HOMO HABILIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parce qu'ils se distinguent des Australopithèques ayant vécu aux mêmes périodes, il y a 2,5 à 1,8 millions d'années, certains Hominidés à morphologie plus humaine et découverts uniquement en Afrique à ce jour, ont été rangés dans le genre Homo, auquel nous – Homo sapiens sapiens – appartenons également. L'apparition de ces premiers hommes correspond à un changement climatique majeur. L'étude des flores et des faunes fossiles montre qu'à cette époque, l'environnement s'assèche et l'alternance des saisons se fait plus prononcée. Le paysage boisé devient plus ouvert, la savane se développe (la lignée des Hominidés est probablement apparue à la suite d'une tendance comparable, 3 à 6 millions d'années plus tôt). La distinction avec les Australopithèques n'est cependant pas toujours très facile à établir et la question de la diversité biologique de ces premiers hommes se pose encore avec insistance ; les plus anciens sont datés de plus de deux millions d'années. La plupart d'entre eux ont été découverts dans la région située à l'est du lac Turkana (site de Koobi Fora, Kenya) et en Tanzanie (site d'Olduvai). D'autres fossiles, moins nombreux, proviennent d'Éthiopie (site de Hadar et vallée de l'Omo), du Malawi (site d'Uraha) et d'Afrique du Sud (sites de Swartkrans, de Kromdraai et de Drimolen).

L'apparition du genre Homo a été associée généralement à la réduction de la fonction masticatrice, au développement d'une certaine « culture » indissociable de l'outil de pierre, et à l'accroissement du volume cérébral. À cet égard, l'examen minutieux de l'endocrâne de ces fossiles apporte des informations essentielles sur la morphologie de leur cortex, dont les empreintes des circonvolutions sont parfois visibles sur l'os. Il semble en effet que ces Hominidés fossiles, à la fois plus et mieux cérébrés que les Australopithèques, montrent les bases corticales du langage par la présence des aires de Broca et de Wernicke.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  HOMO HABILIS  » est également traité dans :

BIFACES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 214 mots

Si l'on met à part les animaux qui fabriquent des « objets » prévus par leur programme génétique (araignées, fourmis, etc.), les frontières entre les objets produits par les singes et ceux des hommes sont perméables. Les chimpanzés façonnent des outils pour casser les noix, outils dont la forme varie suivant les régions. Petits, ils ont appris de leurs parents à fabriquer ces outils. Mais c'est à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bifaces/#i_7510

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 345 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique inférieur »  : […] Premier représentant connu du genre Homo , l' Homo habilis occupe entre — 3 et — 1,5 million d'années l'Afrique orientale puis australe. Il y chasse en petits groupes, et les restes de ses repas ont été découverts dans divers gisements, associés à un outillage sur galet.Les traces les plus anciennes d'un aménagement de l'espace remontent à 1,8 million […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-prehistoire-et-protohistoire/#i_7510

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Culture, société et milieu »  : […] L'étude du comportement animal a transformé l'idée de culture chez les Hominidés. On sait aujourd'hui que de nombreux animaux (chimpanzés, loutres, etc.), manipulent des objets mais l'Homme reste le seul à travailler la pierre. La plus ancienne culture dite « oldowayenne », car décrite à Olduvai (ou Oldoway, Tanzanie) est attestée 2 Ma et est représenté par des outils obtenus par simple percussio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_7510

LEAKEY LES

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 796 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'événement tant attendu »  : […] Le 17 juillet 1959, après plusieurs campagnes de fouilles successives, Mary Leakey exhuma un crâne d'australopithèque, que Louis baptisa Zinjanthropus boisei , longtemps resté célèbre sous son petit nom de « Casse-noisettes » en raison de ses dents volumineuses. Il s'agissait en fait d'un australopithèque robuste dont un type équivalent était déjà connu en Afrique du Sud depu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-leakey/#i_7510

OLDOWAYEN

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON
  •  • 162 mots

L’Oldowayen est la civilisation qui précède l'Acheuléen (de 1,8 à 1,4 Ma), définie à Olduvai Gorge, au nord-ouest de la Tanzanie. Plusieurs sols d'occupation ont été découverts dans ce gisement. Les pièces caractéristiques sont des galets taillés, choppers, chopping-tools, polyèdres, qui ont peut-être été des nucléus avant d'avoir été utilisés comme des outils. Les éclats, le plus souvent déchets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oldowayen/#i_7510

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le berceau de l’humanité se promène : de l’Asie vers l’Afrique »  : […] Si l'homme de Piltdown fut à l'origine de conceptions erronées qui persistèrent durablement, il n'eut en revanche que peu d'influence sur les différentes hypothèses envisagées quant au « berceau » de l'humanité. L'extraordinaire modernité de son crâne ne faisait en effet que reculer dans le temps l'origine même de l'humanité. Après la Première Guerre mondiale, la majorité des chercheurs considérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_7510

TOBIAS PHILLIP VALENTINE (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Paléontologue sud-africain reconnu pour ses travaux concernant les origines et l'évolution de l'homme. Phillip Valentine Tobias est né à Durban, dans la province du Natal de la République d'Afrique du Sud, le 14 octobre 1925, l'année de la publication de la description du premier australopithèque ( Australopithecus africanus ) par Raymond Dart. Il fait dans cette ville ses é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phillip-valentine-tobias/#i_7510

Voir aussi

Pour citer l’article

José BRAGA, « HOMO HABILIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-habilis/