HU JINTAO (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans la province orientale de l'Anhui en 1942, secrétaire général du Parti communiste chinois (P.C.C.) de novembre 2002 à novembre 2012, chef de l'État (mars 2003-mars 2013) et de l'Armée populaire de libération (septembre 2004), Hu Jintao a cumulé, comme son prédécesseur direct Jiang Zemin, l'ensemble des positions institutionnelles importantes au sein du système politique chinois. Premier dirigeant à avoir adhéré au P.C.C. après 1949, il s'est installé au pouvoir alors qu'un chassé-croisé de personnalités avait lieu à la tête des institutions. Le retrait des acteurs de la répression du « printemps de Pékin » en 1989 (Li Peng notamment) s'est effectué en même temps que l'arrivée de la quatrième génération de dirigeants depuis Mao, dont un noyau fut coopté par les porte-parole, notamment Hu Yaobang, Zhao Ziyang et Hu Qili, dans les années 1980, d'une réforme politique. Choisi par Deng Xiaoping et ces derniers, dès 1992, pour être le chef de file de la nouvelle génération de technocrates, Hu Jintao ne possède cependant que certaines des caractéristiques de celle-ci. À l'origine, il est un bureaucrate provincial consciencieux, un politicien professionnel et surtout un « ingénieur rouge ».

Sans lien familial connu avec un dirigeant historique, mais de « bonne origine de classe », il est diplômé de la très prestigieuse université Tsinghua. Les réseaux de Hu Jintao, technicien dans les années 1960 sur des chantiers de construction de centrales électriques dans la province du Gansu, se sont forgés, au-delà de son école, dans les rangs de la Ligue des jeunesses communistes (L.J.C.) et au niveau local. Du Gansu, Hu Jintao est affecté, au début des années 1980 par la L.J.C., dans la province montagneuse du Guizhou, où il devient secrétaire du parti en 1985. Parallèlement à cette nomination, il est promu au comité central. À nouveau, en 1988, il est nommé à un poste au niveau local : celui de secrétaire du P.C.C. au Tibet. Hu a ainsi accédé très tôt aux plus hautes fonctions : membre permanent du bureau politique à cinquante ans, président de l'École centrale du parti un an plus tard.

Longtemps dénué de compétences gouvernementales spécifiques (son inexpérience des dossiers économiques et des questions internationales constituaient, avant son investiture, des handicaps majeurs), parlant russe mais peu anglais, Hu Jintao est mal inséré dans les réseaux de clientèle de son prédécesseur : Shanghai et la Chine côtière. Pour autant, Hu n'est pas le dirigeant fantoche que l'on pensait. S'il a dû prêter allégeance à la politique des « Trois Représentativités » de Jiang Zemin, qui autorise en particulier l'adhésion des entrepreneurs privés au parti, il est parvenu à isoler les proches de Jiang (dont Zeng Qinghong, vice-président de l'État) et à imposer l'image d'un dirigeant, soucieux d'égalité et de transparence [son credo est de bâtir une société « aisée » (xiaokang)]. Cependant, sa personnalité demeure remarquablement opaque. Personnage énigmatique, un temps assimilé à Zhou Enlai, ses décisions politiques ont manifesté une attitude toujours prudente, souvent populiste, parfois conservatrice et rarement ouvertement progressiste. Par exemple, en proclamant la loi martiale au Tibet en 1989 à la suite d'émeutes locales, il fut le premier dirigeant de province à soutenir cette décision prise par Li Peng sur le plan national. En mai 1999, lors du bombardement de l'ambassade de Chine à Belgrade par l'O.T.A.N., il s'était fait le porte-parole du sentiment anti-américain croissant au sein de la population, de même qu'en avril 2001, lors de l'affaire de l'avion espion américain au-dessus de l'île de Hainan. À l'inverse, lors de la crise du SRAS au printemps de 2003, il n'hésita pas à limoger le ministre de la Santé ainsi que le maire de Pékin. De même, il sermonna publiquement, en janvier 2005, le chef de l'exécutif de Hong Kong, Tung Chee-hwa, pour sa responsabilité dans la crise de la gouvernance locale. À moins que la raison ne soit l'affirmation d'un mouvement démocratique populaire et structuré depuis la rétrocession. Face au creusement des inégalités sociales, les concepts de société harmonieuse (hexie shehui) et de développement scientifique (kexue fazhan) ont été ajoutés à la rhétorique officielle par Hu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chercheur au C.E.R.I. (Sciences Po-C.N.R.S.), en mission à l'université chinoise de Hong Kong

Classification

Autres références

«  HU JINTAO (1942- )  » est également traité dans :

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Une décennie de stagnation politique : le New Deal Hu-Wen »  : […] Lors du XVI e  congrès qui se tient en 2002, Hu Jintao, vice-président de la République depuis 1997, devient le nouveau secrétaire général du parti. Cet ancien dirigeant de la Ligue des jeunesses communistes avait été recommandé par Deng Xiaoping, qui l’avait fait entrer au Comité permanent du bureau politique en 1992. Aussi, malgré la disparition de ce dernier, nul n’a osé aller contre sa volont […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Discours, style et stratégie diplomatiques de la Chine »  : […] Il est caractéristique que, désormais plus influente, en particulier sur le plan économique et commercial, la Chine ait décidé de modérer son discours et de policer le style de sa politique étrangère. Parallèlement, ses diplomates sont devenus plus professionnels et meilleurs communicants, y compris dans les langues des pays hôtes. Alors qu'hier elle cultivait l'existence même de menaces et d'enne […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un positionnement géopolitique : le développement des relations Sud-Sud »  : […] Dans ce cadre, le développement des Nouvelles Routes de la soie implique un changement de paradigme qui passe par la promotion de la coopération Sud-Sud, aux dépens des relations asymétriques Nord-Sud. La volonté initiale de Pékin de construire des infrastructures de transport en Eurasie engendre une transformation des économies des pays participants, notamment le développement de l’Asie centrale. […] Lire la suite

XI JINPING (1953- )

  • Écrit par 
  • Paul CHARON
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale (CMC) depuis 2012, Xi Jinping est président de la République populaire de Chine (RPC) depuis mars 2013. Contrairement à son prédécesseur Hu Jintao, qui avait dû attendre deux ans après son intronisation au poste de secrétaire général avant de prendre la tête de la CMC, Xi Jinping accède dès le d […] Lire la suite

Les derniers événements

4 juillet 2016 Chine. Condamnation de Ling Jihua.

Une cour de Tianjin condamne à la prison à vie Ling Jihua, ancien bras droit de l’ex-président Hu Jintao et haut dignitaire du Parti communiste chinois (PCC), pour corruption, obtention illégale de secrets d’État et abus de pouvoir. Ce procès illustre la volonté du président Xi Jinping de s’attaquer aux « tigres » autant qu’aux « mouches » dans sa lutte contre la corruption qui gangrène le PCC. […] Lire la suite

5-22 décembre 2014 Chine. Nouvelles mises en examen de dignitaires pour corruption

annoncent l'ouverture d'une enquête contre Ling Jihua, ancien secrétaire général du comité central et ancien bras droit du président Hu Jintao. Il est le quatrième haut dignitaire visé par la « chasse aux tigres et aux mouches » – la lutte contre la corruption engagée par le président Xi Jinping –, après Bo Xilai, condamné en septembre 2013, Xu Caihou, mis en examen en juin, et Zhou Yongkang. […] Lire la suite

8-15 novembre 2012 Chine. XVIIIe congrès du Parti communiste chinois et passation de pouvoir

Le secrétaire général sortant Hu Jintao, au pouvoir depuis 2003, dresse le bilan de son mandat, vantant les succès du concept de « développement scientifique », dénonçant la corruption endémique et appelant à l'essor de la démocratie. Son successeur à la tête du parti, Xi Jinping, qui ne cite pas le socialisme dans son discours, déclare vouloir « répondre aux aspirations du peuple pour une vie meilleure ». […] Lire la suite

1er juillet 2012 Chine. Manifestations à Hong Kong

Le président Hu Jintao participe à la célébration du quinzième anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Il assiste à la prise de fonctions du nouveau chef de l'exécutif de la région administrative spéciale, élu en mars, Leung Chun-ying – ou CY Leung. Dans le même temps, des dizaines de milliers de manifestants réclament la démission de ce dernier, accusé de vouloir limiter la liberté d'expression à Hong Kong. […] Lire la suite

19-22 janvier 2011 Chine – États-Unis. Visite du président Hu Jintao aux États-Unis

Hu Jintao affirme sa volonté de susciter l'augmentation de la consommation intérieure. Pékin signe pour 45 milliards de dollars de contrats. La question des droits de l'homme est également abordée. Hu Jintao reconnaît leur caractère universel tout en déclarant « tenir compte des différentes circonstances nationales » dans ce domaine.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphanie BALME, « HU JINTAO (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-jintao/