DAVY HUMPHRY (1778-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Découvertes en électrochimie

Le problème des transformations chimiques produites par l'électricité intéressa des chercheurs aussi différents que Biot, Cuvier, Fourcroy, Œrsted et Ritter.

Au cours de l'électrolyse de l'eau, il y a bien libération d'oxygène et d'hydrogène, mais la présence d'acides et de bases est décelée autour des électrodes. Davy pensait qu'elle provenait de gaz dissous, d'azote notamment, et des impuretés de l'eau, dues peut-être à l'appareillage. Aussi se servit-il, en 1806, d'eau distillée dans des appareils en argent ; il effectua l'électrolyse, sous atmosphère d'hydrogène, dans des récipients en agate et en or ; l'oxygène et l'hydrogène étaient alors les seuls produits obtenus. L'électricité n'engendrait donc pas de nouvelles substances mais elle était par contre un instrument d'analyse plus puissant que la chaleur. L'année suivante, Davy isole le potassium par passage du courant électrique dans un morceau de potasse légèrement humide ; peu de temps après, il obtient du sodium à partir de la soude. Les extraordinaires propriétés de ces nouveaux métaux, leur réactivité extrême et leur faible densité donnaient à ces recherches un caractère sensationnel. La publication des résultats de ses travaux en 1806 lui vaut le prix de l'Académie des sciences créé par Napoléon pour récompenser « celui qui, par ses expériences et ses découvertes, fera faire à l'électricité et au galvanisme un pas comparable à celui qu'ont fait faire à ces sciences Franklin et Volta ». Gay-Lussac et Thénard découvrirent rapidement une meilleure méthode pour isoler le potassium et ce métal devint un important réactif chimique. Berzelius, adaptant les techniques de Davy, se servit d'une cathode à mercure pour isoler les métaux alcalino-terreux.

Davy pensait que l'électricité et l'affinité chimique étaient deux manifestations d'une même énergie mais il s'est toujours opposé à la construction d'un système à partir d'hypothèses. Ses contemporains soulignent sa hardiesse, sa fougue et son opportunisme qui contrastaient avec le sang-froid et la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : senior lecturer history of science, University of Durham, États-Unis, P.H.D., editor, British Journal for History of Sciences

Classification

Autres références

«  DAVY HUMPHRY (1778-1829)  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Premières théories »  : […] On invoqua d'abord des causes occultes pour expliquer les propriétés particulières des acides et des bases. Paracelse (début du xvi e  s.) croyait à un acide élémentaire universel, communiquant à tous ses composés la saveur et le pouvoir dissolvant, et, plus tard, Glauber (début du xvii e  s.) reconnut la notion de « force relative des acides », définie par la possibilité de déplacement d'un acide […] Lire la suite

BORE

  • Écrit par 
  • Jean CUEILLERON
  •  • 5 378 mots
  •  • 6 médias

Le bore est l'élément chimique de symbole B et de numéro atomique Z = 5. Bien que sa chimie soit mal connue et en pleine évolution, les emplois de ses dérivés sont anciens, nombreux et importants. Au début du Moyen Âge, on importait en Europe du borax, venu des Indes, sous des noms (d'origine arabe ?) tels que « tincar », « tinckal »... Vers 1500, ce produit est appelé (origine perse) « baurach » […] Lire la suite

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « État naturel et historique de la fabrication »  : […] Le chlore, sous forme de chlorures, est le plus abondant (0,2 p. 100 de l'écorce terrestre) des halogènes. L'évaporation de l'eau de mer fournit par litre 28,5 g de chlorure de sodium. 4,8 g de chlorure de magnésium et 0,8 g de chlorure de potassium. Les dépôts de sel gemme proviennent de l'évaporation d'anciennes mers ; quand les espaces asséchés sont restés, durant l'évaporation, en relation a […] Lire la suite

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 119 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelques rappels historiques »  : […] La toute première lampe électrique fut inventée en 1813 par Humphry Davy (1778-1829) et son élève Michael Faraday (1791-1867) lors de travaux essayant de reproduire en laboratoire – grâce à l’utilisation d’une source électrique qui mettait en « batterie » plus de trois mille éléments (piles) de Volta – l’expérience de Franklin qui avait démontré la nature électrique de la foudre. Davy est aussi c […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Découverte de la pile »  : […] Alessandro Volta (1745-1827) dépassa en les rejetant les idées de Galvani : il remarqua, à la suite d'expériences faites par Sulzer en Suisse, que, si l'on place la langue entre deux rondelles constituées par deux métaux différents reliés par un fil conducteur, on éprouve une sensation acide ou alcaline suivant l'ordre dans lequel sont placés les deux métaux. Ces expériences le conduisent à une c […] Lire la suite

IODE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découverte »  : […] Né à Dijon, Bernard Courtois (1777-1838) était le fils d'un fabricant de salpêtre, c'est-à-dire de nitrate de potassium, précieux ingrédient de la poudre noire. Il exerça lui-même cette industrie à partir de 1804. Le carbonate de sodium intervenait dans sa production. Courtois l'obtenait à partir des varechs, par calcination et lessivage à l'eau. Le résidu était alors traité par de l'acide sulfur […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Les métaux alcalins – lithium, sodium, potassium, rubidium, césium et francium – constituent les éléments de la première colonne du tableau de classification périodique . Ils doivent leur nom à la propriété qu'ils ont de donner avec l'eau des bases fortes, ou « alcalis ». Cette famille chimique est particulièrement homogène ; les propriétés des différents métaux varient peu de l'un à l'autre, et […] Lire la suite

MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 696 mots
  •  • 1 média

En janvier 1816, la première lampe de sécurité pour les mines de charbon est expérimentée avec succès dans une mine anglaise par son inventeur, le chimiste Humphry Davy (1778-1829), avant d’être rapidement généralisée. […] Lire la suite

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 688 mots
  •  • 2 médias

Le sodium est le plus courant des éléments alcalins. Son nom dérive de l'arabe soda , qui désignait le mélange de carbonates alcalins extrait des cendres de végétaux. Le symbole Na vient de son appellation allemande Natrium , qui dérive de « natron », le carbonate de sodium naturel d'Égypte. Comme les autres alcalins, c'est un métal très réactif qui tend à perdre son électron périphérique : la pl […] Lire la suite

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 736 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Histoire de la thermique »  : […] Dans l’Antiquité, les Anciens ont beaucoup disserté sur la nature de la chaleur : Héraclite (576-480) considérait la chaleur comme une force, cause de toutes les transformations ; Démocrite (460-370), comme une matière émanant des corps chauds et formée d’atomes ronds et très mobiles ; Aristote (384-322) la regardait comme une quantité occulte de la matière, capable de réunir les éléments semblab […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

David Marcus KNIGHT, « DAVY HUMPHRY - (1778-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humphry-davy/