HUANG CHAO [HOUANG TCH'AO] (mort en 884)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Riche contrebandier du sel, originaire du Shandong occidental, Huang Chao, à la tête d'une bande de paysans passés au brigandage et d'anciens contrebandiers, désola de nombreuses régions de la Chine de 874 à 884. La rébellion, menée tout d'abord par un nommé Wang Xianzhi, se situe dans le contexte général de déclin de la grande dynastie des Tang, déclin caractérisé par l'indépendance de plus en plus nette des pouvoirs militaires locaux par rapport au pouvoir central, et par des difficultés financières qui incitent à accroître la pression fiscale (droits sur le sel et le thé principalement), provoquant ainsi l'essor de la contrebande et du banditisme.

Wang Xianzhi et Huang Chao ne sont pas, en effet, des exemples isolés de ces chefs de bande riches et puissants qui réussirent alors à se constituer une clientèle d'hommes de main entièrement dévoués. Depuis 830 environ, le banditisme était devenu permanent sur le cours du Yangzi et l'anarchie avait fait de nouveaux progrès depuis le milieu du ixe siècle, avec la rébellion des armées du Sud-Est, la constitution de milices d'autodéfense chez les grands propriétaires et riches marchands, le passage au banditisme des armées envoyées contre les rebelles. Formées dans l'ouest du Shandong, les troupes dirigées par Wang Xianzhi et Huang Chao se déplacent vers le moyen Yangzi à la fin de 876, puis se dirigent vers le Henan et le Shandong. Après la mort de son associé en 878, Huang Chao, seul chef de l'ensemble des troupes, se proclame roi et « grand général Heurte-Ciel », passe au sud du Yangzi, dévaste les villes du Sud-Est, puis, après un détour par le Fujian, se dirige vers Canton. Furieux de la résistance qu'on lui oppose, il massacre dans cette ville, principal port de commerce avec l'Asie du Sud-Est, l'océan Indien et le golfe Persique, 120 000 étrangers, soit plus de la moitié de la population non chinoise. Après avoir ravagé la province de Canton, Huang Chao, dont les troupes ont été décimées par les maladies tropicales, décide de regagner le Nord par le Guangxi et le Hunan. Contraint à se replier vers l'Anhui par les armées des Tang, il occupe cependant Luoyang, capitale secondaire, et fait une entrée triomphale à Chang'an à la fin de 880, y massacrant les nobles et les fonctionnaires. Il prend alors le titre d'empereur et fonde la dynastie des Grands Qi. Mais son pouvoir reste limité à la capitale et aux régions voisines. Réquisitions et pillages indisposent bien vite la population, et les troupes de Turcs Shato commandées par Li Keyong, au service des Tang, commencent à partir de 883 une campagne victorieuse qui amène Huang Chao à se replier toujours plus à l'est. Au milieu de 884, ayant perdu tout espoir, il se fera décapiter par l'un de ses neveux au pied de la grande montagne sacrée du Taishan, au Shandong.

La rébellion de Huang Chao est révélatrice des profondes transformations sociales et politiques qui affectent le monde chinois aux ixe et xe siècles et marquent la fin de l'époque médiévale : ruine des aristocraties militaires, formation d'armées de métier, essor de la classe des propriétaires fonciers et de celle des grands marchands.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification

Autres références

«  HUANG CHAO [ HOUANG TCH'AO ] (mort en 884)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Élaboration d'un nouvel empire »  : […] Une nouvelle société et un nouveau type d'empire sont en gestation à partir de la fin du ix e  siècle, lorsque s'affaiblit le pouvoir central et que tendent à se constituer des unités régionales autonomes. Les « commissaires impériaux » éliminent les anciennes classes dirigeantes et deviennent entièrement indépendants après la grande rébellion paysanne de Huang Chao (875-884). À partir de cette é […] Lire la suite

SUI LES (581-618) & TANG LES (618-907), dynasties chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 715 mots
  •  • 3 médias

Les dynasties des Sui et des Tang forment un ensemble historiquement cohérent. La véritable césure de la période est la rébellion d'An Lushan au milieu du viii e siècle, qui précipite un certain nombre d'évolutions profondes dans la société, l'économie et les institutions. Le fondateur des Sui , Yang Jian (empereur Wendi, règne : 581-604), est issu d'une famille chinoise solidement liée à l'arist […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques GERNET, « HUANG CHAO [HOUANG TCH'AO] (mort en 884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/huang-chao-houang-tch-ao/