATION

Par son étymologie (en latin hybrida signifie « sang mêlé »), le terme « hybridation » évoque une fécondation qui ne suit pas les lois naturelles : c'est le fait de croiser deux espèces ou deux genres différents, pour provoquer la naissance de spécimens réunissant, à un degré plus ou moins marqué, des caractères spécifiques des deux parents. Si l'hybridation intergénérique est assez rare dans la nature (le mulet, produit du croisement de l'âne et de la jument, en est l'exemple classique), l'hybridation interspécifique est beaucoup plus fréquente, en particulier dans le règne végétal : les flores sont riches en exemples d'hybrides entre espèces apparentées.

Le caractère relativement exceptionnel de l'hybridation s'explique par la dissemblance existant entre les génomes, c'est-à-dire le nombre et la structure des chromosomes : l'hybridation implique donc une homologie suffisante entre ceux-ci pour permettre leur coexistence au sein d'une même cellule.

Si cette condition est réalisée, une information génétique composite peut alors s'exprimer, apparaissant comme une transfusion des potentialités héréditaires du génome d'une espèce dans celui d'une autre espèce : on dit alors qu'il y a eu introgression. Ce phénomène a pu tenir une place considérable dans la diversification des formes végétales et animales au cours de l'évolution.

Dans la pratique, le terme d'hybridation s'applique à une opération de croisement, dans le but d'exploiter certaines qualités appartenant à des espèces, des races, ou même, dans une acception plus large, à des variétés ou à des individus différents. Les partenaires seront donc sélectionnés pour un ou plusieurs caractères particuliers intéressants, mais aussi pour la bonne aptitude de leurs génomes à se combiner. Généralement, l'hybride qui en résulte manifeste une vigueur exceptionnelle que l'on appelle hétérosis.

L'hybridation a atteint un très haut niveau de technicité et de précision visant à l' amélioration des espèces animales et végétales. Elle a historiquement précédé la découverte de la génétique. Mais les progrès fantastiques de cette science permettent de modifier les phénomènes qui découlent de l'hybridation au niveau cellulaire ou moléculaire, avec l'hybridation somatique obtenue par fusion soit de protoplasmes végétaux, soit de cellules embryonnaires animales cultivées in vitro (chap. 2). Enfin, elle existe spontanément ou non au niveau tissulaire (chap. 3).

Particularités physiques des hybrides

L'hétérosis

Lorsqu'un taux élevé de consanguinité entraîne une trop grande homozygotie des descendances, les individus sont généralement chétifs, présentent des tares et même, dans certains cas, deviennent inviables. Par contre, dans la plupart des hybridations où les parents appartiennent à une même espèce, mais sont issus de groupes d'origine écologique différente, les descendants manifestent une remarquable vigueur hybride (hétérosis). Si l'on accroît encore la différence entre les parents, en les choisissant dans deux espèces proches, la situation devient plus nuancée : dans la plupart des cas subsiste une vigueur hybride, mais parfois les stocks génétiques mis en présence sont trop éloignés et le résultat du croisement est alors létal ou déséquilibré : l'hybride poule-dindon, par exemple, meurt pendant l'incubation ; chez les végétaux, l'hybride entre deux lins, Linum perenne et Linum austriacum, ne réalise que les premières phases embryonnaires. Lors de l'hybridation, tout se passe donc comme si la réalisation du potentiel héréditaire atteignait son optimum lorsque les combinaisons génétiques présentent un niveau précis de diversité.

Cet optimum se manifeste par un meilleur rendement métabolique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., chef du Laboratoire de virologie et de culture de tissus à l'Institut Gustave- Roussy, Villejuif
  • : professeur universitaire, directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique
  • : professeur émérite de génétique humaine, C.H.U. de Nancy

Classification

Pour citer cet article

Georges BARSKI, Yves DEMARLY et Simone GILGENKRANTZ. HYBRIDATION [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Hybridation interspécifique et réalisation d'un amphidiploïde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hybridation interspécifique et réalisation d'un amphidiploïde

Introgression : conséquences - crédits : Encyclopædia Universalis France

Introgression : conséquences

Autres références

  • RECHERCHES SUR DES HYBRIDES VÉGÉTAUX (G. Mendel)

    • Écrit par
    • 901 mots
    • 1 média

    Au cours de deux conférences successives devant la Société des sciences naturelles de Brünn (selon l’appellation autrichienne, Brno en République tchèque), les 8 février et 8 mars 1865, Gregor Mendel rapporte les résultats qu’il a obtenus sur l’hybridation des végétaux et sur la manière dont les...

  • DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

    • Écrit par
    • 3 823 mots
    • 4 médias
    ...804 000 ans, ce qui précise l’étude précédente. Comme l'étude de l'ADN nucléaire de l'homme de Néandertal de Vindija publiée en 2010 – qui a démontré une participation des Néandertaliens au génome de certaines populations d'hommes modernes –, ce travail met en évidence qu‘entre 4 et 6 p. 100 de gènes...
  • GÉNÉTIQUE

    • Écrit par , et
    • 25 873 mots
    • 31 médias
    ...artificiellement, l'autofécondation et d'obtenir des graines qui résultent du croisement entre deux lignées distinctes. C'est à des opérations de ce type, dites d'hybridation, que se livra Mendel. Une de ses idées les plus fécondes fut de s'intéresser séparément à la transmission héréditaire de caractères...
  • GÉNOME NÉANDERTALIEN

    • Écrit par , et
    • 3 273 mots
    ...fossiles se situe en dehors de la diversité mitochondriale des humains actuels excluant donc un flux génétique important entre les deux lignées, et donc l'hybridation entre elles. De plus, si métissage il y avait eu, il ne serait pas survenu à une fréquence suffisante pour laisser des traces dans les archives...
  • INVASIONS BIOLOGIQUES

    • Écrit par
    • 6 298 mots
    • 2 médias
    L'invasion pourrait aussi être amplifiée par le phénomène d'hybridation. La création d'une nouvelle espèce, entre deux individus autochtone et allochtone, éventuellement plus résistante et plus compétitive (comme c'est souvent le cas), peut se traduire, à terme, par la dilution du ...
  • Afficher les 18 références