HORACE (65-8 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sagesse des « Épîtres »

Parallèlement à cet effort de création qui le rendrait immortel, il le savait bien (Odes, III, xxx), Horace, jusqu'au terme de sa vie, s'est délassé dans des œuvres plus faciles qui continuent ces entretiens qu'avaient été les premières Satires. D'abord un second livre de Satires (vers 30), puis des Épîtres (entre 20 et 10) qui formellement ne se distinguent guère des Satires que par l'adresse de chacune à un destinataire défini. Cette différence a cependant son importance. Horace était, ce semble, de ces esprits qui ne prennent tout à fait possession d'eux-mêmes qu'en présence d'autrui ; mais, selon que l'interlocuteur est tel ou tel, c'est autre chose qu'on découvre en soi ; les Épîtres sont donc beaucoup plus personnelles. On a cru y découvrir l'attrait d'une sagesse nouvelle : Horace attend moins du hasard, des circonstances, de l'instant ; il s'appuie davantage sur l'expérience d'un pouvoir intime qu'il a découvert en lui : sa liberté comme aptitude à accueillir amicalement tout ce qu'offre la vie. Au point de vue théorique, il prend son bien de tous côtés, grand liseur sans doute mais incapable de s'enrôler dans une école de pensée. Il est facile de le mettre en contradiction avec lui-même. C'est qu'à ses yeux la morale n'est pas faite de maximes généralisables ; elle est plutôt affaire d'attention et de jugement. Il peut conseiller, il n'a pas à enseigner ; ce qu'il apporte, c'est son regard amical, sa confiance, sa gaieté, comme s'il induisait chacun à se trouver pour lui-même et à chaque instant sa morale.

Il est une de ces Épîtres qui a connu aux temps modernes une fortune extraordinaire, celle que nous appelons l'Art poétique et qui est en fait une très longue lettre (476 v.) adressée à de jeunes amis, les frères Pison, sur les problèmes du théâtre romain. C'était un sujet d'actualité, Auguste lui-même s'y intéressait et Horace l'avait déjà traité, s'adressant à l'empereur (Épîtres II, i). En fait, les problèmes propres à l'art dramatique ne sont directement abordés que dans la partie centrale (v. 153-294) de l'épître et le développement y reste un peu en l'air, faute de points d'appui dans la réalité contemporaine. En revanche, le début et la fin sont consacrés à des questions d'esthétique générale qui intéressent sans doute le théâtre mais portent, aussi, beaucoup plus loin ; Horace y apparaît fort d'expériences personnelles mais aussi d'immenses lectures. Dans ce feu d'artifice de formules frappantes, devant la mobilité des points de vue successivement adoptés, souvent égaré par des polémiques dont il n'arrive plus à discerner l'objet, le lecteur moderne se décourage quelquefois. Ici encore et d'autant plus que les principes posés semblent plus inévitables, il faut pour rendre au texte sa verdeur les secours de l'érudition. Entre Aristote et les théoriciens du classicisme européen, Horace a sa position propre : plus qu'à la raison et à l'imitation, il croit à l'art parce que l'art seul, et non pas la nature, est capable de constituer des objets liés d'une nécessité interne ; mais cette unité interne à laquelle il tient si fort n'inclut pas nécessairement l'unité de ton ; ses déclarations sur le drame satirique (v. 220-250) le montrent assez ; Shakespeare peut-être ne l'eût pas scandalisé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne

Classification

Autres références

«  HORACE (65-8 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rivaliser avec l'antique »  : […] Horace déjà, au i er  siècle av. J.-C., dont les écrits ( Art poétique ), après ceux de Cicéron ( De l'orateur ) et avant ceux de Quintilien ( Sur la formation de l'orateur ) au i er  siècle apr. J.-C., ont été déterminants pour la pensée de l'art jusqu'à la Renaissance, et même au-delà, oppose ancien et nouveau dans son épître À Auguste , pour affronter un courant archaïsant de son temps qui comb […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éloquence et poésie »  : […] Les deux nuances vont rester confrontées à travers l'histoire. Dans le Pro Murena (62 av. J.-C.), Cicéron reprend la théorie de l'inspiration qui lui vient de Platon et d'Héraclite et tente de la concilier avec l'éloquence prônée par Aristote. Dans l' Orator , il pose la doctrine du beau idéal (l'artiste prend l'Idée pour modèle), qui gardera beaucoup d'influence. Dès son premier traité de rhéto […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « La « Poétique », un texte fondateur »  : […] Le texte fondateur de cette tradition spéculative est la Poétique d'Aristote, composée au milieu du iv e  siècle avant J.-C. D'après Aristote, toute forme d'expression artistique se fonde sur la mimèsis , terme que l'on traduit, alternativement, par imitation ou représentation. Pour ce qui est de la mimèsis poétique, Aristote considère qu'elle a pour objet les actions des hommes. Ce postulat l'am […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

ÉPÎTRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 478 mots

La définition courante, « lettre en vers », marque bien la distance qui s'est creusée entre le mot et ses dérivés, épistolaire et épistolier, liés habituellement à la lettre en prose. Les limites du genre n'en restent pas moins très flottantes. Le message confié à l'épître, qu'il soit fictif ou réel, peut aller de l'invitation à boire à la méditation abstruse. Les formes poétiques aptes à le recev […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicaine, l'éloquence ne sera bientôt plus qu'une techni […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite

ODES, Horace - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

Contemporain de Virgile, dont il fut l'ami, Horace (65-8 av. J.-C.) est un des plus célèbres poètes latins. Si ses Épodes et ses Satires ne sont plus guère connues aujourd'hui – on leur préfère généralement les Épigrammes de Martial pour l'inventivité langagière, les Satires de Juvénal pour la violence de la description –, ses Odes ( Carmina ) en revanche ont su franchir les siècles. Car Hor […] Lire la suite

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 690 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indignation et correction »  : […] Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments ). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème que compose le satirique puisse se soutenir, une t […] Lire la suite

UT PICTURA POESIS

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK
  •  • 1 365 mots

Traditionnellement désigné par un apophtegme emprunté au vers 361 de l' Art poétique d'Horace (65-8 av. J.-C.), ut pictura poesis , qui invitait le poète à comparer son art à celui du peintre, l'appariement de la peinture à la littérature a connu une fortune étonnante à partir de la Renaissance. Il tient en effet un rôle prépondérant dans le discours sur la peinture jusqu'au milieu du xviii e  si […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques PERRET, « HORACE (65-8 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/horace/